Le Limoges CSP reçoit Strasbourg à Beaublanc, ce 21 janvier. Un match important. Mais avec la démission du préparateur sportif Piotr Pigla et les rumeurs de licenciement du directeur sportif Kevin Anstett, le sport semble pourtant devenir secondaire. Face aux différentes déclarations dans la presse, le club a communiqué certains éléments. On fait le point.

"Je prends du recul, on a le meilleur métier au monde. Mais on a quand même vécu énormément de choses. On nous demande d'être bons sur le terrain, mais il y a beaucoup de choses qui gravitent autour de nous, une implosion ne m’étonnerait pas. Je parle surtout pour les joueurs étrangers qui sont venus pour jouer au basket et qui arrivent au milieu d'un marasme", confie Alexandre Chassang, pivot du Limoges CSP.

C’est la tourmente au Limoges CSP. Alors que les basketteurs limougeauds reçoivent, ce dimanche 21 janvier à Beaublanc, l'équipe de Strasbourg, match important pour le classement, on en oublie presque le sport...

Coup de tonnerre : la démission de Piotr Pigla

Le préparateur physique, Piotr Pigla, adulé des joueurs et du staff, sans pépin à son actif, a annoncé son départ ce vendredi à l’équipe. Un coup de massue dont certains auraient bien voulu se passer. 

Kevin Anstett, le directeur sportif, exclu du recrutement du nouvel entraineur, Jean-Marc Dupraz, est officiellement en arrêt maladie et, selon nos confrères du Populaire, sur le point d’être licencié pour faute grave.

Mais alors que se passe-t-il au Limoges CSP ? 

Enfin un communiqué sur les finances

Le club a communiqué, ce 18 janvier, sur ses finances pour la toute première fois. Deux chiffres importants sont à retenir : le premier étant le déficit du CSP au 30 juin, et il était, selon le club, de seulement 253.000 euros, soit environ 4 % du budget, ce qui, compte tenu des aléas d’une saison et du contexte d’inflation généralisée, peut sembler acceptable. Mais ce déficit a suffi à justifier la sanction sportive de la ligue de basket pour budget non sincère, d’autant que le club était sous surveillance depuis plusieurs saisons.

Seulement voilà, le chiffre évoqué pour le club est d’une tout autre ampleur : la somme serait de 2,3 millions d'euros de pertes cumulées sur ces dernières saisons, d'après le site spécialisé Basket Europe.

Selon le rapport comptable de la SASP du Limoges CSP, consultable en ligne et présenté à l'assemblée générale du club du 16 février 2023, au terme de la saison 2021/2022, le CSP cumulait un déficit de 1.564.963 euros, dont 982.192 euros au titre des exercices précédents et 582.771 euros en 2022.

Au moins 2 millions de déficit ?

Si l'on ajoute le chiffre supposé du déficit de la saison 2022/2023 évalué entre 700.000 et 1 million d'euros, ou tout simplement le chiffre officiel du club de 253.000 euros, il apparait que dans le meilleur des cas, sous l'ère Céline Forte, le CSP aurait cumulé au moins 2 millions d'euros de pertes.

Comment, dans ces conditions, le directeur administratif et financier, Vincent Jandeaux, peut-il afficher un déficit dix fois moins important ? Le communiqué du club, lui, ne le dit pas, et pourtant tout le monde aimerait connaître les explications de la direction.

Céline Forte, qui nous avait confirmé sa nouvelle implication financière lors d'un entretien en juin dernier, avait ensuite expliqué à mots couverts à nos confrères de France Bleu avoir injecté du cash de sa poche, avec l’aide de sa famille, en vendant des actifs immobiliers et en renonçant à des créances.

Nos confrères du Populaire du centre, détaillent ce samedi dans une enquête de 2 pages, ces montages financiers et le rôle joué par de nouveaux partenaires.

519.000 euros de trésorerie

L’autre chiffre officiel du club à retenir, c’est sa trésorerie au 31 décembre. Selon le communiqué, le club a 519.000 euros de trésorerie, presque 10% de son budget. 

La stabilité financière du club n'est absolument pas compromise, comme le démontre sa trésorerie positive de +519K€ au 31 décembre 2023.

Communiqué du Limoges CSP

le 17 janvier 2024

Ce qui n’est pas étonnant, si l’on considère qu’il a touché les subventions publiques et les versements de ses partenaires. Mais ce texte ne dit rien de la suite de la saison, parce qu’il reste presque six mois d’ici fin juin. Et on ne peut pas exclure des dépenses imprévues, comme un changement d'entraîneur, ou des recettes supprimées.

Pas de recapitalisation

Cependant, le directeur financier l'affirme, "aucune recapitalisation n'est obligatoire à ce jour, la stabilité financière du club n'est pas compromise, et il est activement engagé dans la pérennisation de son modèle économique".

Comme le réclament les supporters et les médias, et comme l'évoque le communiqué du club, il serait donc utile de "clarifier les malentendus causés par certaines informations inexactes circulant dans la presse et les médias en général". 

Et le sport ?

Malgré l’extra-sportif qui sème des sérieux doutes dans le vestiaire, sur le parquet, l'entraîneur fraîchement arrivé se concentre sur l'objectif du week-end, et sur la vie sur le parquet.

C’est la vie du sportif professionnel, à un moment donné, il faut aussi savoir faire avec. Je ne dis pas qu'il faut oublier les problèmes, mais faire avec. Quand t’es salarié d’une entreprise, tu as ton job à faire aussi.

Jean-Marc Dupraz

Entraîneur du Limoges CSP



Le CSP de Limoges affronte le SIG de Strasbourg dès 16 h 30 à Beaublanc, ce dimanche 21 janvier. L'occasion de retrouver Massimo Cancellieri et de revenir à un bilan neutre au classement.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité