Gard : suspecté d'avoir tué son père et blessé sa mère en Ardèche, l'homme en fuite a été retrouvé

Un fugitif était recherché par la gendarmerie du Gard. Il est suspecté d'avoir tué son père et blessé sa mère au couteau dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 juin, dans le village de Saint-Just-d'Ardèche. Il a été interpellé.

La gendarmerie du Gard est mobilisée sur les axes proches de l'Ardèche pour intercepter le fugitif, suspecté d'avoir tué son père et blessé sa mère dans la nuit de mardi 1er à mercredi 2 juin 2021.
La gendarmerie du Gard est mobilisée sur les axes proches de l'Ardèche pour intercepter le fugitif, suspecté d'avoir tué son père et blessé sa mère dans la nuit de mardi 1er à mercredi 2 juin 2021. © Maxppp / Sylvie Duchesne

L'alerte a été donnée hier soir, mardi 1er juin. Un homme de 37 ans aurait tué son père et blessé sa mère par arme blanche dans le village de Saint-Just-d'Ardèche, à la limite du département du Gard. Il a ensuite pris la fuite. A 11h45, la gendarmerie de l'Ardèche annonce dans une publication Facebook avoir retrouvé et interpellé l'individu. 

Selon l'avis de recherche diffusé par la gendarmerie, le suspect serait né à Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard. Il était décrit comme un "individu dangereux". L'homme vivait avec ses parents et avait des antécédents psychiatriques. 

Blessée à l'arme blanche au niveau de l'abdomen, sa mère a été transportée à l'hôpital de Bagnols-sur-Cèze. Selon nos confrères de France 3 Rhône-Alpes, elle est dorénavant hors de danger après être passée au bloc opératoire. Le fugitif se serait rendu à la gendarmerie en fin de matinée à Saint-Marcel-d'Ardèche. 

La commune étant limitrophe du Gard, les gendarmes du département étaient déployés sur le secteur. Afin d'éviter la fuite du suspect vers le Gard, les gendarmes étaient postés sur les ponts et axes reliant le Gard à l'Ardèche. Le Peloton de Surveillance et d'Intervention de la Gendarmerie (PSIG) était mobilisé. Ce matin, des gendarmes mobiles de l'escadron de Chambéry (Savoie) sont venus en renfort. 

Les forces de l'ordre s'inquiètent de la recrudescence de ce type d'attaques, qui pourraient être en partie déclenchées par les effets de la crise sanitaire

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers violence