VIDÉO. Port du masque obligatoire à Lille : après la prévention, les policiers verbalisent

Fini le temps de la pédagogie à Lille. Une semaine après l'entrée en vigueur du port du masque obligatoire dans la métropole, les policiers verbalisent désormais les contrevenants, 135 euros d'amende en cas de non-respect. 
Après quelques jours de prévention, la police lilloise verbalise désormais. À la suite de l'entrée en vigueur du port du masque dans de nombreux espaces extérieurs de la métropole, il en coûtera désormais 135 euros d'amende à toute personne qui ne respecte pas la mesure.  "Nous mettons des effectifs supplémentaires sur le centre-ville, nous allons nous déplacer dans le Vieux-Lille également. Dans ces endroits, le port du masque est obligatoire et la police doit se montrer, pour bien faire comprendre que maintenant, en cas de non-respect, on verbalise", explique Christophe Vorreux, commissaire divisionnaire de la police de Lille.

Une mesure pas encore tout à fait acquise malgré les affichages

En fonction de l'attitude des passants, les forces de l'ordre effectuent encore quelques rappels à l'ordre bienveillants. Mais lorsque les contrevenants sont moins "coopératifs", la sanction tombe, comme avec une femme venue de région parisienne, dans notre reportage ci-dessous.
Port du masque obligatoire. Contrôles de police et verbalisations à Lille ©France 3 Nord Pas-de-Calais
Pour certaines familles de touristes, la mesure reste toutefois surprenante : "À partir du moment où il y a un mètre de distance entre les personnes, je pensais que ce n'était pas forcément obligatoire", s'étonne une mère de famille. "Pour les boutiques, les transports, on était au courant, mais à l'air libre, vraiment on se savait pas", renchérit son mari. Mais entre les remontrances préventives des forces de l'ordre et les affichages permanents qui peuplent le centre-ville, les passants n'ont plus le droit à l'erreur. En l'espace d'une heure, le 5 août dernier, 6 personnes ont été verbalisées. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société