Le casse-tête de l’accueil des gens du voyage dans la Métropole de Rouen

Entre les recours devant le tribunal administratif ou la modification de leur terrain, les communes de Seine-Maritime susceptibles de disposer d’une aire d’accueil des gens du voyage cherchent à éviter cet aménagement qui pourtant incombe à chaque département.

La dernière décision de justice concernant l’aire de grand passage pour les gens du voyage en Seine-Maritime est tombée vendredi 12 janvier 2024. Le tribunal administratif de Rouen a rejeté le recours de la ville de Tourville-la-Rivière concernant la décision du préfet de la Seine-Maritime d'installer cette aire de grand passage dans cette commune.

Interviewée par nos confrères de France Bleu Normandie, Agnès Cercel, maire de Tourville, a précisé qu’elle envisageait de faire appel de cette décision.

Une ancienne carrière aménagée en espace protégé

Sotteville-sous-le-Val, commune située non loin de Tourville a décidé d’installer un éco pâturage sur un terrain investi illégalement en 2022 par des gens du voyage. Le site du Val Renoux était une carrière exploitée par le groupe Lafarge pendant 10 ans. Le même nombre d’années a été nécessaire pour remettre en état le site et le rétrocéder à la commune. "Ce terrain de 87 hectares est la propriété de la commune depuis 18 mois. Mais sa transformation est étudiée depuis des années et le groupe de travail est tombé d’accord pour le transformer en éco site sportif. Il est composé ainsi : un parc à vaches en élevage traditionnel, un verger mis en éco pâturage avec des poneys depuis 2023 (appartenant à un club équestre de Oissel) et un parcours de course d’orientation permanent" explique Franck Meyer, le maire (SE) de Sottevillle-sous-le-Val.

Des intrusions en 2022

L’édile nous précise qu’en 2022, ce terrain a été occupé de façon illégale : "ils ont cassé des cadenas, ouverts des barrières, ils sont entrés sans autorisation sur ce site qui était protégé". Un rapport a été dressé sur la dégradation de la faune et de la flore. Après plusieurs semaines de nettoyage et remise en état du mobilier, une convention d’éco pâturage a été signée au printemps 2023. Aucune intrusion n’a été constatée l’année dernière, mais le maire reste prudent « je serai plus en sécurité quand la Métropole aura le terrain pour accueillir les gens du voyage ».

 

Développement de la partie sports de nature

Franck Meyer, élu depuis 2001, souhaite développer des sports en pleine nature comme le canoé kayak sur le lac, mais avant de procéder à des investissements, il veut être sûr que l’éco pâturage les protège et qu’il n’y aura pas d’autres intrusions : "si le site devait être réoccupé régulièrement, tous les équipements que nous allons mettre en place vont être détruits. On l’a vu en 2022, les observatoires à oiseaux avaient servi de toilettes ! C’est scandaleux ! ".