Autoroute Toulouse-Castres : Jean Castex dans le Tarn lance le chantier, le groupe NGE désigné concessionnaire

En visite dans le Tarn ce samedi 25 septembre à Lagarrigue, le Premier ministre annonce que le groupe de travaux publics NGE sera chargé de construire et de gérer l'autoroute A69 entre Toulouse et Castres. Le concessionnaire promet un chantier sans ouverture de carrières.

Il a fallu plus de vingt ans d'hésitation avant que le projet ne se concrétise. Mais la venue de Jean Castex samedi 25 septembre 2021 dans le Tarn, promet d'accélérer les choses.

À l'issue d'une réunion avec "des élus locaux et des acteurs économiques" à Lagarrigue, dans le sud de Castres, le Premier ministre a donné le nom du concessionnaire de l'autoroute A69. Il s'agit du groupe de travaux public Français NGE( Nouvelles Générations d'Entrepreneurs). Plusieurs groupes de construction avaient répondu à l'appel d'offres de l'A69 dont NGE qui a été retenu par l'Etat.

Le premier ministre Jean Castex a précisé qu'un "abonnement attractif avec tarifs dégressifs en fonction de la fréquence de passages par mois" devrait être mis en place ainsi qu'une "modulation tarifaire pour les véhicules les moins polluants"

Des travaux dès l'année prochaine

NGE sera chargée de construire, gérer et entretenir les 45 kilomètres de l'autoroute entre Castres et Verfeil, ainsi que la connexion à l'A680. Le chantier, estimé à 480 millions d'euros, devrait démarrer en 2022 pour une mise en service en 2025.

Le groupe NGE

NGE est un groupe de bâtiments et travaux publics dont le siège social se situe à Tarascon en région PACA. 

Avec 14 000 collaborateurs en France et dans le monde, le groupe enregistre un chiffre d'affaires de 2,4 milliards d’euros en 2020.

NGE a déjà construit des autoroutes ou des échangeurs et notamment livré en 2020 les échangeurs autoroutiers de Chambéry sur l’A43 et de l’A10-A71 à Orléans et  le contournement nord-est de Metz sur l’A4. En juin 2020, le groupe de BTP avait lancé une concertation préalable à l'ouverture de trois carrières dans le cadre du projet d'autoroute Toulouse-Castres.

 

Le tracé traversera 17 communes du Tarn et sept de Haute-Garonne. Son but : désenclaver le sud du Tarn et "renforcer son attractivité". Mais aussi faire du bassin de Castres-Mazamet un "pôle d’équilibre" de l'agglomération toulousaine, "qui pourra ainsi prendre pleinement sa place dans le réseau des villes moyennes" autour de Toulouse (préfecture de la région Occitanie, dans son Dossier des engagements de l’État). 

Le gain de temps serait de l'ordre de 35 min sur la totalité du trajet, toujours selon la préfecture. Avec l'A69, il sera ainsi possible de rallier Toulouse à partir de Castres en 45 min, plutôt qu'1h20 en passant par la RN 126. 

Ce projet permettrait, de plus, "de sécuriser les accès à la route nationale et d’éloigner cette infrastructure des principales zones urbanisées"

Un festival contre l'A69 le même jour

Déclarée d'utilité publique en 2018, l'A69 fait pourtant l'objet d'une forte opposition et de recours de la part d'élus et de citoyens. Le tracé ne prévoit plus l'ouverture de trois carrières temporaires, ce qui devrait rassurer les habitants de Saint-Germain-des-Prés, Moncabrier et Villeneuve-les-Lavaur, trois communes situées le long du tracé. 

Dans un communiqué de presse le groupe fait savoir : "Dans le respect de ce projet déclaré d'utilité publique, NGE a proposé à l'Etat des optimisations permettant de s'affranchir du besoin d'ouvertures de carrières temporaires de matériaux. Cela a été rendu possible grâce , d'une part, à sa connaissance approfondie de la géologie des terrains concernés".

Hasard du calendrier : le 25 septembre est aussi la date choisie par Village Action Durable et Stop Carrière – Montcabrier 81 pour leur première édition du "FestiVAD". Un événement festif qui réunit plusieurs collectifs et associations engagées contre l'A69.

Pour l'occasion, les organisateurs ont "naturellement transmis une invitation" à Jean Castex "afin qu'il puisse entendre les arguments qui motivent une telle mobilisation contre les projets de carrières et pour une alternative à l'autoroute Castres-Toulouse", a écrit le collectif Stop Carrière - Montcabrier 81 sur Facebook

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
autoroute castres-toulouse économie transports routes