Coronavirus : à Toulouse, un grossiste en produits de la mer soutient la pêche occitane et livre à domicile

Grossiste en produits de la mer au MIN de Toulouse, la société Guivarch a contourné la fermeture des restaurants en mettant en place des livraisons à domicile, soutenant en cela la filière de la pêche occitane en Méditerranée.
Les arrivages en provenance des ports de Sète et Port-la-Nouvelle sont quotidiens.
Les arrivages en provenance des ports de Sète et Port-la-Nouvelle sont quotidiens. © M. Guivarch
Les restaurants constituent 95 % de la clientèle de la société Guivarch, poissonnier grossiste indépendant au MIN (marché d'intérêt national) de Toulouse depuis quatre ans. C'est dire si la fermeture des établissements de restauration a été un coup dur pour ses dirigeants et leurs 11 salariés.

"Il a fallu réagir très vite", explique Michaël Guivarch, l'un des dirigeants de la société, "et on a pu le faire parce qu'on est indépendant, une entreprise familiale, à taille humaine". Le poissonnier toulousain a fait marcher son réseau et proposé, dès le 18 mars, des paniers de produits en provenance de la Méditerranée, livrés à domicile.Une "reconversion" qui a été rendue possible grâce à un parc de camions frigorifiques de taille moyenne déjà en service. "Dès le départ, on a pensé à notre activité mais notre réflexion a été plus profonde", poursuit Michaël Guivarch. "Nos fournisseurs des criées de Sète et Port-la-Nouvelle ont appelé à l'aide et nous, on s'est dit qu'on allait pousser pour aider ces criées occitanes. On a fait le pari de mettre en avant la région et les paysans de la mer qui mangent grâce à leur pêche. A Sète, seuls dix bateaux sortent encore en mer et vendent à la criée". Le grossiste, labelisé Sud de France depuis un an, privilégiait déjà les circuits-courts.
© M. Guivarch

Livraisons en porte-à-porte

Les produits en provenance de ces deux ports de l'Aude et de l'Hérault arrivent chaque jour. Le réseau activé (il y a environ 200 clients actuellement), la société a donc commencé les livraisons de paniers, en porte-à-porte. "Les salariés sont protégés, avec des masques et des gants, nous ne livrons qu'à des particuliers, pas à des groupes de consommateurs".

Les livraisons ont lieu à Toulouse et dans un rayon de 20 kilomètres autour de la ville. Concrètement, il y a bien sûr une commande minimale, "pas possible de livrer un kilo de sardines seulement", le panier moyen est aux alentours de 35 euros, auxquels s'ajoutent 3 euros de frais de livraison. 'Les commandes peuvent se faire au 05.62.84.69.28. ou par internet commande@lescrieesoccitanes.fr). La société Guivarch s'est également associée à quelques primeurs du MIN pour livrer conjointement poissons, fruits et légumes. Actuellement, le grossiste toulousain tourne avec 30 % de son effectif habituel.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société alimentation pêche économie