L' Alwyn Kyrre, un drakkar prend vie grâce à des bénévoles de Gravelines

A Gravelines et Grand-Fort-Philippe, rencontre avec un groupe de bénévoles de l'association "Héritages Maritime et Fluvial des Rives de l'Aa". Ils restaurent et entretiennent de vieux bateaux et ont même décidé d'en construire un : un drakkar de 12 mètres de long.

Squelette du drakkar fait d'une douzaine de membrures
Squelette du drakkar fait d'une douzaine de membrures © C.Sala

C'est un équipage qui s'est fixé comme cap ...2023. Année de la mise à l'eau de ce drakkar fait de mélèze et de chêne, d'amitié et de rencontres. L'association "Héritages maritime et fluvial des rives de l'Aa", scie, ponce et ajuste depuis un an et demi les pièces de l'Alwyn Kyrre: "C'est un projet qui est fou ! Qui est lié à l'arrivée des Vikings il y a 1000 ans en Flandres, envahie par les Vikings jusqu'à Charlemagne. Vaincus, ils sont partis en Normandie de désespoir ...", s'enthousiasme Christian Dumontier le secrétaire de l'association.

L'Alwyn Kyrre, un drakkar prend vie grâce à des bénévoles de Gravelines

Selon la légende, Alwyn serait un viking qui aurait débarqué aux environs de Mardyck : "Il se serait blessé avec son glaive. Saint Eloi l'aurait soigné et en reconnaissance, il a protégé le village qui plus tard est devenu Dunkerque. Lorsqu' Alwyn est décédé, les habitants ont fait un géant qu'on sort au carnaval : Reuze Papa", explique encore Christian Dumontier.

Association créée en 2016

Opération du jour, l'un des bordés sort de l'étuve. Il faut faire vriller la pièce , la courber et l'installer.

 

Ces deux sculptures réalisées par les bénévoles seront installées à la proue et la poupe du drakkar
Ces deux sculptures réalisées par les bénévoles seront installées à la proue et la poupe du drakkar © C.Sala

Au-delà de la prouesse technique, cette réalisation est aussi une histoire d'amitié et de partage : "Moi j'ai fait toute ma carrière au chauffage urbain de la ville de Paris alors j'étais très loin du monde maritime", plaisante bonnet sur le haut du crâne, Jacky Antoine, l'un des bénévoles de l'association. Pourtant, il apporte sa pierre à l'édifice : " Mon truc, ce sont les grosses pièces. Les découpes sur les grandes longueurs. Je suis moins dans le détail.  Il y a de la complémentarité dans le groupe et c'est ça qui me plait. Parfois ça chauffe un peu entre nous mais ça fait partie du jeu".

Premiers essais à la rame de l'Alwyn Kyrre en juin prochain. Dans le groupe on aime à plaisanter sur cette date où l'on suggère "des essais à marée basse afin qu'il ne prenne pas l'eau". Mais l'Alwyn Kyrre semble robuste.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale mer artisanat vie associative société patrimoine culture