Gard : Tony Galoppin remporte l’étoile de Bessèges

Le français Tony Gallopin a remporté ce dimanche la 48ème édition de l'etoile de Bessèges à Alès - 4 février 2018 / © AFP / Sylvain Thomas
Le français Tony Gallopin a remporté ce dimanche la 48ème édition de l'etoile de Bessèges à Alès - 4 février 2018 / © AFP / Sylvain Thomas

Le Français Tony Gallopin, a décroché sa première Etoile de Bessèges dimanche, grâce à sa victoire dans la 5ème et dernière étape, un contre-la-montre de 10,7 kilomètres tracé dans les rues d'Alès (Gard).

Par JM avec AFP

Tony Gallopin a remporté ce dimanche sa première Etoile de Bessèges grace à la cinquième et dernière étape qui avait lieu dans les rues d’Alès, dans le Gard ce dimanche.



Un abonné de la seconde place


Il était arrivé deuxième en 2015, juste derrière Jungels, en 2016, derrière Jérôme Coppel, et 2017, derrière Lilian Calmejane, il est monté pour la première fois sur la plus haute marche du podium final de cette 48e édition de l’étoile de Béssèges.

"Enfin ! Cela faisait un petit moment que je tournais autour", a dit le puncheur francilien.

Ses compatriotes Christophe Laporte (Cofidis) et Yoann Paillot (Auber 93) terminent respectivement deuxième et troisième.

Marc Sarreau (Groupama-FDJ), jusqu'alors porteur du maillot corail de leader, a été le dernier à franchir la ligne d'arrivée du chrono située en haut de la colline de l'Ermitage. Le sprinteur de Vierzon savait que ses vingt secondes d'avance avant le départ n'allaient pas peser lourd: il a en concédé cinquante-cinq à Gallopin, de loin meilleur temps de ce dernier acte.

Dans ce contre-la-montre mi-plat mi-pentu, Paillot avait le meilleur temps de tous les concurrents avant la montée finale, longue de trois kilomètres. "Quand on m'a dit ça, ça m'a un peu stressé", a reconnu Gallopin, qui n'a pas non plus paniqué outre mesure. "Je connaissais ce chrono par coeur. Je regardais mon compteur de watts et je savais que j'étais dans le coup".

Le nouvel équipier de Romain Bardet a terminé en boulets de canon, reléguant tout le monde à plus de vingt secondes, et décrochant enfin sa première Etoile, à 29 ans.

Sur le même sujet

Montpellier : début de la 25e marche des fiertés

Les + Lus