Restos du cœur : la campagne d’hiver s’ouvre dans un contexte difficile à Mons-en-Baroeul

La 39eme campagne des restos du cœur vient de démarrer dans l’incertitude. Le prix des denrées et le nombre croissant de bénéficiaires a poussé l’association à revoir ses critères d'admission.

Les 2000 bénévoles de l'association sont à pied d’œuvre pour accueillir les bénéficiaires dans les 83 centres de la région lilloise des Weppes et du Douaisis lors de cette nouvelle campagne.

Mais une équation impossible à résoudre attend les Restos du Coeur cette année : la hausse des prix de l’énergie et de l’alimentation n’a jamais été aussi forte. Dans le même temps les bénéficiaires sont encore plus nombreux à s’inscrire cette année. Il faut donc faire des choix pour continuer à proposer la même qualité de services à tout le monde.

Les Bénéficiaires obligés de faire des choix

Les modalités d’accueil pour cette campagne d’hiver ont dû évoluer.

L’antenne de l’association basée à Mons-en-Baroeul dans le Nord n’échappe pas à la règle.

Concrètement, les bénéficiaires reçoivent moins de "points" leur donnant droits à des denrées par rapport aux années précédentes. Ils doivent donc faire des choix entre certains produits à récupérer. De quoi déplaire aux personnes dans la queue, à l'image de cette retraitée "au niveau des boîtes de conserve, je pouvais en récupérer 3 auparavant, désormais une seulement".

Une autre bénéficiaire s'inquiète: "j'ai reçu moins de briques de lait que d'habitude et nous sommes une famille nombreuse, cela nous fera seulement deux jours"

Une bénévole chargée de distribuer ces denrées déplore cette nouvelle situation: "il faut diviser les points, donc une personne pourra prendre seulement de la viande et l'autre pourra seulement prendre une boîte, alors qu'avant les deux étaient possibles ! Je ne suis pas d'accord avec ça !"

Le responsable du centre, Yves Marmouset essaye malgré ces conditions de garantir la meilleure distribution possible à tout le monde : "Tout a diminué, mais mon principe est d'essayer de faire que dans une journée comme aujourd'hui de 8h30 à 16h30 on puisse distribuer des produits identiques"

De nouveaux critères d'admission

En moyenne sur le plan national, Pour accéder aux distributions alimentaires, les bénéficiaires doivent généralement gagner moins de 667 euros par mois. Même si des adaptations sont possibles. “Nous ne voulons pas fermer les portes à ceux qui ne rentreraient pas dans les critères de l’aide alimentaire, mais qui pourraient bénéficier des autres accompagnements proposés par les Restos du Cœur”, explique l’association dans un communiqué.

Le barème imposé se base, lui, sur le “reste à vivre”, ce qu’il reste sur le compte, après avoir payé le loyer, les charges incompressibles, la cantine, la pension alimentaire ou les remboursements des crédits en cours.

Pour rappel, sur le plan national, lors de la 38e campagne de 2022-2023, l'association a distribué quelque 28 millions de repas de plus que l'année précédente, soit 170 millions en tout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité