150 ans du HAC : Jean-Pierre Hureau, le Havrais qui redonna un nouveau souffle au plus ancien club de football de France

Publié le
Écrit par Richard Plumet .

Président du Havre Athlétique Club pendant plus de 20 ans, Jean-Pierre Hureau a permis au club du Havre (Seine-Maritime) de retrouver son statut professionnel et la première division. Rencontre.

On l'appelle "le club doyen". Le HAC est le premier club de football créé en France. C'était en 1872, au Havre, ville maritime et portuaire en liaison avec les Anglais.

Rencontre avec Jean-Pierre Hureau à l'occasion de la journée spéciale "150 ans du HAC" sur l'antenne de France 3 Normandie ce mercredi 28 septembre 2022 (lire plus bas).

Le président emblématique du HAC nous reçoit au Bistrot des Halles, l'un de ses anciens établissements. Car en plus d'avoir été un homme de football, Jean-Pierre Hureau a dirigé plusieurs restaurants, dont la célèbre brasserie Paillette.

Svelte, le physique d'un sportif, le regard vif, il ne fait pas ses 90 ans. Cependant, un peu fatigué et perturbé pour des raisons familiales, il a demandé à être accompagné, pour mieux répondre à nos questions, d'Alain Belsœur qui fut à ses côtés le directeur général du HAC.

 

Jean-Pierre Hureau, le président de la renaissance du HAC

Au lendemain de la seconde guerre mondiale et après les heures de gloire de 1959 où les "Ciel et Marine" remportèrent la Coupe de France, le HAC connait des années 60 marquées par la perte de son statut de club professionnel et sa descente en division d'honneur…

C'est à la fin des années 70 que René Bourillon, un chef d'entreprise ayant réussi dans le domaine du bâtiment, passionné de football, attaché à sa ville d'origine (Le Havre) et à l'histoire de son club, décide de relancer le HAC.

Pour cela, en 1978, il contacte un autre Havrais, un entrepreneur, l'invite à Paris dans un restaurant et arrive à le convaincre de reprendre le club doyen.

44 ans plus tard, Jean-Pierre Hureau confie avoir tout de suite accepté : "Pour moi c'était un honneur, je suis arrivé presque en courant !" Mais il pose une condition : qu'Alain Belsœur fasse équipe avec lui. C'est ainsi que le duo (président et directeur général) sera aux commandes du HAC pendant 22 ans, jusqu'en 2000.

Quand il arrive, Jean-Pierre Hureau a un objectif, un horizon, un cap : "ne pas seulement construire une équipe, mais bâtir un club." C'est qu'en 1978, le club est en 3e division et a perdu son statut professionnel depuis 1964. Et en plus,  joue dans un stade vétuste…

Le président Hureau va emmener le HAC vers l'élite (on se souvient encore du match Le HAC-Mulhouse de 1985 et de toute une ville en fête), créer un centre de formation, rénover le stade Deschaseaux et redonner ainsi la place que méritait le club doyen dans le football français.

Des débuts difficiles

A la tête du HAC en 1978, le duo Hureau-Belsœur part de zéro, ou presque. Le premier objectif est de changer de division : "Etant en 3e division, on a eu très vite la volonté de créer un centre de formation, comme à Auxerre, ce qui, à l'époque, était peu courant et il y en avait très peu en France. Puis, avec Léonce Lavagne, un homme d'une grande qualité morale et un meneur d'hommes, on est passé du premier coup en deuxième division, en 1979. Et en 1981 on a retrouvé le statut professionnel."

Pour l'intérêt général

"Quand je m'intéresse à quelque chose, je vais au bout du chemin, je n'abandonne pas !" En marge de l'aspect purement sportif, Jean-Pierre Hureau a dû aussi trouver de quoi financer le développement du club et les travaux de rénovation du stade Deschaseaux "tribune par tribune". Il s'est alors tourné vers les collectivités locales pour des demandes de subventions, ce qui n'était pas le cas avant. 

"Avec la mairie [communiste] du Havre cela n'a jamais été compliqué. C'était très clair, nous avons travaillé ensemble, on allait dans le même sens, indépendamment des couleurs politiques, dans l'intérêt général. Pareil avec Jean Lecanuet pour le département de Seine-Maritime."

