Nicolas Bay (RN) invité de Dimanche en politique

Nicolas Bay, Deputé Européen et conseiller régional (RN) est l’invité de l’émission Dimanche en politique. Au sommaire couvre-feu, covid19, vaccination, Brexit, visite d'Emmanuel Macron en Normandie et élections régionales. ce 17 janvier à 11h30 sur France 3 Normandie

Nicolas Bay (Rassemblement National) est l'invité de Dimanche en politique ce 17 janvier 2021
Nicolas Bay (Rassemblement National) est l'invité de Dimanche en politique ce 17 janvier 2021 © Fabienne Bahin France 3 Normandie

Un couvre feu en attendant un éventuel reconfinement ?

Un couvre feu a été mis en place pour une durée minimum de 15 jours sur l’ensemble du pays, la situation est « fragile » selon Jean Castex et un nouveau confinement n’est pas à « exclure en cas de forte aggravation de l'épidémie ». Nicolas Bay craint que  « Cette décision de couvre feu ne soit ni efficace, ni pertinente, c’est d’ailleurs le problème que l’on a depuis des mois avec des mesures avec lesquelles on a du mal à trouver de la cohérence.. les conséquences sociales, économiques et psychologiques seront gravissimes ».

Les vaccinations face à la menace de souches plus contagieuses ?

Ce lundi 18 janvier, toutes les personnes de plus de 75 ans pourront se faire vacciner en prenant rendez-vous dans l'un des centres mis en place dans la région. Un site internet a été ouvert www.sante.fr et un numéro est accessible 7 jours sur 7, le 02 79 46 11 56.

Module Nicolas Bay Dimanche en politique 17 janvier 2021 ©France 3 Normandie

Nicolas Bay répond à, Hervé Morin, le président de la Région qui a proposé d’acheter des doses de vaccin pour 500 000 Normands qui ne seraient pas prioritaires dans le processus mis en place par l’Etat, « il ne faut pas ajouter de la pagaille à la pagaille, qu’Hervé Morin obtienne déjà des bons résultats dans les domaines de compétences du Conseil régional avant de vouloir s’occuper de tout et n’importe quoi. Les vaccins, c’est une prérogative de l’Etat, il ne s’agit pas de laisser l’Etat se désengager de ses responsabilités, il s’agit de défendre la Normandie face à l’Etat, de défendre les Normands et de leur permettre de se faire vacciner rapidement »       

L’Angleterre coupée de l’Europe ?

Alors qu’un test PCR est obligatoire pour débarquer sur le sol français pour tous les voyageurs venus du Royaume-Uni, la situation dramatique que peut connaître le pays (60 000 nouveaux cas et jusqu’à 1500 morts par jours cette semaine) fait craindre une propagation de ce variant dans l’hexagone. Cette semaine, un 1er cas de cette souche britannique a été diagnostiqué en Seine-Maritime. Les ports français peuvent-ils être une porte d’entrée de ce variant ? Faut-il aller jusqu’à fermer les frontières avec le Royaume Uni ?

Nicolas Bay n’y est pas opposé : « Ca fait partie des mesures qui peuvent être prises compte-tenu de la situation sanitaire, ça ne sera jamais que des mesures transitoires, il faut bien distinguer la question du Brexit avec celle du Covid, aujourd’hui, le variant anglais fait peser une menace très lourde donc on est obligé de faire des restrictions, la France est assez laxiste dans ce domaine, on n’a pas fermé nos frontières assez tôt lors de la 1ère vague donc ça a facilité la propagation, y’a beaucoup de pays qui ont été plus prudent que nous »

Retour sur la visite d’Emmanuel Macron dans l’Eure

Le Chef de l’Etat était cette semaine dans le département de l’Eure, il s’est rendu dans un 1er temps sur le site d’Ariane Group à Vernon où sont employés plus de 800 personnes , il a annoncé le déblocage d’une aide de 30 millions d’Euros en faveur du site frappé lui aussi de plein fouet par la crise.

Dans la Foulée de cette visite , Emmanuel Macron s’est rendu dans la ferme de Ruelles à Tillly , une exploitation qui pratique l’Agro-Ecologie que certains définissent en une phrase « Moins de machine et plus d’animaux et de végétaux ».

Pour Nicolas Bay, Emmanuel Macron a fait « une opération de communication, il est le chantre de l’économie mondialisée, on multiplie dans l’union européenne avec la bénédiction d’Emmanuel Macron, les accords de libre échange avec le monde entier, si on veut assurer la sécurité alimentaire de nos enfants et des petits normands, si on veut préserver une agriculture de qualité, il faut se protéger de la concurrence déloyale avec des produits qui plus est de mauvaise qualité ».

Je serai en 1ère ligne de ce combat et j’espère pouvoir mener cette bataille parce qu’on a débarrassé la Normandie du socialisme en 2015, ce serait bien de la débarrasser en 2021 du centre droit macronisé.

Nicolas Bay, Député européen et Conseiller régional (Rassemblement National)

A propos des élections régionales de juin 2021

Nicolas Bay n’est pas favorable à un report au-delà du mois de juin même si il convient qu’il est impossible de prévoir l’avenir et de dire si la situation sanitaire du pays permettra d’organiser le scrutin. Ce qui est certain , c’est que le chef de file du Rassemblement National en Normandie, déjà présent au second tour en décembre 2015 compte bien mener la liste de son parti face à ses adversaires tout désignés « Je serai en 1ère ligne de ce combat et j’espère pouvoir mener cette bataille parce qu’on a débarrassé la Normandie du socialisme en 2015, ce serait bien de la débarrasser en 2021 du centre droit macronisé » . Les têtes de listes du Rassemblement National pour ces élections régionales doivent être désignées début février.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
dimanche en politique politique à l'antenne vos rendez-vous