Avenir de la SAM : le gouvernement nomme "un monsieur industrie" pour accompagner les salariés et préparer l'avenir

Publié le Mis à jour le
Écrit par Corinne Carrière
L'usine SAM de Vivièz est à l'arrêt complet, ce lundi 22 novembre.
L'usine SAM de Vivièz est à l'arrêt complet, ce lundi 22 novembre. © Clément Alet/FTV

A l’issue de la réunion sur le dossier de la SAM qui s’est déroulée ce lundi 13 décembre, Bercy dit "ne pas être satisfait de l’attitude de Renault" et va missionner Jean-Pierre Floris dans le cadre de la réindustrialisation du bassin de Decazeville.

La réunion s’est déroulée ce lundi 13 décembre à Bercy pour aborder le dossier de la Sam et son avenir. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, plusieurs élus locaux, Carole Delga la présidente de la Région Occitanie et les représentants syndicaux de la SAM en visio, ont pu échanger et "exprimer chacun leur point de vue avec une vraie volonté d’avancer", selon le ministère chargé de l’industrie.

A l’issue de cette réunion, Bercy et le ministère en charge de l’industrie s’engagent sur deux volets. Avec d'abord, une attention particulière portée au suivi de l’accompagnement salarial de Renault, "qui n’est pour le moment pas satisfaisant". Le deuxième volet correspond à la réindustrialisation du bassin de Decazeville et du site.

Bercy, "pas satisfait de l’attitude de Renault"

Les employés de la SAM maintiennent toujours l’occupation de l’usine. Le 6 décembre dernier un comité social et économique(CSE) a eu lieu, suite au placement en liquidation sèche prononcé par le tribunal de commerce de Toulouse le 26 novembre 2021. Le 7 décembre dernier, les salariés de la SAM ont brûlé leurs lettres de reclassement pour manifester leur colère. Pour dénoncer une procédure "bâclée", "l’Etat n’est pas en capacité d’imposer à la direction de Renault de faire respecter ses engagements", selon les représentants syndicaux de la CGT.

Bercy exige "un accompagnement individualisé des salariés par Renault dans le cadre des licenciements en cours. Le fond de reconversion de 50 millions d’euros doit être activé, soit par des mesures d’accompagnement renforcées, comme l’aide à la mobilité (15 000 euros d’aide par salarié)". D’autre part, le constructeur a fait des propositions de reclassement aux salariés de la SAM dans ses usines du groupe en France. Des usines éloignées de Decazeville, le ministère de l’Industrie en convient. "Renault doit proposer un accompagnement financier pour chaque salarié et un engagement à hauteur d’un million d’euros convenu dans le cadre du PSE. Bercy explique être en contact étroit avec le constructeur et lui demande "de tenir ses engagements et d’être responsable vis-à-vis de ses sous-traitants, l’accompagnement doit être exemplaire", assure Bercy.

Réindustrialisation du bassin de Decazeville et du site

Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et Carole Dela, la présidente de la Région Occitanie se sont accordés pour missionner Jean-Pierre Floris : "une mission de choc tournée vers les résultats", selon le ministère en charge de l’industrie.

Cet ingénieur de l’Ecole des Mines de Paris "est expérimenté, il connait bien le site et le territoire",  il doit conduire en trois mois (renouvelables) la réindustrialisation du bassin de Decazeville, "aller à la rencontre des investisseurs, recréer des emplois industriels rapidement, pousser d’autres pistes industrielles locales ou étrangères".

Jean-Pierre Floris, pur produit Saint-Gobain, a été délégué interministériel à la restructuration des entreprises du gouvernement d’Edouard Philippe de décembre 2017 à août 2021. C’est lui qui avait assuré la médiation  avec les représentants de l’intersyndicale en 2018 à l’usine Bosch à Rodez.

Au-delà du bassin, il a pour mission de relancer l’industrialisation du site de la fonderie en partenariat avec les salariés et les élus locaux. Il sera dès demain, mardi 14 décembre, sur site. Un Comité de suivi va être mis en place et un point d’étape sera fait toutes les trois semaines. Bercy attend un résultat rapide et fera un premier bilan en début d’année 2022.

Le Conseil Economique Social et Environnemental, le CESER d’Occitanie/ Pyrénées Méditerranée, présidé par Jean-Louis Chauzy, confirme sa participation au comité de suivi animé par Jean- Pierre Floris.

"Afin d’éviter une troisième dévastation du bassin de Decazeville qui provoquerait l’asphyxie financière des collectivités et l’appauvrissement de la population, le ministre a proposé à la demande des salariés et du CSE de la SAM que des mesures dérogatoires soient prises pour l’indemnisation des salariés perdant leur emploi, et donc un effort significatif de Renault, la possibilité de pré-retraite pour les salariés usés par des postes de travail difficile.

Dans un communiqué, Jean-Louis Chauzy poursuit : "le Cabinet de la ministre du Travail sera présent à Decazeville mardi 14 décembre, aux côtés de "Monsieur Decazeville", à savoir Jean-Pierre Floris, pour être sur le terrain avec les salariés, les élus locaux, la préfète de l’Aveyron, la Région et les acteurs économiques".

Mais la présence de Jean-Pierre Floris au sein de l’usine, devait être soumise au vote des salariés lors d'une assemblée générale.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.