TEMOIGNAGES. "Une explosion et un énorme flash violet" : leur bateau frappé par la foudre en plein océan, deux skippers racontent leur sauvetage

Le bateau class40 Sogestran-Seafrigo, participant de la Transat Jacques Vabre, a été frappé par la foudre en pleine nuit ce dimanche 3 mars, au large des Caraïbes. Témoignages.

L'accident aurait pu virer au drame pour les skippers manchois Pierrick Letouzé et Noa Geoffroy. Dans la nuit du 3 au 4 mars, le class40 Sogestran Seafrigo a été frappé par la foudre, dans les Antilles.

"La foudre frappait de plus en plus près du bateau"

Après avoir remporté la course RORC Caribbean 600, avec à la barre Guillaume Pirouelle, Pierrick Letouzé, Alexis Loison et Valentin Sipan, le navire était en transit pour rentrer au Havre, comme l'explique Pierrick Letouzé dans un message vocal transmis à France 3 Normandie par l'équipe Sogestran Seafrigo.

"On était partis de Guadeloupe avec Noa le 25, pour rejoindre les Açores, ça faisait donc une semaine qu'on était en mer", raconte le navigateur.

En début de soirée, des orages se forment tout autour du bateau, sans que les deux skippers parviennent à leur échapper. "La foudre frappait de plus en plus près du bateau", poursuit Pierrick Letouzé.

C'est finalement à 23h52 qu'un éclair touche directement l'embarcation.

J'étais à l'intérieur, Noa, lui, était à la barre. On a ressenti une sorte d'explosion avec un énorme flash rose, violet. Ça a duré quelques secondes mais c'est quelque chose qu'on n'oubliera pas.

Pierrick Letouzé, co-skipper du Sogestran Seafrigo

Le matériel électronique a brûlé instantanément, sur fond d'alarme incendie. "On a tout aspergé d'extincteur, et on s'est tout de suite rendu compte qu'on avait une voie d'eau." Aussitôt, Noa Geoffroy s'affaire à affaler les voiles, tandis que son co-skipper finit d'éteindre l'incendie et colmate la voie d'eau.

Dans la foulée, ils déclenchent la balise de détresse et mettent en place les nombreux préparatifs de sécurité au cas où il faudrait évacuer le bateau, tout en continuant à écoper l'eau.

Cap sur Panama

"Au petit matin, un avion nous a survolés." L'aéronef des gardes-côtes les prévient alors que le Frio Ionan, un cargo en route pour Panama, a été dérouté pour les secourir. "On a vu le bateau s'éloigner au loin, c'était une sensation assez étrange", se souvient Pierrick Letouzé.

Mais "à défaut d'apprendre le portugais aux Açores", les deux Normands ont maintenant l'occasion de "réviser" le russe et l'anglais auprès de l'équipage du cargo, plaisante le navigateur. Ils devraient atteindre Panama ce dimanche 10 mars.

Le bateau toujours à la dérive

Quant au bateau lui-même, il est toujours à la dérive dans l'océan Atlantique, et sa balise de détection fonctionne toujours, comme le confirme Cédric Chateau, directeur sportif de Sogestran Seafrigo, dans un autre message vocal envoyé cette fois de l'avion qui l'emmène, "avec 7 marins expérimentés", vers la Martinique.

Dans la soirée, l'équipage comprenant Cédric Chateau, Guillaume Pourelle et d'autres skippers embarqueront sur un catamaran de 45 pieds pour partir à la recherche du Sogestran Seafrigo.

"Depuis le début, notre histoire avec ce bateau nous rappelle qu’il ne faut rien lâcher", rappelle enfin Cédric Château. Lors de la Transat Jacques Vabre 2023, le Sogestran Seafrigo était en effet entré en collision avec un autre bateau 20 minutes après le départ du Havre. Hors de question, donc, d'abandonner ce voilier qui en a vu d'autres. "Nous allons continuer dans ce sens. Nous sommes avant tout heureux que nos coéquipiers soient sains et saufs !