Agression d'une femme à Lille-Moulins : l'auteur présumé sous contrôle judiciaire dans l'attente de son procès

Le procès du jeune homme soupçonné d'avoir violemment agressé une mère de famille samedi soir à Lille-Moulins a été renvoyé à fin septembre. En attendant, il a été placé sous contrôle judiciaire.
La forte présence de dealers dans le quartier de la Filature provoque de nombreuses nuisances pour les riverains.
La forte présence de dealers dans le quartier de la Filature provoque de nombreuses nuisances pour les riverains. © GOOGLE
L'auteur présumé de la violente agression d'une quadragénaire, le soir du 18 juillet à Lille-Moulins, devait être jugé mardi en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Lille à l'issue de 48 heures de garde à vue. 

L'affaire a été renvoyée au 25 septembre, et l'individu âgé d'une vingtaine d'années a été placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris auprès du parquet de Lille. D'ici à la prochaine audience, il est interdit de séjour dans le quartier de la Filature, où se sont produits les faits.

Double fracture de la mâchoire

L'affaire a été largement médiatisée depuis le week-end dernier, suite à la publication sur Youtube d'une vidéo de la victime, qui depuis sa chambre d'hôpital, en appelait à une réaction forte de la municipalité et de la préfecture pour régler les problèmes d'insécurité liés aux trafics de stupéfiants à Moulins

L'agression dont la mère de famille a été victime à côté de chez elle, dans le secteur de la Filature, lui a valu une opération chirurgicale pour une double fracture de mâchoîre. "Martine Aubry, est-ce que vous pourriez prendre la mesure de la gravité de la situation dans le quartier de Lille-Moulins, depuis la Porte d’Arras jusqu’à la Porte de Valenciennes en passant par la Porte de Douai ?", demande la quadragénaire dans sa vidéo, pointant du doigt les "mafias" qui font la loi à Moulins.

Martine Aubry en appelle à l'Etat

Hier mardi, la maire de Lille a réagi à cette agression et à l'interpellation directe de la victime "Dès que j’ai vu cette vidéo, j’ai appelé cette jeune femme. J’étais à la fois en colère et très attristée de ce qui lui arrive", a-t-elle répondu au micro de France 3, qualifiant la situation à la Filature d'"enfer pour les gens".

"Elle a bien fait de réagir parce qu’il y a un moment, si on n’a pas de la police suffisamment… Castaner nous avait répondu qu’on était sous-dotés, je compte bien aller voir le ministre Darmanin pour le lui redire, parce que ce n’est plus possible", a notamment ajouté la maire de Lille, précisant par ailleurs qu'elle avait déjà saisi ce préfet il y a encore 15 jours à ce sujet.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société