Municipales 2020 : les enjeux du second tour dans les principales communes du Limousin

Un duel à Limoges, une quadrangulaire à Guéret, des triangulaires qui seront une redite du premier tour et quelques fusions : c'est le programme du second tour des municipales en Limousin. Les cadidats avaient jusqu'au 2 juin 2020 à 18h pour déposer leurs listes en préfecture.
Vote à Limoges ce 15 mars 2020
Vote à Limoges ce 15 mars 2020 © France 3 Limousin

A Limoges, un duel entre Emile-Roger Lombertie et Thierry Miguel

Dans l'ancienne capitale régionale, le maire LR sortant Emile-Roger Lombertie est arrivé largement en tête au premier tour avec 46,20% des voix le 15 mars 2020, ne manquant l'élection au premier tour que d'un peu plus de 1500 voix.
Un score d'autant plus notable qu'il avait face à lui 7 listes, et notamment une gauche en ordre dispersé. Le seul en mesure de se maintenir face au maire sortant pour ce second tour est Thierry Miguel dont la liste d'union de la gauche (PS-PC-ADS-citoyens) a recueilli 21,58% des voix.
 

 

 


Les deux hommes qui ont déjà eu l'occasion de faire valoir leurs points de vue divergents sur la tenue de ce second tour en juin et la campagne électorale dans notre article du 17 mai 2020 sont donc repartis en campagne.

 

 
Tête de liste d'EELV, Bernard Drobencko et ses 9,05% n'auraient pas dit non à une fusion avec la liste de Thierry Miguel. Dans un communiqué de presse en date du 28 mai 2020, il indique "avoir rencontré M. Miguel lors d’une "brève entrevue". "Nous avons ainsi constaté que la porte était en fait bien verrouillée !!! Aucune discussion envisagée !! conclut Bernard Drobencko. A Limoges, les électeurs vont déplorer que faute de proposer un large rassemblement des forces de la gauche traditionnelle et des écologistes et en renonçant ainsi par avance à gagner, Thierry Miguel, les PS /PC et autres affidés offrent un boulevard à M. Lombertie pour sa réélection ».

Arguments auxquels répond Thierry Miguel en affirmant qu'il compte dans sa liste plusieurs écologistes, comme Frédéric Roch, en 11ème position, qui était chef de file d'EELV durant les négociations qui ont lieu à gauche au cours de l'année 2019

 

La décision a été collective, refaire un programme co-construit sur un coin de table, changer une liste pour des raisons politiciennes, ça ne correspond pas à nos valeurs.
Thierry Miguel

 

 


De son côté, la liste LREM menée par Monique Boulestin et sur laquelle figurait le secrétaire d'état aux transports Jean-Baptiste Djebbari est arrivée en 4ème position avec 7,65% au premier tour, elle ne fusionnera pas non plus et ne donne aucune consigne de vote. 

 

 

A Couzeix, trois listes comme au premier tour

L'héritage de l'ancien maire Jean-Marc Gabouty, désormais sénateur RDSE (Rassemblement Démocratique et Social Européen), reste un avantage certain à Couzeix où sa successeuse désignée Sylvie Billat est arrivée en tête avec 44,4% des voix pour sa liste DVC. Elle repartira au second tour avec les mêmes noms qu'au premier, tout comme ses adversaires Sébastien Larcher (dont la liste DVC a totalisé 41,7% des suffrages) et Marcel Ribière (dont la liste DVG a réuni 13,7% des voix).
 

A Panazol, un front anti-Doucet


A Panazol, Fabien Doucet (DVC), arrivé en tête du premier tour avec 39,1% des voix a redéposé sa liste à l'identique pour ce second tour.
 

 


Première adjointe du maire sortant Jean-Paul Duret, Martine Tabouret a récolté 38,5% des suffrages avec sa liste DVG. Elle fusionne avec celle de Bruno Comte, (DIV) qui a récolté 22,3%. " Nous avions quelques divergences, explique Martine Tabouret qui prendra la tête de cette nouvelle liste, mais notre priorité est de battre la liste de M. Doucet, notre adversaire commun, car il s'agit d'une liste de droite qui s'est déjà alliée à LREM avant le premier tour".

 

A Condat-sur-Vienne, à nouveau 3 listes


Le maire sortant Bruno Genest, élu depuis 2001, est sorti en tête de ce premier tour puisque sa liste a rassemblé 40% des suffrages. Il a déposé sa liste dès le 29 mai pour un briguer un 4ème mandat.
 


