Reconfinement : les chefs d'entreprise normands inquiets

Confronté à l'incertitude,  les entrepreneurs réclament plus de clarté sur le long terme
 

Un chef d'entreprise contraint d'adapter son activité à la crise Covid-19
Un chef d'entreprise contraint d'adapter son activité à la crise Covid-19 © Stéphane L'Hôte / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
A la veille de l'allocution du président de la République  et d'un probable retour au confinement, les chefs d'entreprises normands expriment leur inquiétude. Ils attendent beaucoup du gouvernement si un reconfinement, même partiel, devait être décidé et demandent d'avantage de mesures sectorielles.

L'Etat, afin d'aider les entreprises et leur permettre de surmonter la crise, a annoncé  garantir 123 milliards d'euros de prêt. Une mesure qui concerne  600.000 entreprises, dont 89% de TPE.
Une aide jugée bienvenue mais qualifiée d'insuffisante par le premier syndicat des patrons :

Je crois, que maintenant il fait faire du sur-mesure.
Je pense qu'un deuxième confinement sera un choc qui sera très très difficile pour une grande partie de nos entreprises."

Pierre-Jean Leduc,
président du MEDEF Normandie, le 17 octobre 2020

durée de la vidéo: 01 min 55
27 octobre 2020 : l'inquiétude des chefs d'entreprise normands
"Nous, en France, on a un peu l'impression que chaque semaine on resserre les boulons. On ne sait pas trop sur quel pied danser : on a l'impression que les potentiomètres s'ajustent au fur et à mesure du temps et évidemment on se dit "Cette fois-ci on est passé au travers du filtre, on n'est pas confinés, mais la semaine prochaine on va probablement l'être !" Donc en fait il y a toute cette incertitude qui, aujourd'hui, pèse…"

Des aides ciblées

Le président du MEDEF normand , en citant le cas des entreprises du secteur de l'événementiel qui sont en très grande difficulté, demande des ajustements et des aides spécifiques et sectorielles :

"En fait, ce qu'il faut avoir en tête c'est que plus de 60% des entreprises qui ont fait appel à ce prêt garanti par l'Etat, l'ont fait par mesure de précaution et ont placé ces ressources en cas de besoin."

"Mais pour les entreprises qui ont déjà consommé ce PGE, comme celles de l'événementiel qui voient le ciel continuer de s'assombrir, ce qu'on attend du gouvernement, c'est qu'il y ait des mesures complémentaires et spécifiques à certains secteurs particulièrement impactés
."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société crise économique