Dans le Gard, un vigneron récolte de la poudre de corne de vache pour fertiliser les vignes

Dans le Gard à Saint-Gilles, Tanguy Castillon, jeune viticulteur de 24 ans remet au goût du jour des techniques ancestrales. Il utilise de la poudre de corne de vache pour nourrir et protéger ses vignes. 

A Saint-Gilles, dans le Gard, Tanguy Castillon produit de la poudre de corne de vache pour fertiliser ses vignes - mai 2021
A Saint-Gilles, dans le Gard, Tanguy Castillon produit de la poudre de corne de vache pour fertiliser ses vignes - mai 2021 © FTV - C.Nicolas

A Saint-Gilles, dans le Gard, au château Ermite d’Auzan, Tanguy Castillon, un jeune vigneron d’à peine 25 ans expérimente avec succès les principes de la biodynamie. Ses méthodes s’appuient sur des écrits anciens et préfigurent peut-être l’agriculture de demain.

Le tour du monde des vignobles

Au départ Tanguy Casstillon suit des études de viticulture et d'œnologie. Mais à l'issue, le jeune homme décide de partir réaliser un tour du monde des vignobles pour y apprendre l'agriculture biodynamique.

Revenu au domaine familial, déjà converti en bio, il met en pratique ses découvertes. Parmi elles, la technique ancestrale d’enfouissement de cornes de vaches : une technique qui consiste à remplir des cornes de quartz pillé, puis de les enterrer : "Elles sont enterrées pendant 6 mois sous 40 centimètres de terre. Le but c'est de ramener de l’énergie à cette silice pour ensuite la pulvériser à la sortie de terre. On les enterre de l’équinoxe de printemps à l’équinoxe d’automne.

Une technique vieille comme le monde, ajoute le viticulteur : "ça part d’un philosophe dans les années 1900 et après d’autres philosophes se sont penchées sur la technique et l’ont amélioré."

En fin d’année, le jeune viticulteur viendra déterrer ces cornes. Le contenu très riche en matière organique, va ensuite être dilué avec de l’eau et viendra fertiliser les 80 hectares de son domaine viticole : « La silice c’est vraiment un minéral très important pour la plante, la pousse, le végétal, la photosynthèse, ça va porter et ériger les rameaux vers le ciel. Ça va permettre à la plante d’avoir une plus grosse résistance. »

Les cornes vont être enterrées pendant six mois sous 40 centimètres de terre - mai 2020
Les cornes vont être enterrées pendant six mois sous 40 centimètres de terre - mai 2020 © FTV - C.Nicolas

Planter, récolter et transformer lui-même

Cette opération est unique sur le territoire du Gard. D’autres vignerons utilisent la « bouse de corne » mais l’achètent à des distributeurs spécialisés. Tanguy, lui a décidé de réaliser cette opération lui-même.

Car l’agriculture de Tanguy, c’est respecter les phases de lune, le rythme des saisons et n'utiliser que des matières premières récoltées localement.

Le but du domaine est vraiment l’idée de permaculture, de produire tous les intrants sur le domaine, que ce soient les préparations aérodynamiques ou les préparations à base de plantes. L’idée c’est de récolter, faire sécher et ensuite transformer, sans ça on ne peut pas dire que l’on est vraiment sur de la permaculture. Je sais exactement comment la plante a été cultivée ramassée et transformée.

Tanguy Castillon, vigneron à Saint-Gilles

 

Tanguy vise l'obtention du label Demeter pour sa récolte 2022 : une référence pour les productions en biodynamie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie nature agriculture bio agro-alimentaire