Réchauffement climatique : Elsa et Thibault se lancent dans la création d'une micro-ferme biologique dans l'Eure

Pendant 10 ans, Elsa et Thibault ont été reporters pour une chaîne télévisée d'information continue. Caméra au poing, ils ont eu l’occasion de parcourir la planète et ses conflits. Et puis ils ont eu un enfant et se sont dit qu’ils voulaient changer de vie. Il y a deux ans, le couple a acheté une longère avec 5 hectares de terres à Saint-Sylvestre de Cormeilles, un petit village de l’Eure. Totalement novices en matière d’agriculture, Elsa et Thibault se lancent aujourd’hui dans la création d’une micro-ferme avec un projet de maraîchage biologique ! Ils ont monté une AMAP : les premières livraisons de légumes sont prévues pour cet été.
A travers ce Grand format, nous vous proposons de les découvrir et de suivre au fil des mois l’aventure de leur reconversion !
 

La Ferme des Gobettes

Réchauffement climatique : Elsa et Thibault quittent Paris pour créer la Ferme des Gobettes dans l'Eure

 

La Permaculture en 1’ par Thibault Dupont, maraîcher bio

Vous avez déjà entendu ce mot mais qu’est-ce, au juste, que la permaculture ? Thibault vous répond.
La permaculture expliquée en une minute

 

5 conseils pour réussir son potager bio

Cultiver des fruits et des légumes sans produits chimiques, c’est possible ! A condition de renouer avec des savoir-faire parfois oubliés. Thibault vous donne 5 conseils pour réussir votre potager.
5 conseils pour réussir son potager bio

 

Le projet en arboriculture d'Elsa

Le couple se lance dans le maraîchage bio mais aussi dans l’arboriculture. L’idée est de développer un grand verger sur 2,5 hectares et d’y planter pommes, poires, cerises, nèfles, coings, prunes…à l’automne 2018. Alors Elsa passe en ce moment un bac pro horticole par correspondance et effectue également des stages chez des arboriculteurs de la région
Elsa et l’arboriculture

 

Solidarité et financement participatif

Quand on se lance dans une reconversion professionnelle, mieux vaut être entouré ! En élaborant leur projet de maraîchage biologique, Elsa et Thibault ont trouvé du soutien, de la bienveillance et parfois même…de la solidarité au-delà de leur petit village de Saint-Sylvestre de Cormeille !!! Ils ont ainsi eu recours au financement participatif en vue de construire  un bâtiment multi-fonctions pour ranger le matériel, stocker les récoltes ou accueillir le public grâce à la plateforme BlueBees spécialisée dans le financement de projets qui œuvrent pour une agriculture et une alimentation durable. Retrouvez leur projet sur le site bluebees.fr
Crowfunding pour la ferme des Gobettes
Suivez leur projet sur facebook : la ferme des Gobettes

 

Pourquoi Gobettes ?

Au fait, pourquoi ça s’appelle la ferme des Gobettes ?
Les mares sur le site, et leurs nombreuses grenouilles, ont poussé Elsa et Thibault à baptiser les lieux "la Ferme des Gobettes". Une gobette, c’est une grenouille en patois normand. Il était important pour eux de trouver un nom qui soit propre à ce lieu et qui s’intègre à leur nouveau terroir.

 

Qui sont Elsa et Thibault ?

Thibault Dupont, 32 ans. "J’ai grandi dans le Nord, à Armentières. Je suis très attaché à mes racines et au passé ouvrier de ma région. Pour devenir journaliste et voyager, j’ai dû migrer à Paris. Ces 10 dernières années, je les ai passées aux quatre coins du globe, à rencontrer des gens passionnants, parfois dans des zones compliquées (Syrie, Irak, Afghanistan…). Le reportage de guerre est une activité riche en émotions dont on ne sort jamais vraiment indemne même si on en revient en vie. Je n’ai aucun regret, mais aujourd’hui je suis content de tourner cette page. Quand j’avais 20 ans, je croyais à la grande révolution, qu’il fallait tout casser pour reconstruire. A 30 ans, j’ai changé d’avis. A chacun de faire ce qu’il semble être juste, à chacun de faire sa part.
En juin 2017, j’ai obtenu un Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole (BPREA) en maraîchage biologique.
"
 
 
Elsa Jirou, 34 ans. "Contrairement à Thibault, je suis plutôt une citadine même si j’ai toujours été attirée par la nature. J’ai adoré être journaliste, parcourir la France et le monde pour raconter les gens, vivre des petits moments d’histoire. Mais si je suis devenue journaliste, c’est parce qu’un peu naïvement j’espérais faire bouger les lignes. Et un jour on réalise que nos reportages n’ont pas l’impact attendu, alors on s’est dit que si l’on voulait changer les choses, il fallait commencer à notre petite échelle. Et quoi de plus urgent que de mieux nourrir les Hommes ? Alors nous voilà avec nos petits bras et notre immense détermination pour créer un nouvel idéal fait de bons fruits et légumes produits dans un environnement riche et sain." 

 

La ferme des Gobettes en photo

La ferme des Gobettes