Bannière résultats municipales

Replay. Municipales 2020 : ce qu'il faut retenir du débat pour le second tour à Poitiers

France 3 Poitou-Charentes vous propose un débat d'entre deux tours pour les élections municipales à Poitiers, le second tour ayant lieu le 28 juin prochain. Les trois candidats, qualifiés à l'issue du premier tour, y participent alors que le scrutin s'annonce serré pour le second tour.

Les candidats aux élections municipales 2020 à Poitiers en débat à France 3 Poitou-Charentes
Les candidats aux élections municipales 2020 à Poitiers en débat à France 3 Poitou-Charentes © France Télévisions

Poitiers fait partie des villes que les écologistes espèrent gagner dimanche prochain. Leur candidate Léonore Moncond'huy, conseillère régionale EELV, à la tête de la liste "Poitiers Collectif" s'est placée deuxième à l'issue du premier tour, avec 23,89% des suffrages derrière Alain Claeys, le maire sortant PS et président de Grand Poitiers, qui est arrivé en tête. Il a obtenu 28,20% des voix et brigue un troisième mandat. Le candidat LREM est également toujours en lice pour le second tour, Anthony Brottier avait récolté 18,37% des votes le 15 mars dernier.

Ce qu'il faut retenir du débat entre les trois candidats 

Alain Claeys, liste "Poitiers, l'avenir s'écrit à taille humaine", Léonore Moncond'huy, liste "Poitiers collectif" et Anthony Brottier, liste "Ma priorité, c'est vous" ont participé au débat organisé par France 3 Poitou-Charentes, à quelques jours du second tour. Poitiers, qui compte un peu plus de 90.000 habitants, est au cœur d'une communauté urbaine, Grand Poitiers, qui rassemble près de 200.000 personnes. 

Avant d'entamer le débat sur les programmes pour la campagne électorale, les trois candidats ont évoqué les conséquences que la crise sanitaire, due à la pandémie de Covid-19, a pu avoir sur leur engagement et leurs programmes. Pour Léonore Moncond'huy et Anthony Brottier, cette crise les a conduit à enrichir leur propositions pendant l'entre deux tours. Le maire sortant, Alain Claeys a, de son côté, expliqué que la gestion de l'épidémie en tant que maire n'avait pas été un exercice facile et qu'il a voulu, pour surmonter cette épreuve, associer l'ensemble des composantes du conseil municipal et soutenir de très nombreuses initiatives de solidarité lancées par les habitants.

Cet entre-deux-tours exceptionnellement long a donné lieu aux tractations ou rapprochements qui n'ont pas abouti. Une rencontre entre Alain Claeys et le député LREM de la Vienne, Sacha Houlié, n'a pas eu de suite. Le maire sortant de Poitiers rappelle que "depuis six ans, [il a] une règle. Nous présentons une liste et un projet au premier tour et il n'y a pas de changement avant le second tour". Il aquiesce quand Anthony Brottier affirme "qu'il n'a eu aucun contact, de son côté, avec Alain Claeys". Léonore Moncond'huy revient sur le refus de fusion avec l'autre liste écologiste, présente au premier tour et portée par Christiane Fraysse, en affirmant que "Poitiers collectif " est aujourd'hui pour elle la liste qui peut porter les espoirs de tous ceux qui veulent le changement.

Face aux soutiens apportés à Alain Claeys par l'ancien maire Jacques Santrot et le député LREM Jacques Savatier, qui a récemment démissionné de son mandat, la candidate écologiste évoque "les coalitions entre partis politiques qui se lient contre les écologistes" pour les empêcher d'accéder aux commandes. Anthony Brottier estime aussi que "le renouvellement des visages et des pratiques politiques" est une urgence et qu'il porte avec sa liste "le vrai renouvellement".

Alain Claeys qui a déjà effectué deux mandats, affirme qu'il a pris cette nécessité de renouvellement en compte pour constituer sa liste mais que pour lui, "il faut concilier l'expérience et la nouveauté dans la période difficile qui nous attend".

Pour chaque candidat, le mot d'ordre prioritaire c'est l'emploi. Il faut le favoriser au maximum pour que la crise sociale qui s'annonce à la suite de la crise sanitaire soit la moins violente possible. Tous s'accordent aussi pour dire que la gestion de la crise sociale ne doit pas faire oublier les objectifs écologiques et ne doit pas remettre en cause la transition du même nom. 

Pour Alain Claeys qui rappelle avoir été un grand défenseur des Accords de Paris sur le climat, "cette transition écologique ne réussira que si elle concerne le plus grand nombre des citoyens, y compris les plus précaires. Il y deux mots que l'on ne doit pas dissocier, c'est transition écologique et sociale car ce sont les plus précaires qui doivent en priorité bénéficier de la transition écologique." 
Léonore Moncond'huy rappelle que pour elle "l'écologie n'est pas un slogan, servant à se maintenir au pouvoir, mais une nécessité".

