Père Jacques Hamel : cinq ans après son assassinat par un terroriste, retour sur deux jours de commémorations

A Saint-Etienne du Rouvray (76), le cinquième anniversaire de l'assassinat du père Jacques Hamel a été officiellement commémoré ce lundi 26 juillet avec la venue sur place du ministre de l'Intérieur. Mais dès dimanche, la mémoire du prêtre martyr a été célébrée.
Le père Jacques Hamel a été exécuté par 2 terroristes. Il était âgé de 86 ans.
Le père Jacques Hamel a été exécuté par 2 terroristes. Il était âgé de 86 ans. © France Télévisions

Le père Jaques HameI avait été assassiné à 85 ans par un terroriste islamiste dans son église, à Saint-Etienne du Rouvray, à la fin de la messe qu'il y célébrait. C'était le 26 juillet 2016 au matin. 

Cinq ans plus tard, les cérémonies pour commémorer sa mort auront un caractère un peu particulier. Pour marquer cette date symbolique, les autorités religieuses et politiques ont décidé d'étaler cet anniversaire sur deux journées. 

Le coup d'envoi a été donné ce dimanche 25 juillet et consacré au temps plus religieux de la prière et de la réflexion. Le diocèse de Rouen organise ainsi à Saint -Etienne du Rouvray, une journée paroissiale sur le thème précis de : « 5 ans après, l’héritage spirituel du père Jacques Hamel ».

Une journée qui a déjà mobilisé pour sa préparation une bonne partie de la paroisse. 

Ce dimanche aura été ainsi rythmé par trois temps forts : dès 11 heures, une messe à la mémoire du Père Martyr a été célébrée par le Père Gauthier Nlandu Mapana en l'église Sainte-Thérèse du Madrillet avec la présence de beaucoup de fidèles comme Christine Tanquerel, paroissienne, pour qui ce moment est "une preuve que l'on a pas oublié et que l'on peut être plus fort."

 

le témoignage d'une fidèle paroissienne de Sait Etienne du Rouvray ©France 3 Normandie

Cette messe était suivie ensuite à 15 heures par un temps consacré au témoignage de Mme Roseline Hamel, la soeur du prêtre assassiné, dans la salle paroissiale du Madrillet. 

Enfin, dès 17h, des vêpres ont fermé cette première journée du souvenir. 

Le Ministre de l'Intérieur attendu sur place ce lundi 26 juillet

Ce lundi 26 juillet les cérémonies officielles ont débuté tôt le matin selon un planning très précis, avec la présence annoncée de Gérald Darmanin, Ministre de l'Intérieur :

8h : remise du Prix Jacques Hamel (communiqué de la Fédération des Médias catholiques) Cette quatrième édition du Prix du Père Jacques Hamel de la Fédération des Médias Catholiques récompense un travail journalistique (presse écrite, radio, télévision, numérique, livre), qui met en lumière les initiatives en faveur de la paix et du dialogue interreligieux.

A 8h30, une marche silencieuse allant du presbytère vers l’église Saint-Etienne a réuni les participants à la messe et les représentants officiels de l'Eglise et de l'Etat.

A 9h, la messe en l’église Saint-Etienne présidée par Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen. Dans son homélie, l'archevêque de Rouen s'est interrogé : "Quelle est la grande attente de l'humanité, sinon la paix? (...) le mal étouffe le bien de la paix, de la justice. Nous ne le savons que trop bien, ici, dans cette église. Le mal a créé des souffrances qui durent".

A l'issue de la cérémonie, le ministre de l'Intérieur s'est incliné devant la stèle dressée en hommage au père Hamel à l'extérieur de l'église.

La stèle en hommage au Père Hamel assassiné par deux islamistes le 26 juillet 2016.
La stèle en hommage au Père Hamel assassiné par deux islamistes le 26 juillet 2016. © Stéphane L'Hôte/France Télévisions

A 10h30, la cérémonie républicaine pour la paix et la fraternité en hommage au Père Jacques Hamel, organisée par la municipalité de Saint-Etienne-du-Rouvray devait avoir lieu place de l’église devant la stèle pour la paix et la fraternité. La météo étant trop pluvieuse, les quatre prises de paroles ont eu lieu au centre socio-culturel Georges-Déziré à Saint-Etienne-du-Rouvray. 

La cérémonie s'est déroulée en présence de plusieurs élus, dont le maire communiste de Saint-Etienne-du-Rouvray, Joachim Moyse, les députés LREM Damien Adam et Sira Sylla, ainsi que le maire de la commune au moment de l'attentat, Hubert Wulfranc (PCF), devenu député en 2017, et la sénatrice centriste Catherine Morin-Desailly.

"La suite ne nous appartient plus"

Lors de sa prise de parole dans cette deuxième cérémonie, Monseigneur Lebrun a fondé beaucoup d'espoir sur le procès en béatification du père Hamel : "Comment ne pas souligner l’heureux et providentiel choix du pape François de nous dispenser du délai de 5 ans avant d’ouvrir le procès en béatification qui pourrait un jour reconnaître officiellement le martyr du père Jacques Hamel. Le pape a ainsi permis que soit recueillies les dépositions de tous les témoins oculaires. Comme vous savez l’enquête diocésaine est achevée, déposée à Rome et nous avons reçu la reconnaissance de la validité de cette enquête. La suite ne nous appartient plus."

Monseigneur Lebrun est revenu sur le décès de Janine Coponet l'une des paroissiennes présentes au moment du drame.

Le ministre de l'Intérieur a commencé son discours en revenant sur les attentats qui touchent notre pays depuis des années. Il a ainsi évoqué l'assasinnat de Samuel Paty, les attaques contre le Bataclan et les terrasses parisiennes, la tuerie du 14 juillet à Nice et aussi les personnes tuées par Merah à Toulouse. En revenant sur l'attentat du 26 juillet 2019 à Saint-Etienne-du-Rouvray, le ministre a déclaré :

En assassinant un prêtre dans son église, les terroristes n’ont pas seulement touché ceux qui croient en Dieu, ils ont touché l’âme de la France et tous les Français.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

 

Lors de sa prise de parole, Gérald Darmanin est revenu sur "le temps de la justice des hommes" avec le procès de quatre personnes soupçonnées de responsabilités dans l'assassinat du père Hamel. Il est prévu devant la cour d'assises spéciale de Paris du 14 février au 11 mars 2022. Il a par ailleurs pris l'engagement que chaque année à cette même date une cérémonie aura lieu pour rendre hommage au Père Jacques Hamel.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat de saint-etienne-du-rouvray faits divers terrorisme religion société justice