Manger local, bio et pas cher… le pari d'une association lot-et-garonnaise

A Agen, en Lot-et-Garonne, une association a lancé un défi à ceux qui le souhaitent : six mois pour apprendre à  consommer bio, et local, sans pour autant augmenter le budget alimentation.

Se fournir directement chez le producteur permet de faire de économies
Se fournir directement chez le producteur permet de faire de économies © France 3 Aquitaine
Manger sainement… Depuis plusieurs années, la tendance dans l'alimentation est au bio et au local. Mais pour beaucoup, cette approche est perçue comme réservée aux plus aisés, voire incompatible avec la vie quotidienne de nombre d'entre nous.

Un apprentissage de six mois

C'est pour changer ce regard que l'association "Au fil des Séounes" organise des "Défis foyer à alimentation positive". Un défi, gratuit, sur six mois, permettant aux participants d'assister à des conférences, des ateliers cuisine, des visites de ferme, rencontres avec des agriculteurs… Le tout pour leur permettre d' "apprendre à consommer mieux, sans augmenter son budget". Attention, précise la page Facebook de l'association, le défi est gratuit, mais le suivre demande de l'implication.

Une mise en garde qui n'a pas effrayé Annie, participante de la première heure. Une fois son défi terminé, elle a conservé ses nouvelles habitudes, notamment celle de se fournir directement chez le producteur ou en magasin bio. " On n'achète plus les mêmes produits. Et on cuisine beaucoup plus", sourit-elle, pas mécontente de passer du temps derrière les fourneaux.
"La cuisine, ca a toujours été  une priorité, reconnaît-elle. On achetait très peu de transformé, tout se faisait à la maison. J'ai donc gardé cette habitude, sauf que maintenant c'est en bio".

Voir le reportage de France 3 Aquitaine
Manger bio, local et pas pas cher en Lot-et-Garonne

Un budget maîtrisé

Autre promesse de l'association : manger bio ne coute pas plus cher. "C'est vrai que ca ne parait pas logique par rapport à nos idées reçues. On pense tous que manger bio c'est plus cher, admet Pauline Olivieri, organisatrice du défi.
Mais en faisant attention à diminuer peut-être la quantité de viande consommée, en achetant différemment, local, directement auprès du producteur, on va faire des économies, tout en mangeant mieux".

Pour ceux qui souhaiteraient franchir le cap et se laisser tenter par le défi, il faut se manifester, avant samedi, au 05 53 95 12 99. Il reste encore quelques places.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation société économie environnement