Elle interpelle alors directement Alain Claeys en citant Aragon qui écrivait : "Il y a toujours un rêve qui veille".

Le problème, c'est que je ne vois pas votre rêve pour Poitiers. Quel est votre rêve pour les habitants de Poitiers, pour les gens de ma génération, pour les jeunes et pour les générations de nos enfants ? Moi, mon rêve c'est qu'ils aient, malgré les défis écologiques et sociaux, un futur heureux et désirable.

Léonore Moncond'huy, liste "Poitiers Collectif"

Pour Alain Claeys, "ce futur heureux" pour les jeunes ne peut être dissocié de la politique économique et sociale.

La génération qui vient aujourd'hui, c'est elle qui aura les plus grandes difficultés car au delà des slogans, il va y avoir à considérer dans les mois qui viennent l'emploi. Les jeunes risquent d'être ceux qui restent au bord des routes et que ces emplois soient conciliables avec la transition écologique et la révolution numérique, c'est ça l'enjeu.

Alain Claeys, liste "Poitiers, l'avenir s'écrit à taille humaine"

Reprenant les propos de Léonore Moncond'huy sur le rêve, il lui "reproche d'avoir au bout du compte, un rêve fait de plein de dogmatismes, d'entre-soi collectif qui m'inquiète beaucoup car Poitiers ne se résume pas au centre-ville". C'est en effet, dans les bureaux de vote du centre-ville de Poitiers que la candidate écologiste a réalisé ses meilleurs scores, au premier tour, à l'inverse du maire sortant qui arrive en tête dans plusieurs bureaux de vote des quartiers périphériques. 

D'un côté, on a M. Claeys qui propose de poursuivre le saupoudrage en matière écologique et de l'autre côté, le dogmatisme de Mme Moncond'huy.

Anthony Brottier, liste "Ma priorité, c'est vous"

Sur le thème de l'écologie, le candidat LREM, Anthony Brottier veut qu'elle soit le dénominateur commun de toute l'action politique et publique de la ville. 

Ce que l'on propose, c'est d'embarquer tout le monde autour de la transition écologique. Sur la végétalisation, on ne doit pas se limiter aux portes du centre ville. Les 20.000 arbres que nous proposons de planter, ce sera dans toute la ville et en associant les écoles. Le volet pédagogique de cette transition écologique est fondamental. 

Anthony Brottier, liste "Ma priorité, c'est vous"

Autre grand thème abordé lors de ce débat, la question de la mobilité avec le développement des transports en commun et des déplacements en vélo.

Anthony Brottier (LREM) estime qu'il faut restructurer le réseau des transports en commun dans la ville en augmentant les dessertes et en assurant une fréquence plus importante pour les bus. Il estime que Poitiers a pris du retard sur le développement des pistes cyclables et propose de mettre en place un service de vélos en libre service.

Alain Claeys reconnaît qu'il y a effectivement un retard sur la mise en place des pistes cyclables. Pour lui, l'enjeu dans les dix ans à venir, c'est de réduire les émissions de CO2 en travaillant sur la mobilité, la rénovation des bâtiments et des réseaux de chaleur. "Il faut que les progrès sur la baisse des émissions de CO2 s'accompagnent de progrès sociaux", affirme-t-il.

La candidate écologiste plaide pour une politique "globale, irriguant toute la ville et proposant une vraie alternative au transport en voiture individuelle". Elle veut que les Poitevins puissent se déplacer en vélo, "en toute sécurité" dans la ville. Pour les déplacements en bus, elle estime qu'il existe actuellement un problème de "qualité de service" et demande une plus grande fréquence et un meilleur confort, pour que "le bus ne reste pas un moyen de transport par défaut".

Dernier thème abordé lors de ce débat, celui de la sécurité. 
Léonore Moncond'huy est la seule candidate à s'opposer à la mise en place de caméras de vidéosurveillance. "Les caméras ne sont pas un bon moyen pour assurer la sécurité dans les quartiers." Elle propose que les budgets alloués aux caméras soient utilisés pour d'autres misions. 

Pour Alain Claeys, "c'est une erreur de ne pas vouloir de caméras" mais pour lui, "la vidéoprotection doit être placée sous la seule autorité du procureur de la République" et non sous celle du maire. Il affirme que la sécurité, c'est à la fois la prévention, l'éducation, la police de proximité nationale et municipale mais aussi la vidéoprotection.

De son côté, Anthony Brottier dit "assumer" complètement d'avoir placé le débat sur la sécurité au cœur de la campagne. "Je ne suis ni un dur ni un laxiste, mais la sécurité est un vrai sujet". Le candidat LREM estime qu'il faut renforcer la police municipale dont le travail est complémentaire de la vidéosurveillance.

Pour voir le débat en replay :

Quel scénario pour le second tour ?

Le scénario du second tour entre ces trois candidats est donc encore loin d'être écrit et la campagne électorale, même bouleversée par l'épidémie de Covid-19, s'est intensifiée dans la dernière ligne droite. L'heure des comptes a sonné pour les candidats.

Léonore Moncond'huy espère pouvoir bénéficier pleinement du report des voix de l'autre liste écologique, "Osons 2020", présente au premier tour. Elle était conduite par Jacqueline Fraysse, une opposante déterminée à Alain Claeys et conseillère municipale sortante, qui a récolté 9,96% des suffrages au premier tour. Un accord entre les deux listes, un moment envisagé, n'a pas abouti et Christiane Fraysse n'a pas donné de consigne de vote pour le second tour. Qu'en sera-t-il dans les urnes dimanche prochain, alors qu'une simple addition des deux scores du premier tour place Léonore Moncond'huy en tête ?

Alain Claeys brigue, à 72 ans, un troisième mandat de maire de Poitiers. Il part avec une liste identique à celle du premier tour. Le rapprochement avec la liste du candidat LREM, un temps évoqué, n'a finalement pas été conclu et le maire socialiste affrontera, dimanche prochain, Anthony Brottier qui a récolté 18,37% des votes au premier tour. Comme la candidate écologiste, Léonore Moncond'huy, le candidat de la majorité présidentielle appelle à un renouveau de la classe politique et de la gouvernance à Poitiers.

Alain Claeys, dont le programme s'est sensiblement teinté de vert, met en avant ses réalisations pour une ville qu'il veut "à taille humaine" comme l'affirme son slogan de campagne. Pour ce second tour, il a obtenu le soutien de Jacques Santrot, l'ancien maire de Poitiers de 1977 à 2008 mais aussi celui du député Jacques Savatier qui vient d'annoncer son retrait et sa démission de son poste de député mais aussi du groupe de La République En Marche.

Reste une inconnue qui pourrait changer la donne et faire basculer le résultat : c'est le taux de l'abstention. Se maintiendra-t-il à son record du premier tour ? 63,6 % des électeurs poitevins ne s'étaient pas rendus aux urnes le 15 mars, à la veille du confinement imposé face à la crise sanitaire qu'a connu le pays. Les abstentionnistes détiennent certainement en grande partie les clés du scrutin.

Les résultats du premier tour, le 15 mars 2020 

POITIERS - Résultats 1er Tour Municipales 2020
POITIERS - Résultats 1er Tour Municipales 2020 © France Télévisions

 

Le programme des débats sur France 3 Poitou-Charentes, par date :
Lundi 15 juin : Cognac
Avec : Morgan Berger (DVD), Jonathan Munoz (DVG), Jean-Hubert Lelièvre (LR), Damien Bertrand (LREM)
Présentation : Laïd Berritane. Un débat à revoir ici.

Mardi 16 juin : Buxerolles
Avec : Ludovic Devergne (DVG), Gérald Blanchard (DVD)
Présentation : Jérôme Vilain. Un débat à revoir ici.

Mercredi 17 juin : Soyaux
Avec : François Nebout (DVD), Frédéric Cros (DVD), Cédric Jégou (DVC), William Jacquillard (UG)
Présentation : Laïd Berritane. Un débat à revoir ici.

Jeudi 18 juin : Royan
Avec : Patrick Marengo (DVD), Jacques Guiard (UG), Thomas Lafarie (UC), Thierry Rogister (RN)
Présentation : Jérôme Vilain. Un débat à revoir ici.

Vendredi 19 juin : Thouars
Avec : Bernard Paineau (DVG), Alain Ligné (DVC), Patrice Pineau (DVG)
Présentation : Laïd Berritane. Un débat à revoir ici.
 
Lundi 22 juin : Saintes

Avec : Jean-Philippe Machon (DVD), Bruno Drapron (UDI), Rémy Catrou (Union de Gauche), Pierre Dietz (DVG)
Présentation : Laïd Berritane. Un débat à revoir ici.
 
Mardi 23 juin : Poitiers
Avec : Alain Claeys (SOC), Léonore Moncond’huy (DVG), Anthony Brottier (LREM)
Présentation : Jérôme Vilain
 
Mercredi 24 juin : Rochefort
Avec : Hervé Blanché (LR), Rémi Letrou (DVG)
Présentation : Laïd Berritane
 
Jeudi 25 juin : La Rochelle
Avec : Olivier Falorni (DVG), Jean-François Fountaine (DVG), Jean-Marc Soubeste (EELV)
Présentation : Jérôme Vilain
  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter