"J'enchaîne 2 semis dans la journée" : avec 62 semi-marathons en 31 jours, il bat le nouveau record du monde

La fin d’un défi un peu fou. En mars 2024, James Vautrin a couru 62 semi-marathons en 31 jours consécutifs. le sportif du Nord a battu le record du monde établi à 52. Un exploit pour la bonne cause, que le cambrésien dédie à l’association Les Couleurs de l’espoir.

Dimanche 31 mars ne marque pas que la fin du mois pour James Vautrin, mais aussi celle d’un défi personnel, sportif et engagé. Le Cambrésien achève son soixante-deuxième semi-marathon autour du Bassin rond de la commune d’Estrun (Nord). Un parcours qu’il érige comme le symbole de l’aide apportée aux enfants atteints de cancer en soutenant l’association Les couleurs de l'espoir.

Des records toujours plus grands

En faisant parler de l'asssociation, James Vautrin espère sensibiliser à son importance dans l’accompagnement des malades et de leurs familles. Réaliser les rêves des enfants en les emmenant à Disneyland, ou décorer le service pédiatrique de l’hôpital de Cambrai avec des fresques permet “d’oublier l'espace hospitalier et d’égayer leur vie.”

► A LIRE AUSSI : Cancer de l’enfant. Vie de famille bouleversée, scolarité perturbée : la double peine du diagnostic

En effet, au-delà de l’envie de dépasser ses limites, le sportif avait surtout pour objectif de battre un record. Celui de Tony Lablanche, “le Vierzonnais aux 37 semi-marathons en 37 jours consécutifs” en 2019. Pour le Guinness des records, la cible à abattre est de 20 semi-marathons en trente jours. “Largement atteignable” se rassure James Vautrin.

Maintenant j’arrive à enchaîner les deux semi, normalement c’est un le matin et un l’après-midi, mais parfois je fais juste une pause pour boire de l’eau et je repars.

James Vautrin

Jusqu'au jour, où, alors qu’il est “en pleine préparation”, il apprend que le record de l’International Book of Record est désormais établi à 52 semis courus en trente jours. L’exploit du soldat indien ne l’a pas intimidé, il l’a dépassé le mardi 26 mars, lorsqu'il parvient à courir son cinquante-troisième semi-marathon du mois, soit plus de 1 118,3 kilomètres.

Le football ou la course

Avec deux courses par jour, “c’était compliqué au début”, reconnaît James Vautrin. Après un mois, c’est presque devenu une habitude. “Maintenant j’arrive à enchaîner les deux semi, normalement c’est un le matin et un l’après-midi, mais parfois je fais juste une pause pour boire de l’eau et je repars”, explique-t-il tout naturellement.

► A LIRE AUSSI : Athlétisme : Jimmy Gressier bat le record d'Europe du 10 kilomètres à Lille

Ce défi n’est pas sorti de nulle part pour ce natif de Béthune. Passionné de football, il court “deux ou trois heures par semaine depuis [ses] treize ans” pour toujours “être pro actif sur le terrain.” Cambrésien depuis quinze ans, il s’est rapproché du club d’athlétisme, et notamment de son président Alain Leroy, pour bénéficier d’un accompagnement pendant ces neuf mois de préparation. 

Je réaliserai dans les prochains jours, ou semaines peut-être, le temps de prendre conscience du record du monde.

James Vautrin

Accompagné aussi de sa compagne Anne-Sophie, de son petit frère Yanis et de son père Florent, le semi-marathonien a filmé toutes ses étapes et les a enregistrés sur l’application Strava. Un soutien par ses proches et des témoins, nécessaire pour ce qui ressemble à une mise à l’épreuve.

Trois à quatre bouteilles d’eau par jour, deux à trois séances de kinésithérapie par semaine mais aussi une sieste entre chaque session et une alimentation équilibrée. Telle est sa recette pour que son corps tienne le mois du défi. Reste plus que le mental suit. Pour l’instant, James Vautrin est encore dans ses émotions. “Je réaliserai dans les prochains jours, ou semaines peut-être, le temps de prendre conscience du record du monde”, conclut-il, sans un essoufflement.