• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Contrefaçon de vins dans l'Hérault : ne vous fiez pas à l'étiquette

Bouteilles de vin - images d'archives. / © maxppp
Bouteilles de vin - images d'archives. / © maxppp

Dans l'Hérault, un viticulteur-négociant de Pézenas a été arrêté pour trafic de vins contrefaits, à l'issue de 8 mois d'enquête des gendarmes. L'escroquerie porterait sur 16.000 bouteilles.

Par C.ALAZET, d'après AFP

Le viticulteur-négociant de Pézenas a été arrêté mardi 31 mai dans l'Hérault.

L'affaire a commencé en septembre 2015. Un viticulteur d'Abeilhan dans l'Hérault découvre son vin dans le catalogue d'une grande enseigne de Béziers. Surpris, parce qu'il n'a jamais été en contact avec cet hypermarché, il se rend sur place et achète une bouteille. Il se rend alors compte qu'il y a bien son nom, mais que ce n'est pas son étiquette. Et surtout que la bouteille ne contient pas son vin.  

Il dépose plainte. C'est la brigade territoriale de gendarmerie de Servian qui est alors chargée de l'enquête. Les investigations ont abouti à l'arrestation, puis la garde à vue et le placement sous contrôle judiciaire d'un viticulteur négociant favorablement connu localement au sein de la profession.

L'homme achetait des vins entre 7 et 10 euros la bouteille, refaisait une étiquette en utilisant les références de viticulteurs connus grâce à une imprimante laser, puis revendait ces bouteilles entre 15 et 20 euros à la grande distribution.

Pézenas (34) : un viticulteur accusé de contrefaçon de vins
Un viticulteur-négociant de Pézenas a été arrêté pour trafic de vins contrefaits, à l'issue de 8 mois d'enquête des gendarmes. L'escroquerie porterait sur 16.000 bouteilles. - F3 LR - Reportage F3 LR : S.Banus et S.Taponier

Chez cet homme âgé de 43 ans, quelques 5.000 bouteilles de vin frauduleuses ont été saisies mais les enquêteurs estiment que le trafic pourrait porter sur 16.000 bouteilles. Parmi les victimes, 6 domaines viticoles connus de l'Aude et de l'Hérault et plusieurs grandes surfaces.

L'enquête a été menée conjointement par la gendarmerie de Servian, le fisc, les douanes et la répression des fraudes. Une trentaine d'infractions a été relevée à l'encontre du négociant indélicat.
Entendu par les gendarmes, il a été laissé libre sous contrôle judiciaire.

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus