Dépistage massif à Roubaix : quand ? Pour qui ? Quels tests ? Est-ce obligatoire ? Quel isolement ?

Un dépistage massif va être organisé dans la ville de Roubaix du 11 au 16 janvier 2021. Est-ce-obligatoire ? Comment ça va se passer ? On répond à cinq questions que vous nous avez posé.

Image d'illustration d'un test PCR.
Image d'illustration d'un test PCR. © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Le ministre de la Santé l’a confirmé lors de la conférence de presse hebdomadaire jeudi 10 décembre, l’Agence Régionale de Santé des Hauts-de-France en dévoile aujourd’hui les contours. Un dépistage massif de la population va être organisé dans la ville de Roubaix au mois de janvier 2021, 100% gratuit et sur la base du volontariat. 

L’une des villes ayant enregistré l’un des taux d’incidence les plus élevé de France au plus fort de la deuxième vague a ainsi été sélectionnée, tout comme les villes de Saint-Étienne, Charleville-Mézières et Brest. 

On vous explique à quoi ça sert et comment ça va se dérouler. 

1. Quand ? 

La campagne de dépistage aura lieu du lundi 11 au samedi 16 janvier, soit pendant six jours.

2. Qui pourra se faire tester ?

Toute la population roubaisienne - c’est-à-dire les 97 000 habitants - mais également toutes les personnes qui se rendent très régulièrement à Roubaix, que ce soit pour le travail ou pour des raisons personnelles, pourront se faire tester.

3. Comment ça va se passer ?

Cette campagne sera 100% gratuite pour les roubaisiens. Six lieux de dépistage vont être installés aux quatre coins de la ville pour accueillir les volontaires dans des locaux municipaux comme des salles de sport ou dans des barnums montés pour l’occasion.

Chaque participant va effectuer deux tests de manière simultanée : un test antigénique et un test RT-PCR. 

"Première en France, la réalisation simultanée et à grande échelle d’un test PCR et d’un test antigénique permettra de mieux évaluer la sensibilité du test antigénique, de préciser les conditions dans lesquelles les « faux négatif » se produisent et donc d’utiliser ces tests antigéniques le plus efficacement possible."

Communiqué de l’ARS des Hauts-de-France

4. Vers un isolement des malades ?

Un temps envisagé, l’isolement forcé des personnes positives ne semble pas être la voie choisie. Benoit Vallet, directeur de l’ARS des Hauts-de-France, a expliqué chez nos confrères de France Bleu Nord que les cas positifs "bénéficieront d’un entretien médical (…) avec une explication des mesures essentielles" pour s’isoler de manière efficace, même si plusieurs personnes vivent sous le même toit.

"Dans le cas où ces personnes souhaiteraient un isolement plus poussé, nous organiserons cet isolement" , a-t-il ajouté. Cela pourrait par exemple se traduire par la réquisition de chambres d’hôtel. Des discussions sur ce point sont en cours avec la mairie de Roubaix.

5. Quel objectif ? 

Dans une des villes les plus touchée par la deuxième vague, l’objectif est double : identifier tôt une possible reprise de l’épidémie au lendemain des fêtes de fin d’année et mesurer concrètement les enseignements d’une telle campagne pour la dupliquer dans d’autres villes en France.

"Tout l’enjeu de la campagne est d’identifier tôt une éventuelle reprise épidémique liée aux fêtes de fin d’année, pour agir vite et tenter de stopper la circulation du virus sur la commune."

Communiqué de l'ARS des Hauts-de-France

Les autorités sanitaires réfléchissent déjà à déployer quelques semaines plus tard à Roubaix une deuxième campagne de dépistage à grande échelle, qui pourrait cette fois s’appuyer sur les tests salivaires comme le préconisent certains scientifiques.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société