• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Les JO en Normandie, un marathon à embûches

Les JO 2024 auront lieu du 26 juillet au 11 août / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Les JO 2024 auront lieu du 26 juillet au 11 août / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

La Normandie a relancé aujourd'hui sa candidature pour devenir base arrière des Jeux olympiques de 2024, à Paris. Après avoir perdu la course dans les épreuves de voile, la région multiplie les démarches pour accueillir des athlètes, en espérant toujours la flamme...

Par David Frotté

Le Havre, les plages du débarquement, Caen, Rouen, Houlgate, Saint-Lô, Deauville, le Haras du Pin... Tout le monde en Normandie voudrait bien goûter aux JO en 2024.
Il faut dire que certains chiffres donnent le vertige : plus de 10.000 athlètes attendus et près de 400.000 spectateurs par exemple. 

Et tout ne sera pas concentré à Paris.

Le Havre avait bien tenté d'obtenir les épreuves de nautisme, dès 2015, avant même donc l'attribution des Jeux olympiques pour la capitale française. Finalement, c'est Marseille qui a remporté le match.
 

Depuis 2017, plusieurs villes normandes se sont positionnées pour devenir base arrière pour les athlètes, juste avant et pendant la compétition.

La région dispose de structures sportives importantes, à l'image du Kindarena à Rouen ou de la base nautique de Caen entre autres.

Par ailleurs, le Centre Sportif de Normandie (CSN) à Houlgate (Calvados) va être rénové avec pour objectif l'accueil des athlètes des JO 2024 pour leurs entraînements.

Nous disposons de 60 équipements, salles et gymnases de très bon niveau les plus proches de Paris . A Houlgate, nous allons investir 35 millions pour en faire un centre de référence qui accueillera les sportifs de haut niveau toute l’année. Il sera le seul, avec Clairefontaine, le centre de l’équipe de France de football, doté d’un terrain synthétique couvert.
Hervé Morin, président de la région Normandie

Le chantier d'Houlgate a démarré il y a un an et se terminera en 2023, avec notamment une extension du dojo, un terrain de football couvert (!!!), un centre médico-sportif et 200 lits dans un hébergement hotelier 3*.

Les détails du chantier dans ce reportage, et les interviews de :
_ Gerard Fourquet, président du Centre Sportif de Normandie
_ Sylvie Skaza, directrice du Centre Sportif de Normandie
 
La Normandie, base arrière des JO 2024 ?

Une quarantaine de sites a fait acte de candidature auprès de la Région pour participer à l’aventure et profiter, au passage, des chantiers de rénovation ou de construction.
Asnelles, par exemple, a tenté sa chance (sans succès), en proposant d'introduire le char à voile parmi les nouvelles épreuves disputées.

Même la flamme olympique est espérée sur les plages du débarquement, pour célébrer au passage les 80 ans du jour le plus long.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Rouen : réactions après les annonces d'Agnbès Buzyn

Les + Lus