Vendée Globe : Thomas Ruyant, 4ème au classement, a bien réussi sa première semaine de course

"Je suis plutôt content de ce début de course", confie Thomas Ruyant. Après une première semaine très agitée, marquée par des tempêtes successives, le skipper originaire de Dunkerque pointe à la 4ème place de ce Vendée Globe. 
4ème au général, Thomas Ruyant a réussi à se sortir des tempêtes successives
4ème au général, Thomas Ruyant a réussi à se sortir des tempêtes successives © PIERRE BOURAS / TR RACING
Thomas Ruyant est parfaitement dans le coup. Ce dimanche 15 novembre, le Dunkerquois pointe à la quatrième place du Vendée Globe, après une semaine de course. A la barre de son monocoque, le LinkedOut, Ruyant était même le skipper le plus rapide (18.15 noeuds, soit 33 km/h) lors du dernier pointage.

"Je suis plutôt content de ce début de course. On a été cueillis un peu à froid par ces systèmes météos à enchaîner. Mais là, on entre dans une phase moins dure et plus agréable", a-t-il confié dimanche. Il faut dire que cette première semaine de course a été particulièrement agitée, la faute à des conditions météréologiques exceptionnelles dans l'océan Atlantique.
Vendée Globe : Le Dunkerquois Thomas Ruyant pointe à la 4ème place du Vendée Globe ©FRANCE 3

Des conditions météos exceptionnelles

Cette année, les tempêtes tropicales se déchaînent bien plus tardivement qu'à l'habitude et elles sont particulièrement intenses. Les bateaux ont donc été sévèrement secoués au large de Madère.

Sans dommage pour Thomas Ruyant, qui n'a pas connu d'avarie. Mieux, le Dunkerquois s'est rapproché de la tête de course. La flotte est menée ce dimanche par le Britannique Alex Thompson (Hugo Boss), qui a 115 miles nautiques (soit 213 km) d'avance sur Ruyant. 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Ruyant (@thomasruyant)

Le skipper partage son quotidien sur les réseaux sociaux. Une immersion qui permet de se rendre compte du bruit assourdissant qui résonne dans le bateau. Pour capter ces sons, Thomas Ruyant s'est associé au musicien Molecule, qui a installé 16 micros et 13 micros sur le navire. Un film et un album seront ensuite produits.

Après les tempêtes, ce sont désormais les alizées, des vents plus modérés, qui portent le Dunkerquois vers le sud de l'Atlantique. Thomas Ruyant navigue maintenant au large du Cap-Vert. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile