• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Aude : des Faucheurs volontaires occupent l'usine Monsanto de Trèbes

Trèbes (Aude) - une centaine de Faucheurs volontaires occupent l'usine Monsanto - 17 mai 2019. / © Faucheurs volontaires
Trèbes (Aude) - une centaine de Faucheurs volontaires occupent l'usine Monsanto - 17 mai 2019. / © Faucheurs volontaires

A la veille d'une journée mondiale contre Monsanto, le collectif des Faucheurs volontaires occupent l'usine du géant des OGM à Trèbes, près de Carcassonne, dans l'Aude. Ils sont une centaine et disent avoir trouvé sur le site des semences de colza OGM interdites en France.

Par Fabrice Dubault


Une centaine de Faucheurs volontaires d'OGM occupent l'usine de Monsanto à Trèbes, depuis la fin de la matinée, de ce vendredi.

Ils réagissent à un "nouveau scandale de Monsanto/Bayer" : la dissémination, dans les champs européens, d'OGM interdits.

D'après des Faucheurs volontaires, contactés à 13h, par France 3 Languedoc-Roussillon, et qui sont actuellement dans le site audois de Monsanto, l'usine conditionne et met en sac des semences de colza OGM interdites en France.


Selon eux, "la presse a très peu transmis cette information du colza contaminé par du colza OGM, les services de l’état pratiquent une véritable désinformation et pourtant les conséquences de ce nouvel incident, dont Monsanto France est responsable, sont très graves".

Toujours selon les Faucheurs volontaires, ces lots de semences, du colza DK Exception Dekalb contaminée par la semence transgénique GT 73 résistante au glyphosate, ont été commercialisées en France, en Allemagne, en République Thèque et en Roumanie.
 

C'est incompréhensible que cette semence contaminée importée d'Argentine et d'Espagne soit commercialisée en France", a ajouté Jacques Dandelot, 69 ans, un porte-parole des Faucheurs Volontaires.


En fin d'après-midi, les forces de l'ordre sont intervenues pour déloger les manifestants.

Dominique Masset a raconté l'opération : "Ils ont lâché des gendarmes mobiles par hélicoptère sur le toit" où des militants étaient montés, "et il y a une compagnie de CRS", a-t-il détaillé.
 

Sur le même sujet

Monze : la désolation après l'incendie qui a brûlé 900 hectares

Les + Lus