Cévennes : la récolte des oignons doux s'annonce bonne malgré les intempéries de l'automne dernier

Publié le
Écrit par Carine Alazet avec Pauline Pidoux et Daniel De Barros
Récolte d'oignons doux des Cévennes (AOP) à Sumène dans le Gard - 25/08/2021.
Récolte d'oignons doux des Cévennes (AOP) à Sumène dans le Gard - 25/08/2021. © C.Paquier / FTV

En septembre 2020, pluies et inondations ont ravagé une partie des terrasses des producteurs d'oignons doux des Cévennes. Mais un été pas trop chaud a permis de limiter les dégâts sur l'ensemble de la production du Gard. La récolte 2021 s'annonce bonne.

A Sumène dans le Gard, le ramassage des oignons doux des Cévennes (appelation d'origine protégée depuis 2008) a commencé, à la main et sous un soleil de plomb. Dans l'exploitation de Philippe Boisson, la récolte s'annonce bonne, grâce à un été moins chaud que les précédents.

Cette année, les températures ont rarement dépassé les 30°C, ça faisait des années que les étés étaient trop secs et trop chauds, mais là les cultures ont bien profité.

Philippe Boisson, producteur d'oignons doux des Cévennes à Sumène

Ce côté garois des Cévennes n'a pas été touché par les violentes intempéries de septembre 2020 qui ont détruit tout ou partie des terrasses de la moitié des producteurs d'oignons doux, notamment à Taleyrac et Saint-André-de-Majencoules.

Episode cévenol dévastateur

En septembre 2020, un épisode cévenol ravage les terrasses des exploitations d'oignons doux. Les murets s'effondrent et les pluies diluviennes ravinent les sols, dispersant les jeunes plants. La moitié des producteurs de la coopérative Origine Cévennes est touchée, une dizaine a tout perdu. Et la reconstruction prend du temps. Six mois après les intempéries, en mars 2021, des tractopelles sont toujours en action sur certaines parcelles, comme sur la propriété de Gaël Martin : "On a eu des aides du Conseil Régional d'Occitanie, une pelle mécanique et une benne, qui nous sont bien utiles. Mais on attend toujours l'aide financière de l'Etat."

La valeur vénale de nos exploitations a été évaluée à 20 000 euros l'hectare, c'est dérisoire par rapport à la réalité, d'autant qu'on ne va percevoir que 45% de ces 20 000 euros.

Gaël Martin, producteur d'oignons doux des Cévennes à Taleyrac

"C'est compliqué pour eux de trouver des ressources, de garder le moral. Et il faudra aussi trouver de nouvelles terres pour maintenir la production de la coopérative. Mais on a espoir que tout refonctionne correctement", renchérit Thomas Vidal, le directeur de la coopérative Origine Cévennes, qui regroupe une centaine de producteurs à Saint-André-de-Majencoules.

Une bonne récolte malgré tout

Malgré les inquiétudes du printemps, un climat estival particulièrement favorable a permis de maintenir un bon rendement à l'hectare. Et en cette fin du mois d'août, les premiers jours de récolte redonnent le sourire aux exploitants.

La coopérative Origine Cévennes estime ses pertes cette année à environ 300 tonnes d'oignons doux. Et c'est beaucoup moins que prévu lors des premières estimations des dégâts de l'automne 2020.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.