Cet article date de plus de 7 ans

Un drone pour surveiller le réseau SNCF du Gard

A Roquemaure (Gard), la SNCF teste un drone pour sonder l'état de ses installations et surveiller son réseau. C'est une première mondiale. Notre équipe a pu assister à ces essais. qui, s'ils sont concluants, seront étendus au niveau national.
A Roquemaure, dans le Gard, un drone scrute le viaduc ferroviaire. C'est une première mondiale, mais encore à l'état de test. La SNCF a prévu 4 jours d'essais pour ce bijou de technologie baptisé AEDES. Si l'expérience est concluante, elle sera élargie au niveau national.

Des applications nombreuses et variées

Il s'agit de sonder et surveiller les installations du réseau, à l'aide de 2 appareils photos haute définition et de capteurs ultrasons. Le robot prendra ainsi 6 à 7000 clichés du viaduc pour en inspecter la structure et déceler d'éventuelles anomalies.
C'est l'application la plus prometteuse du drone, mais ce n'est pas la seule. L'engin télécommandé pourrait également être utilisé pour la surveillance des caténaires, la détection d'obstacles sur les voies en cas d'intempéries, le repérage d'actes de malveillance, de vols de câbles ou encore l'inspection des parois rocheuses.

Faire évoluer la réglementation sur les drones civils

Pour pouvoir élargir ces usages, la SNCF a conclu un partenariat avec EDF, elle aussi confrontée à des problématiques similaires de surveillance de son réseau, ainsi qu'avec la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile). Cette dernière devra identifier les besoins d'usages industriels de drones civils. Objectif : faire évoluer, à terme, la réglementation liée à leur utilisation.

Les premières images du drone en vol

Ce mardi, à Roquemaure (Gard), nos reporters Alexandre Grellier et Denis Pardanaud ont assisté au premier vol du drone de la SNCF.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf technologies transports