Carcassonne : la confédération paysanne demande le plafonnement des aides aux agriculteurs bio

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvie Bonnet
La Confédération Paysanne demande aux élus du Conseil Régional de voter pour le plafonnement de l'aide à la conversion bio dès la campagne 2015 et d'étendre le soutien apporté par l'aide au maintien à tous les agriculteurs bio, quelle que soit la date de leur entrée en bio.
La Confédération Paysanne demande aux élus du Conseil Régional de voter pour le plafonnement de l'aide à la conversion bio dès la campagne 2015 et d'étendre le soutien apporté par l'aide au maintien à tous les agriculteurs bio, quelle que soit la date de leur entrée en bio. © Frédéric Guibal

Alors que le conseil régional LR-MP doit définir ce jeudi sa politique sur les aides financières pour l'agriculture bio, la confédération paysanne de l'Aude a interpellé les élus en manifestant à Carcassonne pour le plafonnement de ces aides.

Voir un syndicat manifester pour un plafonnement des aides, ce n'est pas courant.... Et pourtant la revendication de la confédération paysanne de l'Aude est légitime pour les petits producteurs bio qui ont joué les pionniers en Languedoc-Roussillon.
Ce 14 avril, le Conseil Régional LR-MP doit décider des aides accordées à l'agriculture biologique. C'est à ce titre que la confédération paysanne a manifesté ce mercredi à Carcassonne. Avec des demandes très précises pour le soutien de la filière bio dans l'Aude.

Aider les petites exploitations déjà engagées dans le bio plutôt que les grosses qui veulent s'y mettre

La confédération paysanne demande aux élus du Conseil Régional de voter pour le plafonnement de l'aide à la conversion bio dès la campagne 2015 et d'étendre le soutien apporté par l'aide au maintien à tous les agriculteurs bio, quelle que soit la date de leur entrée en bio.

"Stop aux choix d’opportunité de l’agro-industrie spéculative"

En 2015, près de 70000 ha ont été convertis en bio dans la région. Cette ruée vers les conversions bio, qui a accompagné l'effet d'aubaine lié à l'annonce du non plafonnement des aides, se traduit déjà par une baisse des cours impactant la filière entière.  D'après la confédération paysanne, la FDSEA et les JA mènent des actions de lobbying auprès des élus pour que les aides à la conversion bio ne soient pas plafonnées. Pourtant seulement une quinzaine d'exploitation de plus de 300 ha seraient impactée par un plafonnement à 30000€ par an (soit environ une ferme de 100 ha).

Contre les aides sans plafond

Pour la confédération paysanne, distribuer des aides sans plafond créerait des situations d'aubaine pour les plus gros, au détriment de l'équité de tous les paysans  Le calcul est simple : une ferme de 325 ha toucherait 97 500€ d'aide non plafonnée par an, soit près de 490 000€ d'aides en 5 ans.... Concentrer des millions d'euros d'aides sur une quinzaine de fermes créerait une situation  de distorsion de concurrence entre producteurs.

"Non à l'exclusion des pionniers de l'agriculture bio"

A côté de cela, ce sont près de 2300 exploitations en bio depuis plus de 10 ans, représentant plus d'un tiers des surfaces en bio de la région, qui n'auraient plus d'aide. Pour la confédération paysanne, les paysans pionniers qui ont permis de développer une agriculture multifonctionnelle sont aujourd’hui les grands oubliés de la Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées. Une inégalité de traitement qui impliquerait des situations économiques difficiles sur les exploitations agricoles. 

Dans l'Aude, Jean-Pierre Laval et Frédéric Guibal ont rendu visite à l'un de ces pionniers du bio, maraîcher à Moussoulens.
durée de la vidéo: 01 min 34
Les aides aux pionniers du bio indispensables dans l'Aude ©France 3LR







En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.