Autre travail en parallèle, celui de faire venir des joueurs. "Pour cela on s'occupait de les aider, de les accompagner, de leur trouver des logements, de s'occuper de l'installation de leurs épouses."

1985 : une ville en liesse

L'accession en première division a eu lieu en 1985 à l'issue d'un match Le Havre-Mulhouse marqué par l'exploit de Pascal Pain. La pelouse est envahie, même par les spectateurs restés en dehors du stade. La foule attend les joueurs en criant. Des milliers de personnes se retrouvent ensuite devant l'hôtel de ville, bloquant la circulation. Au même moment, FR3 diffuse (en différé) la rencontre avec des commentaires de Richard L'Hôte et Philippe Goudé. Boulevard de Strasbourg, au "Bar-Hac", des écrans ont été installés pour que les supporters présents puissent revoir le match. 

Au palais des Régates, où un dîner de gala a lieu, d'autres supporters escaladent les murs et se pressent devant les baies vitrées pour voir les joueurs.

Le président Hureau conseille alors d'entrouvrir les portes pour un échanges avec les joueurs, dont Pascal Pain. Le lendemain après-midi, toute l'équipe du HAC se déplace à la foire-expo de Rouen pour participer, entre 18h et 19h à l'émission de radio France  "Feuille de match" de Manuel Quesnel.

"Ce match a été un grand moment de ma vie" nous confie aujourd'hui Jean-Pierre Hureau.

Expo' Foot

Autre fait marquant de la présidence Hureau au HAC, une rencontre entre les services culturels du Havre et la maison de la culture avec le HAC pour l'organisation, en 1986, d'une grande exposition internationale sur l'univers du football : Expo'Foot. "On a réussi à faire venir de grands noms : Michel Platini, venu d'Italie en avion privé. Et aussi, ce qui n'a pas été facile, Sepp Blatter, le secrétaire général de la FIFA."

Défenseur de valeurs et de l'éthique

Jean-Pierre Hureau a quitté la présidence du HAC en 2000. "Ma grande fierté est d'avoir redonné sérieux et qualité au HAC. On a été respecté. Je pense qu'on a fait du bon boulot. On a travaillé sur le renom du club. Ce qui nous a guidé c'est qu'on s'est toujours référé au club doyen, à cette histoire, à ce passé. Les Havrais sont fiers de leur club, le premier club français.  Et à mon départ, les comptes en banque étaient tous positifs, ce qui n'était pas le cas partout ! J'ai toujours eu le principe de dire combien ça coûte, d'être économe…"

Au HAC, mais aussi dans les hautes instances du football, à la fédération où il a côtoyé des grands dirigeants et accompagné l'équipe de France pendant dix ans (dont une Coupe du monde), Jean-Pierre Hureau a toujours défendu une certaine vision du football et des valeurs qu'il juge fondamentales comme le respect de l'adversaire et l'esprit d'équipe.

"Les choses ont bien changé au point de vue hiérarchique. La différence quand même maintenant, je pense, c'est qu'on lui apporte pas l'importance que cela mérite. Maintenant c'est les grands clubs et leurs possibilités financières."

Il dit aussi regretter l'importance prise par l'argent et l'individualisation des joueurs au détriment du collectif. "Enfin, je suis toujours très attaché à ce sport qui a été une grande partie de ma vie, une bonne partie de ma vie…"

Les 150 ans du HAC sur France 3 Normandie

Pour célébrer les 150 ans du HAC (Havre Athlétique Club) France 3 Normandie va présenter, en direct du stade Océane du Havre, une édition spéciale de ses journaux télévisés 12|13 et 19|20 le mercredi 28 septembre 2022.

Parmi les évocations de la longue histoire du club, avec invités, reportages et images d'archives, un portrait de Jean-Pierre Hureau sera diffusé 

Au programme :

  • La finale de la Coupe de France de 1959
  • Le HAC dans les quartiers
  • Les centres de formation du SMC et du HAC
  • Le portrait de Joël Tiéhi, ancien attaquant du HAC
  • Les derbys normands
  • De Deschaseaux au Stade Océane

> Direct et replays de ces JT à voir en cliquant ici  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité