Coronavirus : "Nous sommes en guerre, restez chez vous pendant 15 jours",exige Emmanuel Macron

Le chef de l'Etat a annoncé lundi soir des mesures fortes de lutte contre la pandémie de coronavirus. Dès mardi midi, les déplacements seront très fortement réduits. Il a également annoncé le report du second tour des élections municipales. Les réactions en Occitanie.
Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron a annoncé lundi soir des mesures fortes de lutte contre la pandémie de coronavirus.
Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron a annoncé lundi soir des mesures fortes de lutte contre la pandémie de coronavirus. © Ludovic Marin / AFP

15 jours de confinement au moins

"Dès demain mardi, à midi, les déplacements seront très fortement réduits. Les regroupements extérieurs, dans les parcs et les réunions de famille sont interdits. Restez chez vous et limitez les contacts", a exigé le président de la République. "Toute infraction à la règle sera sanctionnée. Seuls seront autorisés les trajets nécessaires pour faire ses courses, pour se soigner. Toutes les entreprises doivent faciliter le travail à distance ou adapter son organisation".

Restez chez vous et limitez les contacts (Emmanuel Macron)


"Nous n'avons qu'un seul objectif : ralentir la progression du virus. Jamais la France n'avait dû prendre ces décisions en temps de paix", a précisé Emmanuel Macron.

Nous nous pensons qu'il faudra au minimum trois mois  (Syndicat national des praticiens hospitaliers)


"Il y a une réelle menace pour la survie de la population. Il faut être très ferme. La seule chose qui marchera, c'est le confinement total. 15 jours ? Nous, nous pensons qu'il faudra au minimum trois mois pour freiner la progression du coronavirus", réagit Anne Geoffret-Wernet, présidente du syndicat national des praticiens hospitaliers.

"A Perpignan où j'exerce, nous savons que 20 à 40% des soignants vont tomber malades, physiquement exténués, épuisés. Il y aura de la sueur et des larmes", prévient Anne Geoffret-Wernet.

Des masques pour les médecins de ville

Le président de la République a annoncé que des masques seront livrés aux professionels de la médecine de ville dès mardi soir pour les 25 départements les plus touchés (Aude et Hérault en Occitanie) et mercredi pour le reste du pays. "L'Etat a pris la mesure de l'importance de l'épidémie. Nous n'avions plus de masques ! En recevoir était dévenu très urgent pour conserver notre capacité à soigner et ne pas propager nous-mêmes la maladie", explique Cyril Chaugne, président de SOS Médecins à Toulouse.

Urgent pour conserver notre capacité de soigner et ne pas propager nous-même la maladie  (SOS Médecins) 

"Il nous fallait plus de sérénité pour soigner. Nous savons ce qu'il faut faire. Il y a eu un vrai stress dans la population ce week-end. Nous allons augmenter nos capacités de consultations", assure Cyril Chaugne.

Enfin le confinement est décidé même s'il n'est pas total et qu'il arrive tard (MG France)

Un sentiment partagé par Jean-Christophe Calmes, basé à Frontignan (Hérault), vice-président MG France, syndicat de médecins généralites : " Mais enfin le confinement est décidé même s'il n'est pas total et qu'il arrive tard ! Et les masques, enfin ! Nous allons maintenant nous organiser pour soulager l'hôpital pour qu'il n'explose pas". 

Un peu plus tôt dans la journée, le Conseil scientifique installé par le gouvernement avait recommandé des mesures de confinement "à l'italienne" contre le coronavirus. Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a justifié sa recommandation par "l'attitude
problématique des Français et l'accélération de la contagion
".

Crise sanitaire mondiale majeure de notre époque (OMS)


Face à la "crise sanitaire mondiale majeure de notre époque", l'Organisation mondiale de la santé appelle à effectuer "un test pour chaque cas suspect" de coronavirus. "Nul ne peut combattre un incendie les yeux bandés", a déclaré le chef de l'organisation Tedros Adhanom Ghebreyesus, estimant indispensable que les pays "testent, testent, testent. Il faut tester chaque cas suspect".
 

Un appel au civisme


En Occitanie, le CHU de Nîmes a lancé un appel au civisme pour ne pas engorger le standard du centre 15. "Notre mission, c'est de prendre en charge les patients qui doivent être hospitalisés. Cela va représenter 20% des patients atteints de Covid 19. Mais nous traitons toujours les autres appels d'urgence. Donc saturer le SAMU pour rien, c'est mettre des malades en danger !", explique Olivier Onde, médecin Samu 30.

Dimanche soir, 15 mars, on dénombrait 284 cas de coronavirus en Occitanie. Lundi soir la direction générale de la santé en recense 6633 en France, en hausse de 20% en une journée.

L'Espagne ferme ses portes

L'Espagne va fermer lundi à minuit ses frontières terrestres afin de "contenir l'expansion du coronavirus", a annoncé le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska. L'entrée par voie terrestre dans le pays, placé en état d'alerte depuis samedi, ne sera permise qu'aux citoyens espagnols, aux résidents en Espagne, au personnel diplomatique accrédité et aux personnes justifiant de "causes de force majeure", a détaillé le ministre. Le trafic de marchandises sera également permis "afin d'assurer la chaîne d'approvisionnement", a ajouté le ministre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société emmanuel macron politique