Double meurtre et traque dans les Cévennes : le fugitif Valentin Marcone s'est rendu

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice Dubault avec Léa Bouquet, Christelle Nicolas et Marie Valantin
Le père de Valentin Marcone implore son fils de déposer les armes.
Le père de Valentin Marcone implore son fils de déposer les armes. © Gendarmerie du Gard

Après 4 jours de cavale dans les Cévennes gardoises, Valentin Marcone 29 ans, s'est rendu aux forces de l'ordre vendredi soir vers 19h15. Il était toujours dans la zone de recherche, à Saint-Marcel de Fontfouillouse. Sa reddition s'est déroulée sans violence.

Le suspect du double meurtre des Plantiers dans les Cévennes, qui était en fuite depuis 4 jours, "s'est rendu" a annoncé vendredi soir le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, sur Twitter.

"L'homme recherché depuis mardi dans le Gard s'est rendu", a écrit le ministre de l'Intérieur, remerciant "tous les agents de l'Etat pour leur mobilisation exceptionnelle, jour et nuit, durant ces 3 derniers jours".

Valentin Marcone, 29 ans, était caché dans la forêt cévenole depuis mardi matin après avoir abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie où il travaillait.

Il s'est présenté désarmé devant les gendarmes, sans violence ni résistance, et a prononcé ces quelques mots : "Excusez-moi, je me rends." L'homme a été trouvé "hagard, extrêmement affaibli" et "avait abandonné tout espoir de pouvoir s'en sortir normalement", selon le général Arnaud Browaëys dans une conférence de presse vendredi soir.

Le suspect a été placé en garde à vue à Nîmes. Ses armes n'ont pas encore été retrouvées, indique le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel. 

Marcone s'est rendu à Saint-Marcel de Fontfouillouse, entre Gard et Lozère

Plus de 350 gendarmes, aidés d'hélicoptères, de drones et de chiens, étaient à sa recherche. Il a été interpellé à 19h15 près de l'église de Saint-Marcel de Fontfouillouse, à quelques kilomètres au nord du village des Plantiers.

Nous avions un ratissage en cours par le GIGN. Sentant cette équipe s'approcher, il a quitté sa cache en direction de son domicile et s'est rendu à la première patrouille qu'il a rencontrée.

Le général Arnaud Browaëys.

"Il était en tenue complète de camouflage. Il était terré", complète une autre source proche de l'enquête.

Le père du tireur présumé avait lancé jeudi un appel audio vibrant de 40 secondes afin qu'il se rende. Dans ce message, l'homme évoque la fille et la compagne de Valentin Marcone. "Iroise est magnifique, elle a dormi dans mes bras pendant deux heures, elle est magnifique. Elle a besoin de toi, de son papa. Blandine a besoin de toi : elle est forte mais elle a besoin de toi.". Et d'ajouter : "J'ai la garantie qu'il n'y aura pas feu si tu te rends maintenant".

Le maire de la commune des Plantiers, Bernard Mounier, s'est entretenu avec la famille du fugitif dès l'annonce de sa reddition.

Ils sont soulagés (...) qu'il n'y ait pas eu un bain de sang. Mais évidemment [pour] eux aussi (...) il va falloir être accompagné par des gens qui savent soulager la plaie d'autrui.

Bernard Mounier, maire des Plantiers.

Dans le village, le soulagement s'est fait sentir. Pas de "ola" mais un "ouf" et des sourires, précise Bernard Mounier. "C'était un peu comme le jour de la Libération", conclut-il. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.