La nuit d’Emmanuel Macron à Saint-Léonard-de-Noblat

Publié le

Alors que la tradition républicaine veut, en général, qu’un président en déplacement dorme à la Préfecture, Emmanuel Macron, entre Creuse et Haute-Vienne, a passé la nuit au "Jardin des Lys", une chambre d’hôtes, à Saint-Léonard-de-Noblat, où débutait sa journée haut-viennoise.

On m’avait prévenu d’une personnalité politique, mais sans savoir qui c’était. Et j’ai eu la surprise hier en fin de journée d’apprendre qui était mon hôte.

Carole Pagès, gérante du Jardin des Lys à Saint-Léonard-de-Noblat (87)

On le sait, la journée en Creuse d’Emmanuel Macron, le président de la République, s’est terminée ce lundi 24 janvier à Aubusson, où il remettait les insignes de Grand Croix de la Légion d’Honneur à André Chandernagor, ancien ministre.  

Il devait reprendre sa visite, ce mardi 25 janvier au matin, à Saint-Léonard-de-Noblat, en Haute-Vienne, à quelques 70 kms. 

Dans la tradition de la Vème République, l’usage, à peu près respecté (un peu moins du temps de Nicolas Sarkozy, qui privilégiait les retours à Paris pour retrouver sa famille), veut qu’un président en déplacement dorme à la Préfecture du département qu’il visite, nonobstant le décor et le confort du lieu, souvent « très années 70 » selon plusieurs responsables successifs des Voyages Officiels de la présidence.  

Mais cette fois, Emmanuel Macron a dérogé à la règle.  
Il a en effet passé la nuit, enfin une partie, au « Jardin des Lys », maison d’hôtes de qualité à Saint-Léonard-de-Noblat, aux pieds de la Collégiale, un lieu « où se mêlent chic, charme et authenticité » selon Carole Pagès, l’actuelle gérante.  

Si l’on ne sait officiellement quelle chambre le président a occupé, l’établissement propose deux chambres doubles et trois suites, de la « simple » à la « supérieure", en passant par la « Deluxe », pour des prix compris, en cette saison, de 93 à 133€, le tout réparti sur deux étages sans ascenseurs.

«Il est arrivé après son repas, au Relais Saint-Jacques, au restaurant, très tardivement…vers une heure et demie du matin.
Il m’a salué très gentiment, on a échangé quelques mots, sur l’histoire de cette magnifique maison.
Et puis il est allé se coucher, parce que c’était vraiment une très, très grosse journée. Avant encore une autre aujourd’hui bien sûr.
Ça fait quand même bizarre parce qu’on se dit forcement, le président de la République chez soi, c’est quand même pas rien.
Après, moi, au niveau de mon attitude, c’est quand même de faire toujours du mieux que je peux, de rendre les gens heureux, c’est ça le travail en maison d’hôtes.
Pourquoi est-il venu là ? Je pense que c’est parce que c’est la plus belle chambre d’hôtes du département, et qu’il devait mourir d’envie de venir là (NDLR : rires) […] 
je ne vois que cela comme explication.
C’est rigolo. Enfin…
C’est quand même pas tous les jours que vous pouvez dire que le président de la République a dormi à la maison ! C’est quand même assez drôle, et puis j’espère qu’il gardera un bon souvenir de Saint-Léonard. De sa nuit ici et que ça pourra l’inspirer pour de grandes décisions pour notre pays.»
.

De sacrés souvenirs pour celle qui, alors qu’elle s’apprête à quitter Saint-Léonard pour la Bretagne, n’est pas une totale inconnue.  

Carole Pagès fut en effet un temps présidente de l’association des commerçants de la ville.
Elle fut même, en juin 2021, candidate aux élections départementales sur le canton, en compagnie de Jean Valière-Vialeix, sur une liste d’union de la droite, où ils furent battus au second tour par la liste emmenée par Jean-Claude Leblois, le président du département.
Fin octobre 2020, elle avait même interpellé le président par mail, sur le danger pour l’économie locale des grosses plateformes de vente par Internet !  

En aura-t-il été question durant cette courte nuit ? On ne le sait, confidentialité oblige. Mais on a tout de même appris quelques détails qui, habituellement, fuitent rarement des Voyages Officiels.

« Pour le petit-déjeuner ? Il a pris des choses vitaminées, des fruits, beaucoup de fruits.
Des choses très simples, des fruits donc, des céréales.
Après il avait un maître d’hôtel qui a géré tout ça. On a travaillé tous les deux mais c’est lui qui a fini la dernière ligne droite ».

Enfin, le président, avant de reprendre le cours de sa visite, a repris le temps, au matin, de quelques mots, notamment sur le livre d’or de l’établissement.

« Après je l’ai salué, on a eu l’occasion d’échanger deux mots, il m’a rempli mon livre d’or avec un gentil petit mot.
Il a écrit qu’il me remerciait pour l’accueil chaleureux, pour cette nuit dans ce lieu apaisant.
Et qu’il me souhaitait bonne chance et bon courage pour la suite de mes projets, parce que je pars, je quitte la région pour la Bretagne.
Il m’a souhaité bon vent ! 
».