Législatives 2024. Députés en danger, quelles circonscriptions pourraient basculer en Normandie ?

Plus sur le thème :

À l’issue de la déroute de son parti lors des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l'Assemblée nationale, dimanche 9 juin 2024. Le scrutin doit se tenir les 30 juin et 7 juillet. Qui sont les élus en danger ? Quelles circonscriptions pourraient basculer ?

Les électeurs normands sont à nouveau appelés à se rendre dans l'isoloir au début de l'été. Ce n'était pas prévu, mais devant la nouvelle déroute subie par son parti lors des élections européennes de ce 9 juin, Emmanuel Macron a décidé de dissoudre l'Assemblée nationale.

De l'avis de nombreux observateurs, et des propres élus et militants Renaissance, le pari du président de la République est risqué. En donnant aux Français l'opportunité de voter à nouveau pour leurs députés, deux ans seulement après les dernières élections législatives, le chef de l'État tente un coup de poker qui pourrait être fatal à certains élus. Tour d'horizon des circonscriptions normandes qui pourraient changer de couleur politique. 

Le RN encore plus fort dans l'Eure ?

Même si la tendance des scrutins des dernières années laissait présager une percée du Rassemblement National dans les territoires ruraux, le fait que le parti d'extrême droite rafle quatre sièges sur cinq dans l'Eure lors des dernières législatives fut un véritable séisme politique. 

Toutefois, à l'exception de Kévin Mauvieux, élu avec 54 % des suffrages dans la 3e circonscription, celle de l'ouest du département, les trois autres députés RN peuvent craindre pour leur siège au Palais Bourbon en cas de sursaut de participation et d'éventuel front républicain.

Car tous l'ont emporté d'une très courte tête face à des candidats macronistes en juin 2022. Dans la 1ère circonscription, Christine Loir a battu Séverine Gipson pour 567 voix (sur près de 40 000 votants), dans la 5e circonscription Thimothée Houssin n'a devancé François Ouzilleau que de 490 bulletins, tandis que Katiana Levavasseur l'avait emporté de 776 voix sur Fabien Gouttefarde.

Toutefois, ils ne devraient pas avoir trop de souci à se faire si les 42 % de suffrages accordés au RN dans le département lors des élections européennes se confirment lors des scrutins estivaux. En vient même à se poser la question d'un carton plein du RN dans l'Eure, car sur le canton de Louviers, le socialiste Philippe Brun n'avait battu la RN Chrystelle Saulière que de 350 voix en 2022. Celui qui estime qu'Emmanuel Macron a "joué à la roulette russe" sent bien qu'il est assis sur un siège éjectable. 

La Seine-Maritime encore préservée de la vague RN ?

En 2022, la Seine-Maritime était restée fidèle à ses couleurs politiques traditionnelles. Ainsi, le département le plus peuplé de Normandie avait élu cinq députés de la majorité présidentielle, trois communistes, un socialiste et une insoumise. 

Toutefois, deux élections s'étaient jouées dans un mouchoir de poche. Dans la 9e circonscription, Marie-Agnès Poussier-Winsback n'avait devancé le RN Nicolas Goury que d'environ 700 votes. Dans la 10e circonscription, Xavier Batut l'avait emporté d'à peine plus de 1000 bulletins sur Anaïs Thomas (RN). Ces deux cantons seront à scruter scrupuleusement le 7 juillet. 

Il faudra aussi garder un œil autour de Dieppe. Bastion communiste traditionnel, il est aux mains de Sébastien Jumel depuis 2017, mais la forte percée nationaliste des élections européennes est de nature à semer le doute en vue des législatives anticipées. Il ne faut pas oublier que lors de son accession à l'Assemblée nationale, Jumel n'avait battu Nicolas Bay (ex-RN, aujourd'hui Reconquête) que de vingt voix. 

Dans le Calvados, camouflet pour Renaissance ?

À l’instar de ce qui s'est passé en Seine-Maritime, les électeurs du Calvados n'avaient pas succombé à la tentation RN en 2022. Aucune circonscription n'était d'ailleurs véritablement proche de tomber dans l'escarcelle du parti de Marine Le Pen. Dans le secteur de Lisieux, où ce fut le plus serré, Jérémie Patrier-Leitus avait devancé Martine Vilmet de plus de 2000 suffrages.

Toutefois, dans ce canton rural du Pays d'Auge, un changement de donne n'est pas à éluder, car il n'est pas dit que le barrage républicain ayant permis à Patrier-Leitus de rejoindre l'Assemblée nationale fonctionne à nouveau le 7 juillet prochain.

Ailleurs dans le Calvados, il semblerait que certains élus localement bien implantés comme Arthur Delaporte (PS), Christophe Blanchet et Bertrand Bouyx soient protégés, même si dans le Bessin - la circonscription de ce dernier - le RN est en forte hausse, et Philippe Chapron, secrétaire départemental du parti de Marine Le Pen se voit déjà profiter de l'effet d'aubaine pour rallier Paris. 

durée de la vidéo : 00h01mn38s
Philippe Chapron (Rassemblement National), réagit à l'organisation d'élections législatives anticipées ©France Télévisions

Reste la question de deux circonscriptions de la majorité présidentielle qui pourraient basculer… à gauche ! Dans celle de Caen 1, Fabrice Le Vigoureux avait sauvé sa tête pour une centaine de voix seulement face à la jeune Emma Fourreau en 2022. Plus expérimentée désormais, celle qui est devenue une cadre de la jeunesse insoumise pourrait détrôner un macroniste déstabilisé. 

Enfin, quid d'Elisabeth Borne ? L'ancienne Première ministre est revenue aux affaires dans une 6e circonscription du Calvados d'abord laissé à Freddy Sertin. L'aura de l'ancienne tenancière de Matignon suffira-t-elle à lui garantir le siège au Parlement ? Son adversaire principal, l'insoumis Noé Gauchard attend en tout cas de prendre sa revanche depuis deux ans

L'Orne et la Manche toujours résistantes au RN ?

Malgré des scrutins nationaux et européens à l'avantage du Rassemblement National depuis près d'une décennie, l'Orne n'a encore jamais élu de député du courant Lepeniste. Avec Jérôme Nury à l'Ouest et Véronique Louwagie à l'Est, les Républicains ont pour l'instant réussi à garder leurs bastions. 

Plus au sud du département, les socialistes sont toujours au pouvoir. Dans la lignée de Joachim Pueyo, Chantal Jourdan a repris le flambeau, s'imposant toutefois de justesse pour une centaine de voix devant la candidate de la majorité présidentielle Marie-Annick Duhard en 2022. À l’époque, le RN avait échoué à la troisième place au premier tour. 

Dans la Manche, le Rassemblement National n'était présent dans aucune circonscription au second tour des législatives de 2022. Qu'ils soient sous la bannière de la majorité présidentielle comme Stéphane Travert ou Bertrand Sorre, ou avec l'étendard LR comme Philippe Gosselin - déjà élu depuis quatre mandats - tous avaient vécu une élection "facile", récoltant de 56,1 % à 68,8% des suffrages.

Au terme d'une campagne électorale mouvementée, digne d'une saga télévisée, la circonscription de Cherbourg était retombée dans l'escarcelle socialiste. Anna Pic s'était imposée de justesse face à Sonia Krimi, étoile filante de la Macronie. Après avoir été lâchée par bon nombre de ses soutiens, cette dernière a ensuite quitté la région pour devenir conférencière aux Etats-Unis. Avant de savoir si le Cotentin pourrait changer de député, encore faudrait-il connaître les candidats pour le poste. 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité