Témoignage. L'appel à l'aide d'un agriculteur cambriolé, il a perdu la moitié de son troupeau et ses outils : "c'est un massacre"

Publié le Écrit par Camille Astruc

Après le vol d'une partie de son troupeau dans la nuit du 28 au 29 mai, Pascal Flaman, agriculteur dans le Gard, se retrouve démuni. Sa fille décide de lancer une cagnotte en ligne pour l'aider à sauver son exploitation.

Pascal Flaman est un agriclteur en deuil. Dans la nuit du 28 mai dernier, la moitié de son troupeau de brebis a disparu, et pas seulement. Quatorze agneaux, quatre oies et des oisillons lui ont été volés, ainsi qu'une remorque et la totalité de ses outils de bricolage, à Bouillargues dans le Gard.

Dans la nuit, la porte de l'abri où dorment les brebis et leurs agneaux a été arrachée. Un traumatisme pour les animaux. "Les mères sont perturbées parce qu'on leur a enlevé leurs petits. Ils n'étaient pas totalement sevrés donc ça perturbe tout le troupeau. Les mères ne comprenent pas, elles continuent à faire du lait." 

Ce qui me chagrine le plus ce sont les animaux qui sont partis. Les agneaux, les oies, c'est un massacre...

Pascal Flaman, agriculteur et éleveur à Bouillargues

12 000 euros pour compenser les pertes 

Face au désarroi de son père, la fille de Pascal a décidé d'ouvrir une cagnotte en ligne. Un élan de solidarité pour venir en aide à l'éleveur. "Elle s'est dit que ce n'était pas facile pour les paysans de demander de l'aide", reconnaît Pascal. "On aide les gens toute l'année alors il faut qu'on puisse accepter d'être aidés quand on en a besoin." 

Une aide précieuse pour Pascal aurait besoin de 12 000 euros pour réparer les dégâts causés par le cambriolage et compenser ses pertes. Une somme conséquente pour l'agriculteur qui travaille en circuit court. 

Il faut trouver une solution pour relancer la machine.

Pascal Flaman

Pascal continue de travailler sur son terrain malgré les difficultés. Son troupeau est désormais composé de dix-sept brebis. "Ce sont elles qui me servent à nettoyer les terres, à protéger contre les incendies mais aussi à faire mon engrais", explique Pascal. 

Un travail plus difficile désormais. L'agriculteur, installé depuis dix ans sur son exploitation, doit en priorité acheter de nouveaux outils. "Tout est un engrenage et quand on enlève un maillon, tout se bloque. Il faut trouver la solution vite pour faire repartir la machine." 

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité