Faut-il craindre le frelon asiatique ?

Publié le
Écrit par Olfa Ayed et Nicolas Dalaudier

Le frelon asiatique est de retour en ce mois de mai. Tous les ans, il revient en même temps que le soleil pour entamer la construction de ses nids. Des nids qu'il faut détruire surtout lorsqu'ils se trouvent près des habitations. Cet insecte nuisible peut être dangereux.

Installés en France depuis quelques années, les frelons asiatiques sont de retour avec les beaux jours du mois de mai. La Manche fait partie des destinations préférées de cet insecte. "On a à peu près 4000 nids de frelons asiatiques repérés en 2020 et en 2021. On est monté à 6000 en 2018 donc on talonne un peu le Finistère et quasiment égale en quantité que l’Ille-et-Vilaine", indique Antoine Métayer, directeur de la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles 50 (FDGDON).

Pour le reconnaître, c’est simple : le frelon asiatique est un peu plus noir et plus petit que le frelon européen. De dominante très noire, il possède un anneau jaune/orangé (quatrième segment de l'abdomen). Il a également des pattes très jaunes. Cette espèce d'insecte est invasive et agressive

Le frelon asiatique est-il dangereux ?

Cette "guêpe sociale" se nourrit essentiellement d’abeilles et de miel et peut détruire des ruchers entiers. Elle met donc en danger la biodiversité entretenue par les abeilles et constituent un danger réel pour les animaux et pour les hommes : les frelons asiatiques nourrissent leurs larves avec des protéines animales, des abeilles, mais aussi d'un ensemble d'insectes, et également sur le poisson des étals et les cadavres de mammifères, explique-t-on sur le site de la FDGDON 50.

Ils ont un fort impact sur la biodiversité et l'apiculture. La prédation des pollinisateurs et la recherche de sucres, peuvent aussi impacter les productions fruitières, notamment cidricoles.

FDGDON 50

fdgdon50.com

De plus, s’ils se sentent menacés les frelons asiatiques peuvent attaquer en groupe pour protéger leur nid. En 2018, dans le département de la Manche, 314 attaques avec victime ont été recensées par la FDGDON, dont 9 cas à plus de 10 piqûres et 3 cas par projection de venin dans l'air ambiant. Ces attaques ont conduit à 4 chocs anaphylactiques ( une réaction allergique rapide et susceptible de provoquer la mort) et un décès dans le Sud du département. Des attaques ont également été signalées sur des animaux de compagnie et d'élevage : 5 sur des chiens, 1 sur un chat et 2 sur bovins (dont un cas mortel).

Que faut-il faire face à un nid ?

Le nid d’un frelon a la taille d’une balle de tennis. Pour décrocher un nid il faut l’intervention d’un professionnel car l’opération peut s’avérer risquée et une attaque est possible. Il est important d’opérer vite et d’enlever le nid lorsqu’il est au stade "primaire", c'est-à-dire avec simplement la reine à l’intérieur.

Car si rien n’est fait, la reine va pondre ses œufs. Les ouvrières vont agrandir le nid et la situation peut rapidement devenir délicate. "On peut se retrouver avec 1500, 2000 individus ça peut aller très vite dans les nids. Une reine frelon asiatique c’est 6 mm de dards", détaille Mickael Calenge, technicien désinsectiseur.

Début mai dans la Manche, une quarantaine de nids ont été détruits sur le département. Un chiffre qui va rapidement augmenter avec l’arrivée du beau temps.

Si vous apercevez un nid, n’intervenez surtout pas. Il faut appeler votre mairie qui fera intervenir un professionnel, gratuitement là plupart du temps.