• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Armada 2019 : un record d'affluence malgré la météo capricieuse

Lors des premiers jours de l'Armada, on estime qu'il y a eu 30% de visiteurs supplémentaires par rapport à l'Armada 2013. / © Olivier Couvreur.
Lors des premiers jours de l'Armada, on estime qu'il y a eu 30% de visiteurs supplémentaires par rapport à l'Armada 2013. / © Olivier Couvreur.

Philippe Chastres, directeur général de l'Armada, l'assure : c'est un record ! Le week-end du 8 et 9 juin a vu 1/3 de plus de visiteurs que lors de la précédente édition, en 2013.

Par Raphaëlle Besançon

Ni la grisaille, ni la tempête Miguel n'ont découragé les visiteurs pour les 30 ans de l'Armada. Pendant le week-end du 8 et 9 juin, les organisateurs estiment que le nombre de visiteurs a augmenté d'un tiers par rapport à l'édition précédente, en 2013. 

Je n'ai jamais vu autant de monde ! Ce n'était pas prévu, on se basait sur le même nombre de visiteurs qu'en 2013. On a été très étonnés mais aussi très contents. Philippe Chastres, directeur général de l'Armada de Rouen.
 

Week-end prolongé

La Pentecôte explique en partie ce succès. Le week-end prolongé a permi aux visiteurs venus de loin de faire le déplacement jusqu'à Rouen.

Cette Armada était très attendue. Six longues années séparaient cette édition anniversaire de la précédente.

Parmi les cinquante voiliers présents, on compte deux bateaux d’exception : l’Hermione, l’invitée d’honneur, et le Sedov, le plus grand voilier jamais venu à l’Armada. De quoi convaincre les plus hésitants.
 
 

Une sécurité adaptée

Une si grande affluence implique une sécurité renforcée. L'attente aux contrôles est parfois longue mais, Philippe Chastres l'assure : "Elle se fait toujours dans la bonne humeur."
Patrick Herr, président de l'Armada, n'échappe pas aux contrôles de sécurité. / © Olivier Couvreur.
Patrick Herr, président de l'Armada, n'échappe pas aux contrôles de sécurité. / © Olivier Couvreur.

Il est arrivé que des brêches soient créées le long des grilles par des visiteurs impatients. Mais les 80 caméras de surveillance ont permis de les refermer aussitôt.

Aucun incident n'a été déploré si ce n'est de nombreux couteaux confisqués lors des fouilles : "Des couteaux de marins ou de visiteurs, achetés sur le site et ramenés le lendemain", rassure l'organisation de l'Armada.

Au total, ce sont 300 agents de sécurité issus d'entreprises privées qui travaillent sur l'Armada.
" Un événement de cet ampleur, avec différents points d'accès et 8 km de quai, alors que nous sommes en plan vigipiratre renforcé, c'est un vrai défi ", confie Philippe Chastres, directeur général de l'Armada.
​​​​​​​
" Un événement de cet ampleur, avec différents points d'accès et 8 km de quai, alors que nous sommes en plan vigipiratre renforcé, c'est un vrai défi ", confie Philippe Chastres, directeur général de l'Armada. ​​​​​​​


Penser à la Rive gauche

Devant l'affluence de l'Armada, Philippe Chastres conseille de commencer sa visite par la Rive gauche, souvent délaissée. "Arriver par la Rive gauche permet d'avoir une vue d'ensemble des bateaux mais aussi de se promener sans être gêné par la foule. "
 

Le directeur général de l'Armada conseille également de venir de bonne heure : " C'est l'occasion de voir les marins préparer leur bateau et de profiter du calme et des lumières du petit matin. "
 

​​​​​​​​​​​​​​

A lire aussi

Sur le même sujet

Le maire de Bourg-Achard décrit les dégâts

Les + Lus