Cette église désacralisée de Rouen attend toujours son sauveur

Désacralisé depuis 1951, l'ancien édifice religieux est encore désaffecté aujourd'hui, ce qui menace la conservation de son patrimoine bâti. Avec l'abandon du projet de restaurant qui devait s'y installer, la municipalité continue de chercher un acquéreur pour offrir une seconde vie à l'église Sainte-Croix-des-Pelletiers au sein du quartier Vieux-Marché.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Par courrier [...], les porteurs du projet 'Bek'Miettes' ont informé la Ville de leur décision d'abandonner leur projet faute de financements bancaires". Dans son compte rendu de conseil municipal du lundi 19 février, la mairie de Rouen a voulu rester très sommaire.

Le projet "Bek'Miettes" ne verra pas le jour

Quelques mots lapidaires qui sonnent comme un couperet. La municipalité travaille en effet depuis 2019 au sauvetage de l'église Sainte-Croix-des-Pelletiers dans le cadre de son projet "Rouen réinvente son patrimoine" qui vise à préserver les bâtiments historiques de la ville aux cent clochers grâce à des reconversions innovantes.

Jusqu'ici, la mairie était en discussion avec l'équipe du projet "Bek'Miettes", qui voulait permettre la conservation de l'édifice via une activité de restauration et d'organisation événementielle.

Un projet qui n'aura donc jamais pu voir le jour. Mais l'explication est plus complexe qu'un simple problème de financements bancaires.

Pascal Givon était l'un des porteurs du projet. Contacté par téléphone, il ne cache pas son amertume : "Plus de quatre ans de travail, plusieurs centaines de milliers d'euros dépensés en études préalables... Oui forcément, c'est une grande déception."

durée de la vidéo : 00h03mn42s
Où en sont les appels à projet des églises rouennaises? Episode 1 ©France 3 Normandie

Un projet qui n'était "financièrement plus viable"

Un crève-cœur d'autant plus grand que pour l'équipe à la tête du projet, l'objectif premier a toujours été de sauver ce morceau du patrimoine rouennais plus que de véritablement monter une activité rentable. Mais dernièrement, les obstacles étaient devenus trop nombreux.

Lors de fouilles archéologiques, d'anciennes sépultures ont été découvertes. Il fallait donc que l'on adapte notre projet pour les protéger, ce qui allait coûter plus cher. Ensuite à cause de la guerre en Ukraine, notre budget est passé de 3 à 4 millions d'euros, et les taux d'intérêt ont quasiment été multipliés par 5.

Pascal Givon, porteur du projet "Bek'Miettes"

"Financièrement, nous n'étions plus viables du tout. Donc on a préféré abandonner", ajoute-t-il.

Un abandon synonyme de table rase. Pour la mairie de Rouen, tout est à refaire pour retrouver un porteur de projet qui permettrait de sauvegarder le patrimoine de l'église Sainte-Croix-des-Pelletiers.

durée de la vidéo : 00h03mn47s
{} ©France télévisions

Un nouvel appel à projet en mars

"Face à cette situation, un nouvel appel à projets sera lancé en mars 2024", peut-on lire dans le compte rendu de conseil municipal du lundi 19 février. "L’objectif est de lui donner un nouvel avenir, de le confier à des porteurs de projet qui assureront sa valorisation et sa restauration dans le respect de ses qualités patrimoniales", souligne la mairie dans un communiqué.

Contactée par téléphone, Elisabeth Labaye, conseillère municipale déléguée en charge du patrimoine, confirme.

Nous sommes très ouverts sur les types de projet : culturel, événementiel, restauration... Mais notre premier critère, c'est la restauration du patrimoine bâti. On n'investit pas dans un édifice comme celui-ci, classé aux monuments historiques, comme on investit dans un bâtiment moderne. C'est une contrainte, mais c'est aussi ce qui fait partie de l'originalité du projet.

Elisabeth Labaye, conseillère municipale déléguée à la mairie de Rouen, en charge du patrimoine

Voici le calendrier selon lequel l'appel à projets devrait permettre de trouver un nouvel acquéreur : 

  • 11 mars 2024 : lancement officiel de l'appel à projets. Les candidats auront 3 mois pour rédiger une proposition.
  • Avril 2024 : Visite des lieux organisée pour les candidat
  • Juin 2024 : Date limite de dépôt pour les candidatures
  • Automne 2024 : Choix d'un lauréat par la mairie de Rouen


"On sera évidemment très vigilants sur la solidité financière des candidats, souligne Elisabeth Labaye. On ne peut plus se permettre de soutenir un projet si celui-ci ne voit finalement pas le jour." Il en va aussi de l'urgence de commencer le plus rapidemment possible la restauration de cet édifice, pour s'assurer de la sauvegarde de ce patrimoine bâti. 

Pour le futur repreneur, les études préliminaires sont déjà là

"J'ai pleinement confiance dans le fait que ce lieu trouvera un acquéreur. C'est un bâtiment emblématique de la ville de Rouen. Et le quartier dans lequel il se trouve est très attractif ", conclut l'élue avec enthousiasme. 

Par ailleurs, les lauréats qui seront choisis à la fin de l'année ne partiront pas complètement de zéro. Les anciens porteurs de projet ont en effet réalisé d'importantes études préliminaires en vue de la réhabilitation de l'édifice.

Des documents qu'ils ont décidé de transférer, à titre gracieux, à la Ville de Rouen, et qui seront donc mis à disposition de ces futurs investisseurs.