"Il ne peut pas démissionner, il sera toujours mon suppléant", déplore Serge Muller, député RN de Dordogne dont le suppléant a perturbé un rassemblement d’Ukrainiens

Publié le
Écrit par Olfa Ayed .

Serge Muller, député de la deuxième circonscription de Dordogne, s’exprime ce vendredi 26 août 2022, sur l'attitude de son suppléant Lucas Broucq. Ce dernier a brandi le drapeau d'une des républiques séparatistes pro-russes de l'Est de l'Ukraine lors d’un rassemblement de familles ukrainiennes à Bergerac.

"Rien ne me laissait penser à ça. Je ne savais pas et le fait de ne pas savoir m’interroge sur ma façon de faire mais ça me permet d’évoluer dans ma fonction", se confie Serge Muller, député RN de la deuxième circonscription de Dordogne au sujet de l'attitude de son suppléant Lucas Broucq.

Ce dernier, âgé de 20 ans, a brandi le drapeau d’une des républiques séparatistes pro-russes de l'Est de l'Ukraine, lors d’un rassemblement de familles ukrainiennes devant le palais de Justice de Bergerac, le 24 août 2022. Elles étaient venues pour célébrer le jour de l’indépendance de l’Ukraine, six mois jour pour jour après l'invasion russe de leur pays. Une attitude qui a suscité de l'émotion.

Images de France 3 Périgord, le 24 août 2022

durée de la vidéo: 00 min 10
le suppléant du député RN interpellé alors qu'il a brandi un drapeau pro russe mercredi lors d'un rassemblement pour l'Ukraine à Bergerac ©France télévisions

Le jour de l’incident, Serge Muller avait condamné tièdement les actes de son suppléant. "Je condamne, je ne soutiens pas, mais il reste malgré tout le jeune homme plein d'envies, d'idées pour notre mouvement. On peut tous commettre une erreur", avait-il déclaré à nos confrères de France Bleu Périgord.

"C’est un abruti, il sera viré du Rassemblement national", indiquait de son côté sur BFMTV Louis Alliot, Vice-Président du RN, au lendemain du rassemblement.

Quarante-huit heures après ses premières déclarations et face à l’ampleur, devenue nationale de l’affaire, la position du député RN est plus ferme à l'encontre de son suppléant.

Nous avions des valeurs communes à l’époque. Il me semblait une personne parfaite. (…)  Il faut être très vigilant avec les personnes qui vous entourent.

Serge Muller, député de la 2e circonscription de Dordogne

Source : France 3 Nouvelle-Aquitaine, rédaction numérique

Dans un communiqué publié sur Twitter, il indique avoir saisi la commission de discipline du parti.

Une information qu’il confirme et précise ce vendredi : "J’ai demandé à la délégation départementale de saisir la commission de discipline pour les faits qu’il a commis."

Cela pourrait conduire à l’exclusion de Lucas Broucq de son parti le RN, ce qui ne veut pour autant pas dire qu’il quitte sa fonction de suppléant. "Même s’il est exclu, il ne peut pas démissionner, il sera toujours mon suppléant, déplore Serge Muller. Ce n’est pas mon choix, ni le sien non  plus. Je me suis renseigné, c’est le sous-préfet qui m’a dit ça."

Une affaire embarrassante pour le député RN de Dordogne

"Ça me fait peur de me dire que ça va rester mon suppléant. Demain, il fait une autre action, il entache mon honneur, ma réputation et celle du Rassemblement national", souligne celui qui indique que des "portes qui s’ouvraient" se sont fermées depuis cette affaire.

Des regrets et pourtant, c’est bien lui qui a choisi Lucas Broucq pour suppléant : "C’était un militant avec qui j’ai bien accroché et puis quand on m’a proposé d’être candidat naturellement je l’ai pris comme suppléant pour sa jeunesse, explique-t-il. (...) Visiblement il y avait des indices mais voilà, je suis de la vieille école, le Facebook ce n’est pas le reflet de l’âme, enfin je n’espère pas."

Car sur sa page Facebook, Lucas Broucq affiche régulièrement son soutien au régime russe avec des émoticônes du drapeau russe ajouté sur des photos, en compagnie notamment du président par intérim du Rassemblement national Jordan Bardella, rapporte Franceinfo. Le 28 février dernier, quelques jours après le début de la guerre, il postait une photo d'un défilé militaire russe sur la place rouge de Moscou.

Du côté de la justice, pour avoir brandi ce drapeau lors du rassemblement d'Ukrainiens, le parquet de Bergerac a ouvert une enquête à l’encontre de Lucas Broucq pour provocation à la haine ou à la violence. Une seconde enquête est ouverte, en parallèle, car le suppléant du député RN de Dordogne a lui-même porté plainte pour la dégradation de son véhicule lors du rassemblement.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité