Gard : interpellation d'un survivaliste qui détenait 2000 munitions et des fusils

C'est près de Saint-Ambroix (Gard) que les gendarmes ont interpellé un adepte du survivalisme. Lors de la perquisition de son domicile, les enquêteurs ont saisi des fusils, 2000 munitions et des produits entrant dans la fabrication de poudre. Remis en liberté, il ne devrait pas être poursuivi.

Des fusils et plus de 2000 munitions ont été saisis par les gendarmes du Gard chez un adepte du survivalisme
Des fusils et plus de 2000 munitions ont été saisis par les gendarmes du Gard chez un adepte du survivalisme © Gendarmerie du Gard

C'est sur la base de renseignements que les gendarmes de la brigade de recherches et du Peloton de Surveillance et d'Intervention (PSIG) d'Alès ont interpellé mardi matin un adepte des théories survivalistes. L'opération s'est déroulée près de Saint-Ambroix (Gard).

Deux mille munitions saisies

Les enquêteurs soupçonnaient la présence de produits pouvant servir à fabriquer des explosifs. Et de fait, la perquisition du domicile de l'individu a permis la découverte de fusils et de 2000 munitions. Une opération menée avec l'aide des équipes cynophiles de Nîmes et de démineurs venus de Montpellier.

Fabrication de poudre noire

Lors de son audition, le suspect a également reconnu avoir commandé sur Internet de quoi confectionner sa propre poudre noire. Mais il a déclaré ignorer que cela était interdit.

Remise en liberté

En toute fin de journée, nos confrères du Midi Libre publiaient une information selon laquelle l'homme aurait été remis en liberté et ne devrait pas être poursuivi. Il a 3 mois pour régulariser sa licence de tir qui n'est plus à jour.

Né aux USA dans les années 1960, le mouvement survivaliste regroupe des individus convaincus de l'imminence d'une catastrophe mondiale, d'un cataclysme global ou de l'effondrement de la civilisation industrielle. Ils s'y préparent en construisant des abris, en apprenant des techniques de survie en milieu naturel ou hostile et des rudiments de soins médicaux. Ils stockent également des provisions et souvent des armes. Sur Internet, les sites ayant trait à ces théories et proposant stages et produits sont légion, portés par la vague complotiste.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers violence