Forte de ses 36,5% au premier tour, la liste DVG d'Emilie Rabeteau sera elle aussi en lice pour le second tour avec les mêmes noms. Quant à celle Joseph Absi, arrivée en 3ème position avec 23,4%, elle sera également au second tour le 28 juin.

 

A Ambazac, une triangulaire 


A Ambazac, le maire sortant Stéphane Ché, est arrivé en tête avec 44,5% des voix à la tête d'une liste DVG qu'il reconduit à l'identique pour le second tour, "optimiste et fin prêt" pour cette échéance. 
Face à lui, les mêmes adversaires qu'au premier tour : d'un coté, Brigitte Lardy (DVG), qui a récolté 34,1% au premier tour : elle repart avec la même équipe et la même liste, tout comme Jean-Jacques Blanvillain qui reconduit sa liste (LUD) arrivée en 3ème position au premier tour avec 21,2% des suffrages.

A Bellac, l'union contre la maire sortante

Arivé en tête du premier tour avec 45,3%, la liste DVG de Claude Peyronnet fusionne avec celle emmenée par Alice Maury (DVG) qui a récolté 16,5% des voix. "L'union s'était faite avant le confinement, explique la jeune femme qui sera en 4ème position avec 3 autres co-listiers à ses côtés. Ce qui nous intéresse c'est avant tout de faire aboutir notre projet".
Déjà candidat en 2014, Claude Peyronnet qui sera tête de liste, se trouve donc en position favorable face à la maire sortante Corine Hourcade-Hatte (DIV) qui a récolté 38% des voix au premier tour.

Au Dorat, les trois mêmes qu'au premier tour

Au Dorat, où des dissensions importantes avaient éclaté au grand jour entre le maire et ses adjoints en avril 2018, le sortant Bernard Magnin ne s'est pas représenté. C'est Bruno Schira, ancien responsable Aréva, qui est arrivé en tête le 15 mars récoltant 42,8% des suffrages. Sa liste "Initiatives pour Le Dorat" a été déposée en vue du scrutin du second tour des municipales.
Premier adjoint du maire sortant dont il "assume le bilan" chez nos confrères du Populaire, Bernard Martin s'est classé deuxième avec 37,3% des voix, il repart avec la même liste pour le second tour.
 




Quant au 3e candidat, l'historien et chercheur au CNRS Daniel-Odon Hurel, fort de ses 19,8% au premier tour, il repart également avec la même liste.
 

 

 

Au Palais-sur-Vienne, triangulaire pour la succession d'Isabelle Briquet


Au Palais-sur-Vienne, la succession de la socialiste Isabelle Briquet tourne à l'avantage de son premier adjoint et successeur désigné Ludovic Géraudie, dont la liste DVG a cumulé 48,9% des suffrages au premier tour. Elle sera présentée à l'identique au second tour.
Comme au premier tour, il affrontera le 28 juin Denis Limousin, à la tête d'une liste DVG comptant dans ses rangs d'anciens conseillers municipaux de la majorité (33% au premier tour) et Lucien Courtiaud, dont la liste DIV a totalisé 17,9% des suffrages.

A Guéret, la seule quadrangulaire du Limousin

A Guéret, la liste DVG "Guéret 2020, demain commence aujourd'hui" soutenue par EELV et emmenée par le président de l'agglo et conseiller régional PS Eric Corréia est arrivée en tête au premier tour avec 32,97% des voix. Elle repart à l'identique pour le second tour.

La liste "Partageons notre avenir, avançons ensemble pour Guéret" emmenée par Marie-Françoise Fournier et Guillaume Viennois, "apolitique et non-partisane" est arrivée en deuxième position du premier tour avec 27,7 % des voix et repart elle aussi dans les mêmes conditions.
 

 

Avec 25,81%, la liste d'union de la gauche "Guéret en commun" menée par Sylvie Bourdier et sur laquelle figure en 8ème position le maire sortant le socialiste Michel Vergnier est arrivée en troisième position lors du premier tour. Tout comme les deux listes arrivées en tête, elle avait décidé dès le lendemain du premiuer tour de se maintenir à l'identique.

Enfin, arrivée en quatrième position avec 13,5 % des voix, la liste "un nouveau souffle pour Guéret" (DVC) soutenue par le Modem et emmenée par Thierry Delaitre n'a pas vu aboutir ses demandes de fusion auprès de la liste de Mme Fournier. Dans un communiqué, cette dernière a précisé que "les différentes demandes de fusion que nous avons reçues nous honorent, donnent de la crédibilité à notre engagement, reflètent le respect que nous avons des autres candidats, et mettent en exergue nos points communs. Cependant, notre position reste inchangée (...) nous avons, dès le début de notre campagne, précisé que nous refuserions toute fusion avec une liste présentant des élus ou des membres de courants politiques".
Sa liste se maintient donc, faisant du second tour une redite du premier.

 

A Aubusson, une triangulaire sous tension

A Aubusson, Jean-Luc Léger, président de la communauté de communes Creuse Grand Sud et conseiller départemental PS a mené sa liste DVC en tête du scrutin avec 36,6%. Soutenu par le député LREM Jean-Baptiste Moreau, il maintient la même liste face au maire sortant Michel Moine dont la liste DVG a récolté 32,8% des suffrages au premier tour.

 


Arrivée 3ème, la liste DVD emmenée par Catherine Debaenst (suite à l'abandon de Jean Auclair) a récolté 21,8% des voix et décidé de se maintenir au second tour. "Nous avons décidé de continuer notre route sans céder aux appels de Messieurs Moine et Léger" est-il précisé sur la page facebook de sa liste. "Dans un souci d'union, précise la candidate, nous avons fait une proposition à M. Pissaloux (NDLR : arrivé 4ème avec 8,7% des voix, il était en mesure de fusionner mais de se maintenir) qui l'a rejetée". Sa liste sera donc la même qu'au premier tour.
 

 

 

 

A Felletin, le retrait de Michel Pinton

L'ancienne édile socialiste Renée Nicoux est arrivée largement en tête du premier tour avec 41,5% des voix et espère bien conforter voire augmenter ce score au second tour avec la même liste.
Y'aura-t-il fusion entre ses 2 adversaires ? Non, répond Philippe Collin, issu de la majorité sortante divers droite. Sa liste a réalisé 24 % au premier tour, le plaçant en dernière position. "Nous avons eu des discussions très avancées avec Michel Pinton, mais la présence d'une personne sur sa liste a posé problème, explique-t-il. Je vais donc déposer ma propre liste, la même qu'au premier tour".
Arrivé en deuxième position le 15 mars dernier avec 34,3%, l'ancien maire Michel Pinton a décidé de renoncer. "J'ai tout fait pour qu'il y ait une fusion, explique-t-il, mais certains de mes colistiers n'étaient pas d'accord, je retire donc ma liste pour le second tour".
 

 

 

A Ussel, Françoise Béziat jette l'éponge


En Haute-Corrèze, le maire sortant Christophe Arfeuillère, repart avec la même liste DVD qu'au premier tour où il avait réalisé 48,2% des voix.
Pierrick Cronnier, dont la liste DVG a obtenu 36,4% des voix repart également avec les mêmes co-listiers.
Quant à la dissidente Françoise Béziat, si elle s'était laissée le temps de la réflexion face aux incertitudes de déroulement du scrutin, elle a finalement décidé de retirer sa liste liste DVD qui avait obtenu 15,3% au premier tour. Démissionnaire du poste de première adjointe en mars 2019, la tête de liste elle estimait "ne plus retrouver les valeurs du "Chirac Spirit" qui lui sont chères au sein de l'équipe municipale". Elle ne donne aucune consigne de vote pour le second tour.
 

 

 

A Naves, une liste se retire

A Naves, la liste de Jean-Claude Bassaler, arrivée en 3ème position au premier tour avec 13,8% des voix a pris la décision de se retirer, sans toutefois donner de consigne de vote.
Restent donc deux listes qui s'affronteront au second tour, celle de Béatrice Ducloux, qui a totalisé 40% des voix au premier tour et qui compte dans ses rangs le député LREM de Corrèze Christophe Jerretie en 4ème position. 
Enfin, celle d'Hervé Longy, arrivée en tête avec 46,1%, elle a été redéposée à l'identique, malgré le décès du 3ème candidat le conseiller régional Laurent Lenoir, "en accord avec sa famille". 


 

 

 

 

 

Une campagne électorale plus que jamais à vivre sur France 3 Limousin


Longue, numérique et sans meetings en raison du contexte sanitaire, la campagne de ce second tour devra être "différente" indiquait le 29 mai le Ministre de l'intérieur Christophe Castaner. 

Encore plus que d'habitude, les medias locaux comme France 3 Limousin prendront part à cette campagne très spéciale. Des reportages seront réalisés sur les principales communes de notre territoire et des débats auront lieu en plateau entre les candidats dès le 15 juin, dans le respect des mesures de distanciation.

 

via GIPHY

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections