Vacances d'été : comment le Pays basque s'adapte pour devenir une destination de choix

Avec la nouvelle phase de déconfinement, les projets de vacances d'été commencent à se concrétiser. Au Pays basque, les offices de tourisme adaptent leurs stratégies de communication pour attirer et rassurer une clientèle qui pourrait rester très régionale.
 

La plage d'Hendaye
La plage d'Hendaye © photo Office du tourisme d'Hendaye
"Les chalets d'Iraty seront complets cet été, c'est une quasi certitude", affirme Nicolas Martin, directeur de l'Office de tourisme Pays basque, qui regroupe dix-huit entités d'accueil touristique, de Saint-Jean-de-Luz  à Tardets, et de Saint-Etienne de Baigorry jusqu'à Bidache.

"Les gîtes ruraux, ou en montagne, avec une piscine, sont très demandés ces jours-ci", ajoute-t-il. "Les vacanciers veulent être autonomes, et dispersés dans la nature. Et ce n'est pas forcément une clientèle lointaine. A Iraty, des chalets ont été loués par des familles résidant à une vingtaine de kilomètres de là, en Soule. Les campings sont également plébiscités. En revanche, les réservations pour l'hôtellerie sont encore très timides. Elles se feront sans doute à la dernière minute, quand les règles sanitaires seront plus claires".
© photo Office de tourisme de Cambo-les-Bains

Atouts culturels

A l'Office de tourisme de Cambo-les-bains, les demandes sont semblables. Depuis hier, 2 juin, le téléphone a recommencé à sonner : trente-cinq appels dans la journée. Principalement pour des locations d'appartements de quatre personnes, en moyenne. 

Les thermes, moteur de l'activité touristique, restent pour le moment fermés, et sans doute encore jusqu'en juillet.
Mais Cambo-les-bains, espère rester attractif, en mettant en avant sur son site internet ses atouts culturels. 
Les animations ont toutes été annulées jusqu'au 15 juillet, mais le programme estival est pour la suite de la saison maintenu.
A Arnaga, la légendaire maison d'Edmond Rostand, les visiteurs sont encore rares. Les jardins de la belle demeure, de nouveau ouverts à la découverte, pourraient séduire un public en quête de verdure. 

Sur le littoral, Anglet avec ses 4,5 km de plages, et sa forêt, devrait aussi attirer des vacanciers avides de grands espaces. 
Là encore, les appartements en résidences de tourisme, et le camping 4 étoiles avec piscine, sont les plus demandés.

Tout le monde a envie de prendre l'air !
Pantxika Labrouche - directrice adjointe d'Anglet Tourisme

"Pour les réservations en hôtel, c'est plus compliqué. Le service petit-déjeuner en buffet, ou en chambre, par exemple, y est encore impossible. Le mois de juillet va rester encore complexe, mais je suis confiante pour le mois d'août. Depuis dix jours, on note une hausse des demandes; et cela s'accélère avec la fin des déplacements de moins de 100km, et la réouverture sans restrictions, des plages".
© photo Office de tourisme de Cambo les bains

Rassurer et surprendre

Pour communiquer, Anglet Tourisme doit cependant s'adapter au jour le jour. Les informations officielles sur les vacances d'été sont fluctuantes. 
Aurore Cosnier, responsable de la promotion et de la communication confirme qu'il a fallu "changer de mode communication, pour rassurer et surprendre les vacanciers".
"Nous avons lancé des capsules vidéo nommées "Anglet, retour à l'essentiel". Nous avons utilisé des images de la ville pendant le confinement. Cela autour de thèmes sympas, comme l'apéro sunset, ou la balade à vélo. En quelques secondes, cela permet de se projeter en vacances. C'est une invitation. Un message d'appel, en attendant la réouverture de tous les hébergements, comme les hôtels".
 
Anglet : retour à l'essentiel


Autre axe de séduction, une série d'affichages à Bordeaux, et de promotion sur le web. "Nous lançons dans les jours à venir la campagne "Pas besoin d'aller si loin pour être dépaysés", détaille Aurore Cosnier.

Nous voulons montrer aux habitants de la région qu'à deux heures de route il y a une destination sympa et nature.
Aurore Cosnier - responsable de la promotion et de la communication Anglet Tourisme -

Mesures barrières

À Hendaye aussi, la stratégie de communication a été affinée. Le directeur de Hendaye Tourisme, Jean-Sébastien Halty, assure que "le but est de rester aussi attractif que d'habitude". 

"Nous sommes en train de préparer tous les dispositifs pour les animations estivales. Nous avons maintenu une grosse partie de notre programme", déclare-t-il. "Sur notre site internet, nous informons les vacanciers, qu'ils devront venir avec leur masque... et pas seulement de plongée!".
"Pour les spectacles, en intérieur, comme en extérieur, il y aura un plaçage. Les marchés, de jour, et nocturnes, auront lieu, mais il y aura un sens unique de circulation, entre les stands.

Pour l'installation des tentes de plage, louées à la journée, et les extensions de terrasses de café, les réunions sont en cours.
Jean-Sébastien Halty - directeur de Hendaye Tourisme

Le château d'Abbadia
Le château d'Abbadia © photo Office du tourisme d'Hendaye

Hendaye mise aussi sur l'un de ses atouts les plus spectaculaires : le château d'Abbadia. "Là, il ne pourra plus y avoir des visites par groupe de 30 personnes, mais seulement de 15" explique Jean-Sébastien Halty. 
"Nous avons du diversifier notre prestation sur le site. A partir de juillet, il sera possible de visiter trois fois par semaine le parc du domaine, pour découvrir autrement le domaine. Les travaux actuels de rénovation seront également visibles. Plus de document papier, en revanche, pour être guidé. Pour éviter les contacts, et éventuelles contaminations, chaque visiteur obtiendra avec son ticket un lien internet pour télécharger les informations sur le château".

A l'été 2019, 1 500 000 personnes ont séjourné au moins une journée dans la cité balnéaire hendayaise, dont 350 000 touristes étrangers.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque nature parcs et régions naturelles tourisme économie