Saint-Amand-les-Eaux : des centaines d’ananas déversés en pleine forêt

La découverte a été faite par des promeneurs en début de semaine. Des centaines d'ananas ont été déversés dans la forêt de Saint-Amand-les-Eaux. Un dépôt sauvage qui révolte les amoureux de la nature. Impossible de déposer plainte dans ce cas pour l'office national des forêts. On vous explique.
Des promeneurs ont découvert des centaines d'ananas abandonnés dans la forêt de Saint-Amand-les-Eaux.
Des promeneurs ont découvert des centaines d'ananas abandonnés dans la forêt de Saint-Amand-les-Eaux. © Delmer Gonzague
Il a fait la découverte en début de semaine. Et depuis, Gérard se rend en forêt de Saint-Amand chaque jour pour être certain qu’il n’a pas eu d’hallucination. Devant lui, à 250 mètres à peine de l’usine d’eau, un tas d’ananas énorme. "Plusieurs centaines de fruits" dit-il. 

Ce retraité sportif habite Saint-Amand-les-Eaux et pratique la marche à pied. Sa femme est cavalière. Cette forêt, ils la connaissent par coeur... mais c’est bien la première fois qu’ils assistent à un tel spectacle.
Plusieurs tas d'ananas distincts ont été découverts par les promeneurs dans la forêt de Saint-Amand-les-Eaux.
Plusieurs tas d'ananas distincts ont été découverts par les promeneurs dans la forêt de Saint-Amand-les-Eaux. © Delmer Gonzague
"Des dépôts sauvages, on en a déjà vu… mais jamais des dépôts alimentaires, et surtout dans cette quantité" assure le retraité. Il calcule. "Selon moi, sachant qu’un ananas pèse en moyenne plus d'un kilo, il n’y a pas loin d’une tonne de fruits abandonnés." Quatre tas distincts ont été découverts. 

"Selon moi, il n’y a pas loin d’une tonne de fruits abandonnés."

Gérard, habitant de Saint-Amand-les-Eaux

Ne sachant pas vraiment qui prévenir, il a posté des photos sur les réseaux sociaux, afin d’exprimer sa colère. "Il y a des gens nécessiteux, les restos du coeur ont d’énormes demandes… On ne jette pas de l’alimentaire, s’insurge-t-il. On aurait pu en faire quelque chose, ça nous a révolté…"

D’où provient cette marchandise ?

Tous les ananas portent la même étiquette, qui n’en dit pas réellement plus sur la provenance des fruits. Aux vues de la quantité, difficile d’imaginer que ce dépôt sauvage provienne d’un magasin isolé… "Selon moi c’est un transporteur" avance Gérard. Lors de sa modeste enquête, le retraité s’est rendu dans la grande surface voisine pour comparer les étiquettes, mais elles sont différentes.
Toutes les étiquettes sur les ananas abandonnés sont identiques.
Toutes les étiquettes sur les ananas abandonnés sont identiques. © Delmer Gonzague
Il a également réfléchi à la manière dont tous ces fruits ont pu être déversés dans la forêt. "Il faut oser s’aventurer en marche arrière, à l'aveugle, en plus avec un gros camion… j’ai du mal à comprendre" avoue Gérard.

Un précédent dans la forêt de Mormal

Cette affaire n’est pas sans rappeler le feuilleton de l’été 2020 dans la forêt voisine de Mormal où des centaines de produits périmés, sous emballage, avaient été abandonnés au beau milieu du plus grand massif forestier du département du Nord.  Quelques semaines après la découverte, l’auteur avait été confondu. Il s’agissait d’un membre de l’association Denain au coeur qui, face aux produits périmés, n’avait pas su comment agir. Il a depuis été exclu.

Difficile de déposer plainte

Les services de l’Office National des Forêts (ONF), alertés hier, sont actuellement sur place pour évaluer l’ampleur du dépôt sauvage. "Nous avions déjà eu des dépôts de nourriture au printemps dernier dans la forêt de Saint-Amand" nous explique Christophe Postel, technicien forestier territorial.

Aucune plainte ne sera déposée dans cette affaire, faute de preuves. Néanmoins, le dépôt d’ananas sera enregistré en interne pour garder une trace.

"Lorsqu’on a des éléments qui peuvent permettre d’avoir espoir que ça aboutisse, on dépose plainte. Dans le cas du dépôt d’ananas, on pourrait déposer une plainte contre X. Il n’y a pas d’intérêt car il n’y a aucune piste, aucun témoin."

Christophe Postel, technicien forestier territorial à Saint-Amand-les-Eaux

Les dépôts sauvages sont des phénomènes récurrents, et l’ONF dépose entre cinq et dix plaintes par an rien que ceux effectués dans la forêt de Saint-Amand, où une cinquantaine de tonnes d’ordures sont en moyenne enlevées chaque année du massif forestier.

Les ananas, quant à eux, seront ramassés par les services de l'ONF et envoyés à la déchèterie.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature pollution environnement forêt