Le vin de Normandie

une grappe de raisin à Sevigny / © F3 / INA
une grappe de raisin à Sevigny / © F3 / INA

Normandie ne rime pas avec vin, et pourtant, vers l'an mil, la région normande était expotatrice de ce nectar. C'est tout un patrimoine oublié que vous propose de redécouvrir notre rubrique "au fil du temps".
 

Par Marc Michel-Dherissart

Au fil du temps : le vin en Normandie

Une région amnésique de son vignoble

Comme pour beaucoup de régions, c’est la présence romaine en Normandie qui permet le développement de la viticulture. Puis, ce sont les églises et les abbayes qui reprennent la vigne pour alimenter les églises en vin de messe. Pendant 1500 ans, la Normandie a produit et consommé son propre vin.  Les différentes abbayes se disputaient la moindre parcelle. Il reste des traces de cette histoire dans les décors des armoires normandes : la vigne y est souvent présente, symbole de richesse et d’abondance. Certains villages conservent une trace de cette histoire dans leur nom comme par exemple Cesny aux Vignes, Sevigny.

A lire : un essai sur la culture la vigne en Normandie
 

La qualité du vin normand.

Henri IV à propos du vin d'Argences : « comment d’aussi bon raisin, fit d’aussi mauvais vin ». 

Le vin normand, comme tous les vins français du Moyen Âge, ne valait pas grand-chose au regard de nos exigences actuelles.  La médiocre qualité du vin était due principalement aux méthodes de vinification de l’époque. On ne savait pas garder et faire vieillir le vin d’où le dicton « Quand le vin est tiré, il faut le boire ».
La qualité du cépage normand est également en cause. Certes le Gouais est un raisin vigoureux, fertile mais qui donne un vin de médiocre qualité.
A nos standards actuels on pourrait qualifier le vin normand de « piquette » mais à l’époque cette boisson était appréciée.

Vers un renouveau ?

Depuis le milieu des années 60, des tentatives pour relancer un vignoble normand ont eu lieu. Certains parviennent même à produire un vin de qualité.
Quand au futur, il passe peut être par le réchauffement climatique. A l’image de certains propriétaires de champagne qui investissent en Angleterre en prévision de ce changement de climat. Mais nous n’en sommes pas encore là…

Normand ou pas, grand cru ou vin plus modeste, ces boissons alcoolisées sont toujours à consommer avec modération !


 


 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus