Aude : après le vaste incendie sur le massif de la Clape, désormais fermé au public, les pompiers restent mobilisés

Au début du mois de juillet, un violent incendie a ravagé 300 hectares de végétation sur le massif de la Clape, près de Narbonne. Depuis, le site forestier est fermé au public. Mais les sapeurs-pompiers restent sur le qui-vive : avec la sécheresse, le risque de feu de forêt est toujours très élevé.
Plusieurs incendies se sont déclarés dans le massif de la Clape - Aude (12 juillet 2021).
Plusieurs incendies se sont déclarés dans le massif de la Clape - Aude (12 juillet 2021). © FTV / Frédéric Guibal

Un incendie a détruit 300 hectares de garrigues et de pinèdes dans le massif audois de la Clape, le samedi 3 juillet. Depuis, le secteur est interdit au public même si des promeneurs et des randonneurs à VTT fréquentent tout de même les sentiers.

Cette fermeture reste nécessaire : en dépit de la fraîcheur et de l'humidité apparentes, les risques d'incendie sont particulièrement élevés cette semaine surtout avec un vent fort.

Des conditions toujours propices aux incendies

Deux facteurs conduisent à la fermeture des massifs : le vent et l'état de sécheresse avancée. "Ces végétaux ont séché dès la fin du mois de mai. Les quelques ondées qu’on a depuis début juillet ont un effet très court. Le combustible redevient sec très rapidement", explique Jean-Paul Baylac, responsable des feux de forêts au SDIS de l'Aude, en inspectant le sol.

Même les végétaux avec un enracinement profond comme les pins et les genévriers sont dans un état de dessiccation avancé, avec un mois d’avance par rapport à un été normal  

Jean-Paul Baylac, responsable feux de forêts au SDIS de l'Aude

Les sapeurs-pompiers soulignent que les conditions actuelles sont encore plus propices à un départ de feu que le 3 juillet dernier. "Les conditions sont les mêmes qu'en juillet 2014, où l'incendie de Peyriac avait traversé l'autoroute et avait été extrêmement difficile à maîtriser". Les sapeurs-pompiers redoutent donc une propagation très rapide, qui compliquerait la gestion des populations et des campings à proximité.

Des moyens supplémentaires en renfort

Pour lutter contre ces possibles incendies, 80 pompiers sont venus en renfort de trois départements de Rhône-Alpes. Des moyens aériens de la sécurité civile sont mobilisés pour "pouvoir attaquer les feux naissants très rapidement", détaille le colonel Jean-Luc Beccari, directeur du SDIS de l'Aude.

Pour gagner du temps dans l'activation des renforts, une anticipation est réalisée au niveau national dans le cadre du dispositif sécheresse. Ces moyens supplémentaires sont affectés sur le département pour au moins 72 heures. Leur mission pourrait être prolongée au-delà selon l'évolution des conditions météorologiques.

Stop aux imprudences

"En l'état actuel du combustible, un simple mégot pourrait faire démarrer un incendie puissant", alerte Jean-Paul Baylac. Les sapeurs-pompiers observent une recrudescence des imprudences. "Les mégots, les barbecues, ce sont des causes que l'on pourrait facilement résorber en faisant tout simplement attention !".

Une enquête de la gendarmerie est en cours pour déterminer les causes de l'incendie du 3 juillet. Le massif de la Clape reste fermé au public jusqu'au week-end.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers nature environnement feux de forêt réchauffement climatique climat tourisme économie sécheresse météo pompiers