Attentats de Trèbes et Carcassonne: 4 ans après, l'émotion toujours présente

Publié le

Le 23 mars 2018, un jeune terroriste audois tirait sur des CRS d'une caserne de Carcassonne, avant de prendre en otage des clients et des employés d'un supermarché de Trèbes. un attentat qui a fait quatre victimes dont le gendarme Arnaud Beltrame. Quatre ans après, l'émotion est toujours présente dans l'Aude.

C'est une cérémonie discrète qui se tient chaque année sur la place de la République, devant la mairie de Trèbes. Depuis 4 ans, les proches des victimes, les salariés du supermarché, les représentants des forces de l'ordre et de l'Etat marquent le coup à travers une cérémonie sobre. Cette année, la commémoration s'est faite sans prise de parole, ni Marseillaise. Il n'y avait pas ou peu d'anonymes pour y assister.

Deux gerbes de fleurs ont été déposées au pied de la stèle sur laquelle sont inscrits les nom des quatre victimes. Un moment de recueillement a été respecté par l'ensemble des participants. Un ancien salarié de Super U, collègue de Christian Medvès, a accepté de dire quelques mots à notre équipe de reporters sur place, à condition de ne pas donner son nom : "Je voulais rendre hommage à mon collègue Christian avec qui j'ai travaillé longtemps. Pour moi, Super U, c'était ma vie. Depuis ce jour-là, je suis complètement déboussolé."

Tragique journée

Car le 23 mars 2018 a bouleversé la vie de nombreux audois. Il est un peu plus de 10h ce jour-là, lorsque Radouane Lakdim, un jeune carcassonnais âgé de 25 ans et originaire de la cité populaire d'Ozanam se rend sur un parking en terre non loin de la Cité de Carcassonne. Celui de l'ancienne "Cité des aigles", une attraction abandonnée depuis de nombreuses années. Le terroriste, armé d'un pistolet de calibre 7.65, tire d'abord sur Renato Silva, un jeune d'origine portugaise âgé de 25 ans, conducteur d'une Opel Corsa, le blessant grièvement à la tête. Puis tire sur Jean Mazières, un viticulteur de 60 ans, passager du véhicule, le tuant sur le coup.

Le terroriste vole alors le véhicule et prend la direction de la caserne de Laperrine, siège du 3ème régiment de parachutistes d'infanterie de marine en espérant s'en prendre à des militaires. Mais s'oriente finalement vers la CRS 57, à proximité immédiate du quartier d'Ozanam dont Radouane Lakdim est originaire. Quatre CTRS d'une autre compagnie, en plein jogging, sont pris pour cible. Le terroriste tire à six reprises. L'un des CRS, âgé de 43 ans et originaire de Marseille, est grièvement blessé. 

Il est un peu plus de 10h30 lorsque l'Opel Corsa se gare sur le parking du supermarché Super U de Trèbes, à quelques kilomètres en ligne droite de la caserne des CRS. Radouane Lakdim fait usage de son arme directement en entrant dans le supermarché, tuant Christian Medvès le chef-boucher du supermarché, 45 ans et père de famille. Puis Hervé Sosna, un client de 60 ans qui n'avait pas pris la fuite, abattu d'une balle à bout portant dans la tête. Une vingtaine de personnes se réfugient dans les chambres froides du magasin.

Radouane Lakdim, lui, prend la direction de la salle des coffres, où il tombe sur Julie V. , une caissière âgée de 40 ans qu'il prend en otage. Le terroriste appelle alors le commissariat pour revendiquer ses actions au nom de l'Etat Islamique. Une équipe du GIGN de Toulouse est déclenchée.

Arnaud Beltrame, héros de la Nation

Mais peu après 11h, un groupe de gendarmes du PSIG (peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie) de Carcassonne pénètre dans le magasin emmené par le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. Celui-ci entame un dialogue avec le terroriste et se propose en échange de la libération de la caissière, un marché accepté par Radouane Lakdim. Un canal de négociation est mis en place avec le GIGN. Mais à 14h30, Redouane Lakdim égorge le gendarme et lui tire dessus. le GIGN intervient alors et abat l'islamiste. Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est évacué dans un état très grave à l'hôpital de Carcassonne. Il y décèdera dans la nuit du 23 au 24 mars 2018. Quatre innocents sont morts dans ces attaques, et 16 personnes ont été blessées.

Le lieutenant-colonel Beltrame, promu au grade de colonel à titre posthume  a été honoré le 28 mars 2018, lors d'une cérémonie militaire dans la cour d'honneur de l'hôtel des Invalides, avant d'être enterré, quelques jours plus tard, au cimetière du village de Ferrals-les-Corbières, où il résidait avec sa compagne.

Sa personnalité et son geste ont durablement marqué le pays. Ce mercredi 23 mars 2022 une cérémonie était également organisée par des proches en Bretagne, région d'origine de la famille Beltrame.

L'un de ses frères Cédric, a également tenu à lui rendre hommage en ce jour sur Twietter, en relayant un poème consacré à Arnaud Beltrame.

Le geste du gendarme a marqué les consciences, bien au-delà de sa famille  ou de l'Aude. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a lui aussi eu une pensée pour le colonel en ce jour de commémoration. La gendarmerie de l'Aude organise, elle,  une cérémonie ce jeudi 24 mars.

Une BD, sortie à l'automne dernier, revient sur la vie d'Arnaud Beltrame. Et ce jeudi 24 mars, France 3 Occitanie diffuse à 23 heures un documentaire  revenant sur la dernière journée du gendarme. Un film écrit par Marie-Sophie Tellier et Catherine Lopez, et réalisé par marie-Sophie Tellier

A voir sur France 3 Occitanie, le jeudi 24 mars 2022 à 23 heures.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité