Carcassonne : la colère des agriculteurs bio face aux retards des aides PAC

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvie Bonnet
Les éleveurs de moutons bio montent au créneau à la chambre d'agriculture de Carcassonne.
Les éleveurs de moutons bio montent au créneau à la chambre d'agriculture de Carcassonne. © Daniel De Barros

Manifestation à Carcassonne, ce lundi matin à l'appel de la Confédération paysanne. Une vingtaine d'éleveurs et leurs moutons ont envahi la Chambre d'agriculture de l'Aude. En cause, le retard des aides promises par la Politique Agricole Commune (PAC) notamment pour la filière biologique.

Les mois se succèdent et le versement des aides est toujours repoussé. C'est en substance le message des agriculteurs audois réunis ce lundi matin à Carcassonne à l'appel de la Confédération paysanne. Une vingtaine d'entre eux se sont introduits dans les locaux de la Chambre d'agriculture de l'Aude avec leurs moutons.


Des aides sans cesse reportées


Les paysans attendent l'instruction et les soldes de leurs aides bios et MAEC (mesures agroenvironnementales et climatiques) depuis des mois, voire des années. Et d'après les dernières promesses du ministère de l'agriculture,  il faudra encore attendre novembre 2017. Un nouveau calendrier a en effet été présenté dès la fin juin et qui concerne encore les aides PAC 2015, 2016, 2017.

durée de la vidéo: 01 min 25
Les éleveurs bio de l'Aude réclament les aides dûes. ©F3LR

Les agriculteurs bio en première ligne


Les paysans n'en peuvent plus de cette situation économique insupportable sur leurs fermes, notamment tous ceux qui ont fait le choix du bio.
Le ministère a mis en avant l'agroécologie, or les fermes qui sont dans cette démarche sont les premières victimes de ces retards de paiement : elles attendent toujours leurs soldes MAEC et bio 2015 et 2016.  D'après la Conférération paysannes, les règles changent en permanence, les erreurs et manquements se succèdent.  Et ce sont toujours les paysans qui sont pénalisés, souvent très lourdement.

Les revendications concrêtes des manifestants


Les agriculteurs demandent qu'une fois pour toutes, les engagements soient tenus et que les aides soient payées dans les plus brefs délais, avec des revendications précises:
  • Le retrait de toutes les pénalités PAC 2015 et 2016 (prorata, erreurs de déclaration, contrôles, etc.) 
  • Un moratoire sur les contrôles PAC tant que les versements des aides ne reviendront pas à la normale 
  • Le paiement des montants initialement prévus en 2016 pour les majorations ovines et de l'aide au veau sous la mère 
  • Une notification pour la PAC 2018 en accord avec les communications du Président, en mettant en place un paiement redistributif à 20% du budget du premier pilier et un transfert maximum des aides du premier vers le second pilier fléché vers les MAEC et aide bio.


Mise en cause du gouvernement


Alors que la consultation des Etats généraux de l'Alimentation bat son plein , le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert, a présenté au cours de sa conférence de presse de rentrée, le 28 août dernier, les grands objectifs de sa stratégie et de son action avec une formule choc:

Nous nous engageons dans une réforme sans précédent de l’agriculture française, qui vise à permettre aux agriculteurs, quel que soit leur modèle de production, de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes et à assurer la pleine prise en compte par l’agriculture des enjeux sociaux, sanitaires et environnementaux."


La Confédération paysanne de l'Aude demande au gouvernement de mettre de la rigueur dans la mise en œuvre de la PAC et de tenir ses engagements.

durée de la vidéo: 01 min 51
Carcassonne : la colère des agriculteurs bio face aux retards des aides PAC ©F3 LR


 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.