• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Wonder Augustine : sa maman est “écoeurée“ par un vote ”contre” des députés de la majorité

Le compte-rendu du vote de rejet d'un des amendements pour la création d'un fonds dédié à la recherche contre les cancers des enfants / © Wonder Augstine/France 3
Le compte-rendu du vote de rejet d'un des amendements pour la création d'un fonds dédié à la recherche contre les cancers des enfants / © Wonder Augstine/France 3

Les députés de la majorité gouvernementale ont rejeté les amendements demandant la création d'un budget spécifique d'environ 20 millions d'euros pour la recherche sur les cancers des enfants.

Par EM

Ce mercredi matin, Pauline Desplanque, la maman d'Augustine, petite fille de 4 ans décédée d'un cancer fulgurant il y a un mois à Wattrelos (Nord), a exprimé sa tristesse, sa colère, sur sa page Facebook : "Je me lève avec cette nouvelle et je suis vraiment très déçue... J'ai mal au ventre, presque comme le jour où j'ai eu les résultats du scanner et de l'IRM d'Augustine... On parle beaucoup mais on n'agit pas, mais que faut il pour que la recherche puisse se faire, c'est déjà long de rechercher, mais sans moyen, nous resterons encore là à subir les diagnostics, à subir les pertes... Je suis écoeurée..."

La maman d'Augustine qui a beaucoup médiatisé son combat contre la maladie réagit là à un rejet ce mercredi matin de la majorité des députés de plusieurs amendements créant un fonds pour la recherche sur les cancers des enfants de 15 à 20 millions d'euros. La majorité a préféré voter un fonds de 3 à 5 millions d'euros. Un montant décevant pour la famille d'Augustine et l'association.
 

Association Wonder Augustine

Wonder Bureau La nuit fût courte, ou plutôt longue ... Après de longs débats, l'expression de l'importance et la nécessité d'obtenir un fond entre 18 et 20 millions d'euros, à 5h40 c'est...

 

20 millions d'euros 


Depuis plusieurs années, le collectif Grandir Sans Cancer, constitué courant 2017 par des médecins, des chercheurs et des associations de familles, appelaient à une mobilisation du gouvernement pour qu’il “favorise l’émergence et le développement de programmes de recherche fondamentale [...] visant à définir les spécificités étiologiques et moléculaires des cancers pédiatriques." Le collectif demandait notamment la création d’un fonds annuel "d’environ 20 millions d'euros par an, dédié à la recherche […] sur les cancers des enfants et adolescents", qui ferait de la France "un pays leader en la matière".

La médiatisation autour d'Augustine pouvait laisser espérer une réelle avancée. La somme de 20 millions d'euros avait été avancée en s'appuyant sur les travaux parlementaires de l’ancienne députée de la Gironde Martine Faure, qui avait évalué les besoins manquants pour cette recherche, et rédigé un rapport de 150 pages. Pour l'association Grandir sans cancer, elle fait consensus.

Mais la majorité gouvernementale n'a pas suivi et créé un fonds plus modeste. Le rejet des amendements portés par Béatrice Descamps (UDI) et Eric Woerth (LR) ont été votés vers 5h30 du matin.
 

 

Quelle est la réelle raison valable de s'opposer à ces 20 millions d'euros ?


"On ne comprend pas, réagit Steeve de Matos, cousin de la maman d'Augustine et vide-président de l'association Grandir sans cancer. Pourquoi cette séance a été maintenue, malgré la fatigue et la complexité du sujet, à 5h du matin. Y-t-il une volonté de cacher ? Et puis on parle là d'un amendement validé par la Commission des finances. Pourquoi le rejeter ? Pourquoi ne pas avoir voté les 20 millions d'euros ? Il fallait les mettre au budget quitte à ne pas tout dépenser la première année. Quelle est la réelle raison valable de s'opposer à ces 20 millions d'euros ? La majorité gouvernementale aurait pu voter à l'unanimité, avec l'opposition. "


Il prend néanmoins acte du vote d'une somme de 5M€, proposée par le gouvernement et votée à l'unanimité par les députés : "Nous soulignons le travail et l'effort. Mais le combat de fond, c'est 15 à 20 millions. Tous les ans, on nous dit la même chose..."

Eric Woerth, député LR, est lui, un peu plus positif : "Beaucoup diront que ce n'est pas assez et ils ont raison. Mais les choses ont enfin bougé", a-t-il réagi sur Twitter.

Le combat va continuer par l'association Wonder Augustine et toutes les associations luttant pour une meilleure prise en compte des cancers infantiles. 500 enfants meurent chaque année du cancer. 










 

Sur le même sujet

La Séquence du filmeur

Les + Lus