Davantage d’abandons d’animaux en Normandie à cause du Covid 19 ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mathilde Riou

Qu’il s’agisse d’animaux domestiques classique, type chien ou chat, ou de NACS (nouveaux animaux de compagnie), les associations de protection des animaux en Normandie ont vu les abandons augmenter en 2021. Les cas de maltraitance animale sont également en hausse.

Triste bilan en ce début d’année pour la SPA (Société Protectrice des Animaux). En Normandie, comme dans toutes la France, l’année 2021 est marquée par une forte augmentation des abandons d’animaux. A l’échelle nationale, 2022 commence par un constat amer : des refuges sont proches de la saturation. Le manque d’adoptions est criant et ne permet pas de recueillir de nouveaux pensionnaires. 7.202 animaux se trouvent actuellement sur les 62 sites que compte l’association.

Les chiffres de la SPA en Normandie pour 2021

1894 animaux ont été pris en charge dans les 4 refuges dépendants de la SPA Paris (Grand refuge à Pervenchères, Tollevast, Cabourg et Etalondes). C’est une augmentation de 23% par rapport à 2020.  

Autre chiffre inquiétant : celui des abandons de NACS. Il a augmenté de 79%. Ces animaux coups de cœur (exemples : rongeurs, primates, lézards, insectes, crustacés, mollusques, amphibiens, gallinacés, oiseaux, poissons, serpents …) disponibles à l’achat sur internet et dans les magasins, « sont l’incarnation même du combat contre l’animal-objet ».

La SPA milite pour que la récente loi interdisant la vente en animalerie de chiens et de chats dès 2024 soit étendue à ces animaux.  

Du coté des adoptions, 1659 animaux ont trouvé une famille d’accueil en 2021 en Normandie.

A Verson (Calvados), la SPA est indépendante du siège parisien. Comme une cinquantaine d’associations répertoriées sur le site seconde.chance.fr., elle constate une hausse des abandons notamment des chats : " En 2021, nous avons eu 831 chats à accueillir, le chiffre à doubler en deux ans" explique Valérie Guénon, secrétaire de l’association. Une des explications pourrait être liée à la crise sanitaire 

Si on détaille mois par mois, le premier pic a eu lieu à l’issue du premier confinement. Les propriétaires nous expliquent qu’ils n’ont pas pu stériliser leurs chats et ont été dépassés par les naissances.

Valérie Guénon, secrétaire SPA Verson

Concernant la tendance pour les NACS, c’est également une réalité pour ce refuge. " En 2021, nous avons accueilli 73 NACS. En 2020, ce n’était que 10 et encore moins les années précédentes. Nous sommes obligés de créer une salle pour ces animaux abandonnés la aussi après les confinements. En majorité, ce sont des lapins et des hamsters qui sont chez nous," précise Mme Guénon.  

La SPA en appelle à une réelle prise de conscience des Français.

Le premier réflexe pour l’acquisition d’un animal de compagnie devrait être l’adoption en refuge pour lutter contre l’abandon et responsabiliser les propriétaires.

Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA.

La survie des refuges grâce aux dons :  

"Même si un forfait est demandé à la famille d’adoption, ce montant est loin de couvrir les frais de vétérinaires et les charges qui pèsent sur l’association. Sans les lègues et les dons, on ne pourrait pas tenir."   précise Mme Guénon.

Recrudescence des cas de maltraitance  

Cette année a été par ailleurs tristement marquée par une recrudescence des signalements de maltraitance. Le nombre d’enquêtes menées par la SPA a augmenté de 17 % par rapport à 2020. Le service juridique de l’association indique s’être constitué partie civile avec dépôt de plaintes à 343 reprises et 349 audiences se sont tenues. Experte dans sa mission de lutte quotidienne contre la maltraitance, la SPA a pu également sauver 131 % d’animaux en souffrance en plus comparé à 2020.