Une enquête judiciaire ouverte dans le cadre des soupçons de match de football truqué entre Rodez et Lyon-La Duchère

Le RAF (Rodez Aveyron Football) lors de son accession en Ligue 2 / © José A. Torrès/MAXPPP
Le RAF (Rodez Aveyron Football) lors de son accession en Ligue 2 / © José A. Torrès/MAXPPP

Les matches de football Rodez-Lyon Duchère (National) et Sochaux-Grenoble (Ligue 2), joués le 17 mai en dernière journée de championnat, font l'objet d'une enquête préliminaire ouverte jeudi à Paris, révèle le journal l'Equipe.

Par VA.

Le parquet de Paris a confirmé ce dimanche l'information publiée dans le Journal l'Equipe.

Il a  ouvert le 6 juin une enquête préliminaire pour "escroquerie en bande organisée", "corruption active et passive", "blanchiment aggravé" et "association de malfaiteurs délictuelle", confiée au Service central des courses et jeux (SCCJ) de la police judiciaire.
    
Le 17 mai, dans un match sans enjeu sportif, le Rodez Aveyron Football (RAF) avait battu 5 buts à 1 le club de Lyon Duchère AS.

Le même jour, le FC Sochaux Montbéliard devait remporter le dernier match de la saison pour se maintenir en Ligue 2. Il s'était finalement imposé contre le Grenoble Foot 38 sur le score de 1 à 0 lors d'un match joué à huis clos.
    
Mais le 23 mai, le journaliste indépendant Romain Molina avait publié une vidéo sur YouTube affirmant avoir appris, quatre jours avant ces rencontres, qu'"il va y avoir des matchs arrangés". 
    
Il déclarait ensuite que ses informateurs lui avaient désigné les deux matches en question, lui fournissant à l'avance les résultats et les écarts de but exacts.
    
Le journaliste affirmait avoir prévenu les autorités, s'inquiétant de l'influence possibles de paris sportifs en ligne depuis l'étranger, les deux matchs n'étant pas ouverts aux paris en France. 
    
Le quotidien l'Equipe rapporte que, selon l'Autorité de la régulation des jeux en ligne (Arjel), ces deux matches "n'ont pas suscité de prises de paris anormales à l'étranger".
    
Le président du club de Rodez, Pierre-Olivier Murat, s'est dit "surpris" d'apprendre cette ouverture d'enquête sur un match pour lequel il
n'y "avait rien à gagner", l'accession en Ligue 2 étant déjà acquise.
    
La Fédération française de football a de son côté lancé une enquête administrative.
   

Sur le même sujet

Les + Lus