VIDÉO. Un tunnel en plastique pour protéger la vigne des aléas climatiques

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sandrine Papin avec Jean-Pierre Stahl et Guillaume Decaix

C'est l'une des innovations du salon mondial vitivinicole, arboricole et maraîcher Vinitech-Sifel. Il ouvre ses portes au Parc des Expositions de Bordeaux. Un retour attendu après quatre ans d’absence.

Pas de pluie, pas de maladies, et moins de produits chimiques. La filière doit trouver des solutions pour lutter contre ces aléas qui abîment considérablement les cultures, faire face au réchauffement de la planète qui modifie les productions et se soucier de l'environnement et des excès des pesticides. Ce salon met en avant la technologie pour apporter des solutions. 

Une nouveauté pour protéger le vignoble face aux aléas climatiques ©France télévisions

La profession sort d’une année marquée par de nombreux épisodes climatiques extrêmes. Beaucoup ont perdu de l’argent avec les épisodes de gel, de grêle, et la sécheresse.

"On sait que la filière va devoir investir vers une viticulture de plus en plus précise avec de plus en d’exigence et beaucoup d’opérateurs ont du mal à se projeter"  précise le négociant Allan Sichel, président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB). 

Un tunnel contre la pluie et les maladies

Ce salon est donc l’occasion de découvrir les gagnants des trophées de l’innovation comme Patrick Delmarre. Il a conçu Viti-Tunnel à Bazas en Gironde et a reçu un prix spécial du jury.

Ce tunnel escamotable imperméable protège la vigne des aléas climatiques. Quand il pleut, les bâches se déplient automatiquement. Elles protègent les pieds du mildiou et autres champignons pathogènes. "Quand la pluie s'en va, les capteurs le détectent et les bâches sont réenroulées dans l'autre sens. Tout cela se passe en moins d'une minute. En faisant comme cela, on arrive à réduire le recours aux produits phytosanitaires de plus 90 %." 

Cette innovation promet de réduire de manière significative les traitements phytosanitaires et les produits chimiques. "C'est incroyable" confie un visiteur étranger. "Ça permet de combattre les conséquences de la pluie, des dommages dus à la grêle et aux champignons comme le mildiou. Au Brésil, dans mon pays, on a beaucoup de problèmes de ce genre."  

Elle aurait aussi selon, son concepteur, des effets positifs sur le gel. C'est top pour combattre la pluie la grêle. "Si ça marche vraiment, c’est assez incroyable, après, il faut voir le prix" confie une viticultrice devant le stand.

L’innovation a un coût. Trente euros le mètre linéaire et n’est pas à la portée de toutes les bourses.

"On a comme objectif en rationalisant notre production de l’amener à 15 euros le mètre, ce qui deviendra plus intéressant pour des vignobles à moindre valeur ajoutée."

Pour le moment, le dispositif n’est expérimenté que dans 10 grands châteaux du Bordelais. Ils ont accepté de débourser 17 000 € pour tester le tunnel sur trois rangs de 50 mètres pendant 2 ans. L’entreprise n’a pas encore reçu les certifications administratives et espère pourvoir le commercialiser en 2025.

Un salon de professionnels inquiets

C’est le rendez-vous des professionnels de la viticulture et des productions de fruits et légumes. Vinitech-Sifel débute ce mardi 29 novembre au parc des expositions de Bordeaux-Lac. 900 exposants et 45 000 visiteurs sont attendus jusqu’au jeudi 1er décembre dont 20 % venant de l’étranger. D’Europe, des Etats-Unis, d’Afrique ou d'Australie. Tous viennent dans un contexte difficile en raison du prix des matières premières et de la baisse de consommation de vin. "Néanmoins, il faut quand même que l’on se projette vers l’avenir et être au courant des innovations des nouvelles technologies, de discuter avec des distributeurs" rappelle le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB).

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité